#Critique testament magnétique (13 Reasons Why / Netflix)

#Critique testament magnétique (13 Reasons Why / Netflix)

Note de l'auteur

Avec pour point de départ le suicide d’une adolescente, 13 Reasons Why explore les nombreuses facettes du harcèlement en milieu scolaire. L’entrée en matière est pertinente pour une série délicatement exécutée.

Clay Jensen est un lycéen sans histoires. Un bon élève un peu coincé qui ne se fait habituellement pas remarquer. Un jour, après les cours, il trouve devant chez lui un paquet qui lui est adressé. À l’intérieur, plusieurs cassettes audio aux faces marquées de un à treize. Au fil de la bande magnétique, Hannah Baker – une camarade de classe – y révèle les raisons qui l’ont conduit à se suicider il y a quelques jours de cela. Pourquoi Clay reçoit-il ce testament et surtout quelles sont les treize raisons responsables du destin d’Hannah ?

13 Reasons Why est d’abord un roman de littérature jeunesse écrit par Jay Asher* et publié en 2007. Rapidement, l’actrice – et accessoirement pop star – Selena Gomez accompagnée de sa maman se saisissent des droits d’adaptation pour le compte d’Universal, en pensant en faire un film. Le projet n’aboutit pas et lorsque les droits arrivent à expiration, des producteurs de chez Anonymous Content viennent trouver mère et fille en leur proposant une approche sérielle. L’adaptation est confiée au dramaturge Brian Yorkey et la mise en scène à Tom McCarthy (Spotlight), bien dans l’esprit sérieux de la maison (rappelons qu’A.C. est responsable de The Knick, True Detective, Quarry, Mr. Robot ou bien encore The OA…).

Le roman d’Asher est construit idéalement pour la transposition en série. Devant un sujet délicat, l’écrivain avait eu l’idée d’assembler son récit sous la forme d’un thriller bien découpé en jouant justement sur des inflexions de type cliffhanger entre chaque chapitre.
Yorkey (encadré ici par Diana Son, qui possède un peu plus d’expérience télévisuelle) fait toutefois le choix de diluer le matériau original. Alors qu’Asher décrivait des événements qui se déroulaient durant une seule nuit, les épisodes de la série s’étalent plus largement dans le temps et s’ouvrent à d’autres personnages. Cette volonté d’adapter semble justifiée au regard des impondérables d’une transformation pour l’écran mais l’ajout de la perspective parentale – absente du livre – pose question.

13-reasons-why_netflix

Car c’est toute la force du propos d’Asher que de mettre un groupe d’adolescent face à des responsabilités qui échappent à l’influence des adultes. Sur les quatre épisodes que nous avons pu découvrir, 13 Reasons Why n’est jamais aussi efficace que lorsqu’elle se contente justement de confronter les points de vue d’Hannah et de Clay.

En cela, elle vient prolonger la réflexion entamée par la saison 2 d’American Crime. Asher avait écrit (en 2007) dans une société encore peu imprégnée par le prisme des réseaux sociaux. Mais tout comme la série de John Ridley, 13 Reasons Why examine les dynamiques sociales nocives d’une jeunesse souvent livrée à elle-même.
À noter que les liens avec American Crime sont évidents aussi à la production. Diana Son a participé à l’écriture des deux premières saisons de la série d’ABC et le cinéaste Gregg Araki, spécialiste d’une certaine aliénation adolescente, participe également aux deux titres.

Mais la grande réussite de 13 Reasons Why est à observer au niveau de son casting, en particulier ses deux rôles principaux. L’Australienne Katherine Langford fait des débuts remarqués dans le rôle d’Hannah. Et Dylan Minnette (Clay) – déjà très bon dans Awake (NBC) – est toujours très juste dans une performance à fleur de peau.

En 13 épisodes, la série doit potentiellement examiner autant de responsables de comportements toxiques (oui, enfin presque…). Les débuts de la série offrent quoi qu’ils en soient la certitude d’un teen-drama à ne pas manquer !

13 REASONS WHY (Netflix) Saison 1 en 13 épisodes
disponibles dès le 31 mars.
D’après un roman de Jay Asher.
Série écrite par Brian Yorkey et Diana Son.
Série réalisée par Tom McCarthy (deux premiers épisodes).
Avec Katherine Langford, Dylan Minnette, Brandon Flynn, Christian Navarro, Alisha Boe, Michelle Selene Ang, Justin Prentice, Devin Druid, Miles Heizer, Ross Butler, Sosie Bacon, Kate Walsh, Derek Luke, Brian D’Arcy James, Henry Zaga, Amy Hargreaves, Steven Silver et Tommy Dorfman.
Musique originale de Eskmo.

*: Treize raisons en français est disponible chez Albin Michel et Livre de Poche Jeunesse.

Visuels : 13 Reasons Why © Beth Dubber / Netflix

Partager