#Critique Strange Fruit de Mark Waid et J.G Jones

#Critique Strange Fruit de Mark Waid et J.G Jones

Note de l'auteur

Titre d’une des chansons les plus déchirantes et les plus remarquables interprétée par Billie Holiday, Strange Fruit est aujourd’hui le nom d’une bande dessinée qui semble lui faire écho. Œuvre remarquable, cette mini-série aborde une thématique souvent visitée pour mieux la confronter à l’histoire avec un grand H.

 

Strange Fruit 002Ça raconte quoi ?

Prenant pour contexte un événement historique réel dont l’ampleur est aujourd’hui peu connu, Strange Fruit décrit la grande crue du Mississippi en 1927, la manière dont tous les habitants vont devoir gérer l’inéluctable montée des eaux, et comment un homme providentiel et surpuissant va les aider. Un homme noir.

 

C’est de qui ?

Strange Fruit marque la première collaboration de deux grands artistes : le scénariste Mark Waid (Fantastic Four, Daredevil, Captain America) et le dessinateur J.G. Jones (Wonder Woman: The Hiketeia, Final Crisis).

 

 

 

 

C’est bien ?

Provoquant la mort de plus de 200 personnes, le déplacement de 500 000 autres ainsi que l’inondation de plus de 70 000 km² de terre, la crue du Mississippi de 1927 fut une des plus grandes catastrophes naturelles des USA. Plus qu’un contexte, celle-ci est un des personnages de cette mini-série de quatre épisodes totalement subjuguante.

 

Strange Fruit 003Comme souligné dans l’avant-propos, Strange Fruit peut se voir comme le prolongement des thématiques que Mark Waid a entrepris dans Irrécupérable (également chez Delcourt) tel que l’influence d’un être extraordinaire dans notre réalité. Mais là où la série présentait les ravages effectués par un Superman totalement brisé par les humains (à tort ou à raison), Strange Fruit se veut d’une approche bien plus politique en abordant la question de la minorité cachée et silencieuse.

 

Surnommé Colosse, l’étrange homme capable d’exploits surhumains se rappelle peu de ses origines et ne parle pas. Dans un contexte où les Noirs descendants d’esclaves naviguent entre le désir de sauver leurs terres et la volonté de cesser d’être au service de l’homme blanc, il est difficile de ne pas voir dans ce titan la représentation d’un peuple perdu dans ses origines et condamné à ne pas s’exprimer. L’intelligence de Strange Fruit est également de proposer tout une galerie de personnages complexes évitant un manichéisme qui serait malvenu. Que cela soit le sénateur, l’ingénieur McCoy ou bien encore Sony, tous apportent un point de vue différent conférant au récit la profondeur nécessaire à ce genre d’entreprise.

 

Difficile enfin de ne pas se pâmer devant les remarquables dessins et colorisation de J.G. Jones apportant tout l’équilibre nécessaire entre la stature mythologique d’un colosse face à une nature sans limite et la reconstitution d’une époque dans ses moindres petits détails. Mark Waid est un des plus grands scénaristes de comics en activité, on ne le répétera jamais assez, et avec Strange Fruit voilà qu’il apporte une nouvelle preuve au dossier.

 

 

Strange Fruit 001

 

 

 

Strange Fruit (Contrebande, Delcourt, Boom!Studios) comprend les épisodes US de Strange Fruit #1 à #4
Écrit par Mark Waid
Dessiné par J.G. Jones

Partager