#Critique Sky-High Survival (T.04 à 07)

#Critique Sky-High Survival (T.04 à 07)

Note de l'auteur

Eh oui, aujourd’hui, ce n’est pas moins de quatre tomes que je vais rassembler sous une seule et même critique. Le seinen « high concept » publié par l’éditeur Kana dans sa collection Dark Kana, continue sa route et parvient à maintenir l’intérêt de son récit. Mieux encore, il réussi à dépasser son concept de départ pour amener le titre sur un autre terrain. Bien plus qu’un simple slasher ou survival, malgré ce que son titre laisse entendre, Sky-High Survival se meut petit à petit en délire SF où l’on joue sa vie pour devenir Dieu. Une thématique en vogue en ce moment dans le manga puisque le Platinum End de Ohba et Obata, édité chez Kaze repose un peu sur le même principe. Le duo à l’œuvre ici, Tsuina Miura et Takahiro Oba, fonctionne parfaitement bien et ne cesse de nous surprendre.

 

Pour rappel, dans Sky-High Survival, des personnes se retrouvent sans savoir comment, ni pourquoi, transportées dans un milieu urbain composé uniquement de gratte-ciel reliés entre eux par des ponts en bois. Toutes et tous se réveillent au sommet de l’un d’entre eux et ils ne peuvent en descendre, car après quelques étages toutes les issues pour atteindre la terre ferme, sont condamnées. Yuri, une jeune lycéenne se retrouve donc elle aussi sur le toit d’un building et très vite, elle se fait attaquer par un sombre individu masqué, armé d’une machette. Elle comprendra très vite tout comme le lecteur, qu’il va falloir survivre et tuer pour ne pas être tuée. Au cours des premiers tomes, on apprend également que son frère aîné Rika, se trouve aussi dans ce monde en altitude, peuplé de tueurs masqués. En chemin, Yuki se fait une alliée en rencontrant Mayuko, elle aussi prête à tout pour survivre. Partant d’un concept relativement original, le titre souffrait à la base d’un a priori un peu négatif avec ses airs de « Death Game », sous-genre sans âme, à quelques exceptions près et qui pullule ces dernières années dans le seinen. Mais assez vite, on a bien senti que Sky-High Survival voulait mener sa barque un peu plus loin et qu’il n’allait pas uniquement jouer la carte du survival bête et méchant. Les auteurs ont injecté à leur idée de départ une bonne dose de what the fuck ?! en partant dans un trip SF et mystique qui dans ces quatre derniers tomes commence à prendre forme.

 

En effet, en même temps que l’on suit la progression de Yuri et Mayuko, on suit également celle de Rika, ainsi que celle de Yuon et un masqué appelé le Sniper. Le récit s’est peu à peu étoffé, a introduit quelques personnages supplémentaires et a su gérer ses effets de surprise sans jamais nous lasser. À ce stade, on en sait beaucoup plus sur les masques, éléments essentiels de l’histoire. Il en existe quatre sortes : le rire, la colère, le visage neutre et le masque sans bouche. Chacun semble avoir des caractéristiques différentes et c’est d’ailleurs ce dernier qu’il faut trouver pour devenir un être proche de Dieu. Car oui, c’est au cours de ces tomes que l’on apprend le but de tout cela : devenir Dieu. Reste à savoir à quelles fins… ?! Toujours est-il que le récit, même s’il repose sur un concept limité et casse-gueule, tente d’offrir quelque chose de nouveau et de plus évolué qu’un simple jeu de massacre. Oui, on peut trouver l’idée complètement « nawesque », mais il faut lui reconnaître d’être inattendue. D’autant que les personnages ne sont pas trop mal gérés, on suit leur évolution en parallèle les unes des autres. C’est bien entendu le cas de Yuri et Mayuko qui nous intéresse le plus puisqu’on les suit depuis le début. Mais les autres ne sont pas en reste. Le duo Yuon/le Sniper est très certainement le plus énigmatique. Le personnage de Yuon est jusqu’ici assez insaisissable et on veut réellement en savoir plus sur elle. D’autant plus depuis qu’on l’a vu pulvériser un immeuble entier avec un rayon-laser digne de l’Étoile Noire ! Du côté de Rika, les choses ont considérablement bougé puisqu’il fait maintenant parti d’un groupe de survivants et qu’il est sur le point de rencontrer un être proche de Dieu.

 

Bref, ces quatre tomes sont denses et bien fournis, aussi bien en actions qu’en informations. Tsuina Miura et Takahiro Oba parviennent à conserver un rythme soutenu, alternant entre séquences didactiques et purs moments d’adrénaline. Les rebondissements qui ponctuent le récit entretiennent habilement l’attention du lecteur, tout en relançant l’intérêt de l’histoire. On ne peut pas vraiment savoir à ce stade si les auteurs ont une ligne directrice et s’ils ont déjà envisagé une conclusion mais on se plaît à suivre le mouvement et à se laisser porter. Sans révolutionner quoi que ce soit, Sky-High Survival tente de proposer un récit hors-cadre, déjouant les pièges les plus évidents comme le fan-service outrancier et le gore gratuit et inutile. Du coup, après sept tomes, il faut bien l’avouer, on veut en savoir plus et on en redemande. Carrément efficace !!!

 

Sky-High Survival (T. 04 à 07)
De Tsuina Miura & Takahiro Oba
Édité par Kana

Partager