On a lu…Preacher – Livre 2 de Garth Ennis et Steve Dillon

On a lu…Preacher – Livre 2 de Garth Ennis et Steve Dillon

Note de l'auteur
Après un premier tome remarquable par son irrévérence et ses racines profondément ancrées dans le western, nous pouvions nous questionner sur la capacité de Garth Ennis et Steve Dillon à tenir le cap de leur série. Sans surprise, ce deuxième volume se révèle tout aussi bon. En mettant le motif de la famille au centre de cette nouvelle fournée d’épisodes, le scénariste et le dessinateur se donne une base extrêmement solide pour construire les nouvelles aventures de Jesse Custer, Tulipe et Cassidy.

 

preacher_2-1Alors c’est un curé, un vampire et une tueuse à gages qui sont en France…
Ça ressemble toujours au début d’une blague mais ça n’en reste pas moins la suite d’une des plus grandes bandes dessinées des années 90. Après avoir détruit une église texane, arrêté un serial-killer et réglé ses comptes avec sa famille, le bon révérend Jesse Custer continue sa quête pour retrouver un Dieu démissionnaire. Rien n’y personne ne pourra l’en empêcher, surtout pas une faction secrète de l’Église.

 

Le final explosif de Preacher – Livre 1, dans lequel notre John Wayne des temps modernes finissait de régler ses comptes avec sa famille, laisse la place à des retrouvailles dans l’amour, l’alcool et le sexe. Une pause agréable et bienfaitrice qui permet de recharger les accus avant de repartir dans la course. Alors que le premier tome pouvait se diviser en trois actes (la découverte de Genesis, New-York et les retrouvailles avec la famille L’Angelle), nous faisons face ici à une longue et haletante suite de péripéties dans laquelle on croisera des ordures comme Garth Ennis sait si bien les créer.

 

86046-163986-allfather-daroniqueBob Glover, Jésus de Sade ou bien encore l’archipère D’Aronique, voilà la nouvelle brochette de tarés qui vont croiser la route de Custer. Le premier est un détective privé pitoyable et le deuxième un jouisseur sans limites n’arrivant pas à dissimuler une perversité monstrueuse. Le troisième enfin est un fanatique de la pire espèce et un haut dirigeant du Graal (organisation qui préserve le descendant du Christ) dont le physique, pourtant hors-norme, n’égale pas la cruauté dont il peut faire preuve. Encore une fois, Garth Ennis et Steve Dillon donnent naissance à des personnages marquant durablement au fer rouge les pages de ce tome. On se souviendra longtemps du bain de sang concluant l’orgie de Jésus de Sade ou bien des repas pantagruéliques d’un D’Aronique boulimique.

 

Preacher_Vol_1_13Mais, aussi terrible que puissent être ces trois rejetons du diable, ils ne sont rien face au grand personnage introduit dans ce volume (au propre comme au figuré d’ailleurs) : Herr Starr. Leader d’une faction secrète au sein même du Graal, cet Allemand au regard hautain se pose d’emblée comme un antagoniste de poids pour nos héros. Manipulateur, audacieux et intelligent, Starr fascine d’autant plus qu’à l’instar des autres personnages, Garth Ennis lui donne une « voix » inimitable débordant de fiel et de mépris. Coincé entre un Jesse Custer venant à la rescousse de son ami et un D’Aronique qui l’a percé à jour, il n’aura de cesse que de tenter de vivre une minute de plus, porté qu’il est par sa croyance. Car malgré son cynisme et son arrogance, Starr croit fermement à la fin du monde et à la nécessité d’un nouveau messie pour rebâtir la civilisation. Ce qui le rend d’autant plus dangereux et imprévisible. Ces caractéristiques sont toutefois contrebalancées par des événements comme seule la série peut en produire, et qui permettent à Starr de perdre de sa superbe. Un très bel exercice d’écriture qui aurait pu faire sombrer le personnage dans le ridicule mais qui, à l’inverse, contribue à le rendre plus terrible.

 

4d63046a23a12« Et Dieu dans tout ça ? » comme le demandait Jacques Chancel. A cette question, Cassidy le vampire pourrait certainement lui répondre : « Tu sais. Après avoir vu le seigneur en face, je pense pouvoir dire objectivement que c’est un peu un connard ». La quête de Jesse Custer pour retrouver Dieu est toujours d’actualité et ce deuxième tome nous en révèle un peu plus sur les événements qui ont conduit à la naissance de Genesis. Et tandis que le passé du Saint des Tueurs nous intrigue, le tout puissant apparaît à Cassidy. Celui qui n’est qu’amour semble véritablement craindre un Custer déterminé dans sa quête.

 

Pivot central de l’ouvrage (et de la série en général), le thème de la famille est encore ici dupliqué et proposé à diverses sauces. C’est la vengeance de D’Aronique envers son Custer, c’est l’amour de l’ange et du démon, c’est la descendance dégénérée du Christ, et c’est la famille du Saint des Tueurs. C’est également trois épisodes remarquables dans lesquels Ennis semble faire une pause dans le récit pour parler de la guerre et de la façon dont celle-ci broie des hommes manipulés par les puissants. Prenant pour cadre le Vietnam, Preacher #18 – Texas et le Cosmonaute revient dans le passé pour nous proposer un moment de la vie de John Custer, le père de Jesse. Un récit âpre à la conclusion touchante, véritable hommage à ces combattants. Plus fort encore, les deux derniers épisodes prennent pour prétexte les origines de Cassidy pour parler de l’Irlande, patrie du scénariste, et principalement de l’insurrection de Pâques. Récit potentiellement hermétique pour ceux qui n’ont aucune connaissance sur ce bain de sang, il devient prétexte à un discours sur la guerre et sur la façon dont les hommes peuvent être manipulés et utilisés comme chair à canon pour peu qu’on exalte leur croyance et leur patriotisme.

 

Toujours avec cette stature de héros à la John Wayne, Jesse Custer corrige et affronte une pléthore de monstres. Se concluant sur une belle démonstration d’amitié, ce deuxième volume comble toutes les attentes et se permet de se foutre de la gueule, par anticipation, des délires débiles du Da Vinci Code avec sa représentation outrageante du descendant de Jésus Christ. Si ça c’est pas du génie tiens !

 

9782365776820-couv

 

 

Preacher – Livre 2 (Vertigo essentiels, Urban Comics, Vertigo) comprends les épisodes US de Preacher #13 à #26

Ecrit par Garth Ennis

Dessiné par Steve Dillon

Prix : 28,00 €

Critique basée sur la version numérique de l’ouvrage

Partager