#Critique Silence de Martin Scorsese

#Critique Silence de Martin Scorsese

Note de l'auteur

Près de 30 ans après La Dernière Tentation du Christ, Martin Scorsese revient à l’épreuve de foi avec Silence, récit profond et captivant sur la quête de deux frères jésuites dans le Japon du XVIIe siècle…

JS115353787_A-2016-PARAMOUNT-PICTURES-ALL-RIGHTS-RESERVED_SILENCE_trans++5yQLQqeH37t50SCyM4-zeGcv5yZLmao6LolmWYJrXns

Dire que le maestro « revient » à la religion n’est pas juste, tant le cinéaste, fervent croyant, aura placé la foi comme élément essentiel de ses films tout au long de sa carrière, souvent présente en arrière-plan comme un bagage personnel, un appui moral, ou partie d’un folklore plus large. Si La Dernière Tentation du Christ avait été un exercice de style bien particulier, Kundun, À tombeaux ouverts ou encore Gangs of New York furent autant d’aventures teintées de cette foi, partie intégrante de l’être humain, quoiqu’il fasse, quoiqu’il vive.
Ce n’est pas non plus étonnant de voir en Silence une suite spirituelle de ce que fut La Dernière Tentation du Christ en 1988. Depuis, le temps a passé, le réalisateur a perdu ses deux parents, a eu des enfants, a vieilli, et on ressent dans le long déroulement du film l’envie de Scorsese de faire un point sur ce en quoi il croit. Rien de forcément macabre ici, mais l’humble tentative d’un homme qui plonge au plus profond de son esprit pour questionner sa foi, et la mettre à l’épreuve.

film.silence

Long de ses 2h41, le film emprunte la même structure de voyage intérieur qu’Apocalypse Now, nous amenant à la suite des pères Rodrigues (Andrew Garfield) et Garupe (Adam Driver), à la recherche de leur mentor le père Ferreira (Liam Neeson), dont on dit qu’il aurait renoncé à la religion, et serait devenu japonais. Tout comme dans le film de Francis Ford Coppola, à mesure que nous nous enfonçons dans ce Japon médiéval, c’est à l’intérieur de l’esprit de ses protagonistes que nous progressons. Et ce périple à la fois littéral et métaphorique est captivant.

317528.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

Captivant visuellement déjà, tant Silence ne ressemble en rien à ce qu’a pu réaliser le cinéaste américain auparavant, et le voir s’emparer ainsi d’images de forêts sombres, de mers déchaînées et de montagnes brumeuses à quelque chose de l’expérience transcendantale. Dès le premier plan – un brouillard épais dont sortent des figures incertaines – Scorsese pose le ton : ce qu’il va nous montrer sera une expérience sensorielle, puissante et organique. Et la claque visuelle est bien là à tous les niveaux, aidée par une réalisation des plus épurées, et un formalisme étonnant de la part de l’homme derrière Les AffranchisCasino et Le Loup de Wall Street.
Si on en prend plein les yeux, le reste est aussi bien servi, et le voyage spirituel, loin d’être paisible, du personnage d’Andrew Garfield passionne lui aussi. Il passionne par la minutie et la subtilité avec laquelle Scorsese décrit le chemin de croix de son nouveau Jésus, et les questionnements qui l’habitent. Il parvient à nous distiller l’humanité derrière la doctrine, avec tout ce qu’elle contient de défauts, de paradoxes et de sujets à controverses, et à la fin de l’aventure, c’est nous que nous finissons par questionner.

Silence-03683.tif

Ce bel échafaudage formel et idéologique n’est cependant pas sans défauts. Si le soin avec lequel Scorsese raconte les réalités des jésuites dans ce Japon tout juste entré dans l’ère moderne captive au début, son zèle à nous le décrire, encore et encore, finit par lasser. Les tortures et autres soumissions subies par les religieux sont rapidement redondantes, et en son milieu, le film se voit alourdi par un didactisme inutile qui ne le quittera jamais vraiment.

318153.jpg-r_1920_1080-f_jpg-q_x-xxyxx

On aimerait embrasser pleinement cette nouvelle œuvre du maestro Scorsese, mais ça ne touche pas vraiment au centre. Silence est cette expérience massive indéniable, et un bonheur de cinéma aux propositions visuelles étourdissantes, qui doit malheureusement faire avec une narration pompeuse qui déséquilibre et dessert tout l’ensemble. Pour conclure, peut-être que dans un souci de bien faire, le réalisateur en aura finalement trop fait. Dommage.

Silence
De Martin Scorsese
Avec Andrew Garfield, Adam Driver, Liam Neeson, Tadanobu Asano, Ciaran Hinds, Yôzuke Kubozuka, Shin’ya Tsukamoto, Issei Ogata…

Synopsis : XVIIème siècle, deux prêtres jésuites se rendent au Japon pour retrouver leur mentor, le père Ferreira, disparu alors qu’il tentait de répandre les enseignements du catholicisme. Au terme d’un dangereux voyage, ils découvrent un pays où le christianisme est décrété illégal et ses fidèles persécutés. Ils devront mener dans la clandestinité cette quête périlleuse qui confrontera leur foi aux pires épreuves.

Sortie le 8 février 2017


Silence, Bande-Annonce 2, VOST par DailyMars

Partager