#Critique On a fait le tri n°21

#Critique On a fait le tri n°21

Note de l'auteur

Parce qu’on n’a malheureusement pas le temps de vous parler en détail de tous les bouquins qui sont passés entre nos mains, « On a fait le tri » revient sur les dernières sorties de la planète BD.

L’AIGLE ET LA SALAMANDRE (T.2 LES DIEUX SALAMANDRES)

Couv_298766Fin de l’enquête policière pour Gaius Atius qui doit déterminer qui est l’incendiaire du feu géant qui a ravagé Rome au premier siècle de notre ère. Fils d’assureur, il est écartelé entre les intérêts contradictoires de l’empereur Néron et ceux du préfet Tigellin, deux vipères prêtes à tout pour régner. Si les chrétiens font des coupables idéaux, Gaius ne se laisse pas abuser par les évidences. Sa quête l’amènera aussi à comprendre quel était le rôle de son père auprès des puissants. Lui qu’on appelait la Salamandre et qui, sans le vouloir, ni le savoir, a transmis ce titre à sa descendance. Au milieu de la mêlée, en prenant force coups, Gaius Atius essaiera également de sauver son esclave. Il arrivera au bout de la quête en démasquant les coupables. Mais sera-ce suffisant pour lui garantir un repos bien mérité et une vie meilleure ? Un deuxième et dernier tome à lire après un premier qui était très prometteur. On n’est pas déçu.

Écrit par Stéphane Piatzszek.
Dessiné par Guiseppe Quattrocchi.
Édité par Soleil.

JOUR J LES OMBRES DE CONSTANTINOPLE (1453 : VLAD III BASARAB, DIT L’EMPALEUR, DEFEND L’EMPIRE BYZANTIN)

jourJ27Le postulat de cette passionnante série ? Et si l’Histoire avait pris un cap différent de celui que nous connaissons. Ce parti pris permet d’envisager le monde sous un autre jour. Pour cette 27e reprise, il s’agit du siège de Constantinople par une armée de 100 000 turcs en mai 1453. Le jour où tout a basculé avec un rapport de forces affligeant pour les armées chrétiennes, seulement nanties de 5 000 défenseurs. C’est sûr, elles vont se faire plier en deux temps trois mouvements. Sauf que deux hommes vont changer la donne. Le premier est un ancien janissaire, formé à l’école de la guerre turc, et le second un prince roumain. Ils vont rivaliser d’énergie et de cruauté pour que la capitale de l’empire byzantin ne soit pas prise. Elle qui ne s’est jamais donnée. Cette première partie d’un dyptique se termine sur la fuite des agresseurs devant les renforts des coalisés qui sont enfin arrivés. La suite et la fin se trouveront dans Le Concile pourpre.

Écrit par Fred Duval et Jean-Pierre Pécau.
Dessiné par Yana.
Édité par Delcourt.

MOUSQUETAIRE (T.2 ÉLOÏSE DE GRAINVILLE)

MOUSQUETAIRE 02 C1C4 REPRE.inddOn avait beaucoup apprécié le tome 1, on n’est pas plus déçu par son suivant. En plein XVIIe siècle, Louis XIV possède une fenêtre de tirs assez ouverte avec la guerre que se livrent Anglois et Hollandais. Espionnage à tous les étages, batailles diplomatiques… Alexandre de Bastan, mousquetaire de son état, et Éloïse de Grainville, son amoureuse, tentent de faire vivre leur histoire au sein de la grande Histoire. Future demoiselle de cour, la jeune femme est au service de Madame de Locuste, une intrigante qui estime que toutes les armes, y compris et surtout l’empoisonnement, sont bonnes pour arriver à ses fins. Éloïse, elle, cherche également à se venger d’un puissant qui a porté atteinte à sa famille. Duval et Calvez, ça marche bien. Comme souvent. La série est prévue en quatre opus.

Écrit par Fred Duval.
Dessiné par Florent Calvez.
Édité par Delcourt.

LE PERROQUET

LeperroquetIntrospection au menu pour Espé qui évoque une « autofiction » dans le récit de la jeunesse pas toujours drôle du petit Bastien, 8 ans. Sa maman fait des crises régulières, on l’a diagnostiquée « bipolaire à tendance schizophrénique. » Souvent hospitalisée et enfermée, sa mère revient à la maison sous forme de légume. Sans envie, sans sentiment. Le petit homme n’a alors plus que l’imaginaire pour s’évader de cette vie chaotique. On voit tous les dégâts que peut provoquer cette maladie, souvent mal connue, dans une famille. On est à la fois dans l’intime et dans l’universel, dans un album séquencé en courts chapitres, ce qui donne un vrai rythme à la lecture globale. L’auteur a aussi opté pour la bichromie qui peut surprendre dans un premier temps. Espé voulait travailler sur ce thème très perso depuis longtemps, c’est un magnifique témoignage et aussi en creux une critique sévère de l’accompagnement des malades dans les années 80. Pas sûr que cela ait beaucoup changé. Le perroquet, c’est tout ce qui lui reste de sa maman décédée. Un objet mal fait mais définitivement le plus important de sa jeunesse.

Écrit et dessiné par Espé.
Édité par
Glénat.

SOUS LES ÉTOILES

SOUS LES ETOILES C1C4.inddOn y est bien sous ces étoiles. Laura Scarpa y dépeint des scènes d’amour et de sexe, vécues par elle ou des proches. On baise à la plage, via le téléphone, dans des lieux de culte… On jouit, on fantasme, on se mélange. À travers des histoires plus ou moins courtes, on vit. Delcourt nous vend du mi-chemin entre bande dessinée et érotisme. On est franchement plus dans la deuxième option, pas désagréable d’ailleurs. C’est un recueil de parutions créées pour le magazine italien Blue dans les années 90. Le désir est au centre de tout, l’amour et le sexe aussi. Un peu de cul dans ce monde de brutes, cela ne peut pas faire de mal.

Écrit par Laura Scarpa.
Édité par Delcourt.

Partager