#Critique Sniper Ghost Warrior 3: American Sniper

#Critique Sniper Ghost Warrior 3: American Sniper

Note de l'auteur

2017 restera sûrement dans les annales comme une année charnière pour le petit monde des jeux vidéo. Les blockbusters vidéoludiques, plus communément appelés les Triple A, s’enchaînent à une vitesse folle (Horizon: Zero Dawn, Prey…) tandis que les jeux made in Japan font leur grand retour en fanfare (Zelda : Breath of the Wild, Persona 5, NieR Automata). Mais 2017 sera aussi l’année où les AA ont atteint un certain niveau de qualité avec des titres qui ont un budget certes (beaucoup) moins important qu’une superproduction, mais qui ont quand-même réussi à proposer une expérience plus que satisfaisante. Je pense tout de suite à des jeux comme le très bon Styx: Shards of Darkness ou le plus récent et surprenant The Surge. Dans la même veine, Sniper Ghost Warrior 3 cristallise les très grandes ambitions de ses développeurs. Troisième opus d’une série jusque-là plutôt moyenne, le dernier titre de CI Games a fait un bond en avant qualitatif indéniable. Mais est-ce suffisant pour convaincre les joueurs de donner une chance à la licence ?

 

Vassili Zaïtsev, au rapport !

Pour être clair dès le début, le jeu de CI Games est très loin de la linéarité et la nervosité d’un Call of Duty. Si vous vous attendiez à un FPS grand spectacle avec Sniper Ghost Warrior 3, passez immédiatement votre chemin. La série des Sniper Ghost Warrior est un peu particulière puisqu’elle met en avant trois façons d’approcher le gameplay. Le cœur du jeu repose toujours sur nos compétences en tant que Sniper, où l’observation et la recherche de positions seront toujours de rigueur. À la fois plus direct et plus discret, jouer en tant que Ghost revient à faire de l’infiltration pure et dure à la manière d’un Metal Gear Solid (critique ici). Et pour les apprentis Rambo, le mode Warrior sera là pour satisfaire vos envies d’explosions en faisant parler la poudre quand tout part en cacahuète. Il est tout à fait possible de faire toute la campagne en tant que Sniper, Ghost ou Warrior ; néanmoins, le titre est d’abord pensé et reste avant tout un jeu de sniper.

Sans être une simulation poussée, Sniper Ghost Warrior 3 se veut comme une expérience assez réaliste tout en étant accessible aux néophytes du genre. Pourtant la difficulté pourra peut-être en rebuter certains, surtout les débutants. Si les ennemis meurent sans problème avec une ou deux balles bien placées, il en sera de même pour vous. De plus comme tout bon jeu de sniper qui se respecte, il ne suffira pas de viser correctement pour atteindre sa cible. Le joueur devra également faire attention à la balistique en prenant compte de la distance et des caprices du vent. Le titre de CI Games est un jeu au rythme plutôt lent. En plus de son fusil sniper le joueur devra s’armer de patience et observer avec attention son environnement avant de frapper. Pour vous assister, vous aurez la possibilité d’utiliser à tout moment un petit drone semblable à celui aperçu dans Ghost Recon Wildlands pour cibler les ennemis et préparer votre attaque. En dehors des combats, gérer son équipement et notamment ses munitions est d’une importance capitale. Une fois dans votre repaire, vous aurez la possibilité d’acheter des armes et de les customiser à souhait pour qu’elles correspondent à votre style de jeu. Pour cela, il faudra engranger de la monnaie en lootant tout ce qui vous passera sous la main pendant les missions. N’oubliez pas que vous êtes un sniper américain en territoire ennemi, créer vous-même des munitions ou des pièces d’équipements fera aussi partie de votre quotidien.

La campagne solo de Sniper Ghost Warrior 3 (le multi est prévu pour plus tard) est de bonne facture. Il y a assez de variété dans les missions pour que le joueur ne s’ennuie pas trop : éliminations, sabotage, vol de données, piratage, prises d’otages, etc. La grosse nouveauté de cet opus est bien sûr son open world décidément très à la mode ces derniers temps. Plutôt réussi, le monde de Sniper Ghost Warrior 3 se divise en trois gigantesques maps d’environ 9 km² avec des environnements assez variés allant des forêts verdoyantes aux montagnes enneigées en passant par des petits villages pittoresques du Caucase. Le principal point fort du jeu est sans aucun doute son excellent level design qui est sublimé par le monde ouvert et offre de nombreuses possibilités au joueur.

Mais contrairement à pas mal d’open world comme le récent Zelda: Breath of the Wild (critique ici), le monde virtuel imaginé par les développeurs ne met pas du tout en avant l’exploration pour trouver des quêtes annexes. C’est toujours dans votre planque que vous sélectionnerez votre prochaine mission avant de vous mettre en route soit à pied soit à l’aide d’un véhicule. Tout s’enchaîne sans véritable transition, mis à part un pauvre briefing radio ou une petite cinématique de temps en temps. En dehors des missions, Sniper Ghost Warrior 3 est terriblement vide, comme si notre monde avait été frappé par l’Apocalypse. La vie animale est quasi absente et les civils sont aussi rares que dans une zone infestée par des zombies. Et si par malheur vous tombez dessus en passant par un petit village, ils seront aussi réactifs que… bah des zombies ! Tout s’explique ! Malgré ses défauts, l’open world de CI Games est assez bien construit puisqu’il sert parfaitement le très bon level design et donne au joueur l’impression d’être un véritable sniper des temps modernes.

 

« I Want You for U.S. Army »

À l’occasion de la dernière Paris Games Week, nous avions eu non seulement la chance de mettre la main sur Sniper Ghost Warrior 3 pendant une petite heure, mais également l’occasion de parler directement avec l’un de ses développeurs (preview ici). Le jeu m’avait alors fait une forte impression, notamment pour son côté réaliste dans sa représentation d’une guerre moderne. Sauf que voilà, après avoir joué à la version finale, le constat est différent. Le scénario de Sniper Ghost Warrior 3 est digne d’un direct-to-dvd américain puant le patriotisme à outrance avec de plus une mise en scène catastrophique. Vous êtes dans la peau de Jon North, un parfait soldat dans les forces spéciales de l’Oncle Sam. Pendant le prologue, vous êtes envoyé en mission de reconnaissance en Ukraine en compagnie de votre jeune frère Robert North. Malheureusement, tout ne se passe pas comme prévu et Robert est capturé puis disparaît des écrans radars.

Trois ans plus tard, la guerre en Géorgie gronde de plus en plus. Les séparatistes russophones ont lancé une vaste offensive et fait reculer l’armée régulière géorgienne laissant derrière elle un énorme territoire aux mains des rebelles. En bon gendarme du monde que vous êtes, vous voilà catapulté dans le Caucase pour rétablir la Pax Americana à grand renfort d’explosions et d’assassinats, bref à l’américaine quoi ! Mais ce n’est pas tout, en plus de sa mission officielle Jon sera sur les traces de son petit frère puisque des agents du Mossad (mais qu’est ce qu’ils foutent en Géorgie ?) ont apparemment aperçu Robert dans les parages.

Sniper Ghost Warrior 3 est une vraie parodie, du moins je l’espère de tout cœur. Les dialogues m’ont fait hurler de rire, d’autant plus que les doublages français sont nullissimes et dignes d’un super nanar militaire. Les gentils sont super gentils, les méchants sont vraiment méchants et toutes les femmes sont évidemment des James Bond Girls aux physiques très avenants. En d’autres termes nous voilà devant un parfait épisode des Power Rangers. Clairement, il faut prendre le jeu tel qu’il est sans se prendre la tête, c’est à dire tout simplement un jeu de sniper. Contrairement à mes attentes, Sniper Ghost Warrior 3 ne propose pas une image réaliste et intéressante de la situation géopolitique dans la région. Et même si l’on sent que l’inspiration derrière vient directement de la Deuxième guerre d’Ossétie du Sud en 2008 et plus récemment de la guerre civile ukrainienne, le tout est très manichéen et manque de nuances. C’est tout le contraire même, le titre de CI Games pourrait servir de manifeste pour l’armée américaine contre le grand vilain russe. Autant un adulte saura (il faut être optimiste) tout de suite reconnaître les codes vus et revus de la propagande américaine, autant je ne conseille pas le jeu à un jeune adolescent qui n’a pas encore assez de sens critique.

 

The Place Beyond the Pines

La réalisation technique est moyenne, alternant le bon et le moins bon. Développé sous le Cry Engine, Sniper Ghost Warrior 3 souffre curieusement des mêmes maux que le décevant Homefront: The Revolution (critique ici) avec notamment des bugs de collision et un léger clipping. Contrairement aux critiques que j’ai pu lire ou entendre, je ne trouve pas que les graphismes soient si laids que ça. Alors certes, ce n’est pas ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui. Mais il ne faut pas oublier que le jeu est un AA et non AAA tout droit sorti de chez Activision ou EA, les budgets et les infrastructures n’étant évidemment pas comparables avec les Polonais de CI Games.

Et malgré ses soucis techniques, je trouve que le jeu dégage un je-ne-sais-quoi d’hypnotique. Par son ambiance particulière, Sniper Ghost Warrior 3 m’a étrangement fait penser à la désormais culte trilogie S.T.A.L.K.E.R. La direction artistique n’est pas exceptionnelle, mais elle respecte les paysages de la région. Oui, tout est gris et verdoyant, mais vous êtes déjà allés dans le nord de la Géorgie ? Je tenais aussi à souligner les efforts du studio pour créer une représentation plutôt fidèle des lieux notamment avec les petites églises orthodoxes ou bien les horribles immeubles soviétiques en béton armé.

 

Conclusion

Sniper Ghost Warrior 3 n’est pas le jeu de l’année, la faute à un scénario à la limite de la caricature et à une réalisation technique moyenne. Et pourtant, j’ai passé un bon moment à parcourir les terres sauvages de Géorgie à la recherche de mes nouvelles proies. Le feeling du sniper est vraiment jouissif et ravira surement les fans du genre. Est-ce que je le conseille pour autant ? C’est compliqué. Il y a du bon, mais CI Games a encore besoin de peaufiner son jeu pour que l’expérience soit vraiment optimale. Patience, donc.

Sniper Ghost Warrior 3

Développeur : CI Games
Éditeur : CI Games
Prix : 50 euros

Partager