On a lu…The Infinite Loop (T.2) de Pierrick Colinet et Elsa Charretier

On a lu…The Infinite Loop (T.2) de Pierrick Colinet et Elsa Charretier

Note de l'auteur
Le magnifique et touchant couple formé par Teddy et Ano, revient pour la suite et la fin d’une aventure à travers les dimensions et le temps servant de prétexte à un discours sur la tolérance qui fait du bien mais dont l’enthousiasme n’évite malheureusement pas les écueils.

 

L’amour, ce n’est pas de la science-fiction. Teddy se confronte à son ennemi juré : son ancienne supérieure, Tina ! La jeune femme lance alors une série d’attaques temporelles sans précédent pour déloger Tina de son repaire, mettant dans le même temps la sûreté du monde en danger ! Puis, alors qu’elle explore les couloirs sinueux du complexe de stockage des anomalies, Teddy devient proche de saisir le mystère des paradoxes temporels… Va-t-elle être pour autant capable de ramener Ano, la femme de sa vie ?

 

The infinite loop T2 - 3The Infinite Loop est typiquement le genre d’œuvre dont le propos honorable, mais également dans l’air du temps, empêche pour beaucoup sa critique d’un point de vue artistique. La volonté militante de la série et son message de tolérance sur l’homosexualité (mais élargie à toutes les formes de combats contre l’intolérance) sont suffisamment forts et rares pour être souligné et porté au crédit de la série. Toutefois, cela ne doit pas mettre de côté les défauts évidents qu’on sentait déjà poindre au fur et à mesure du premier volet.

 

Teddy ayant fait le choix de combattre, on s’attendait à une deuxième partie débarrassée de la lourdeur narrative du troisième épisode. Il n’en est malheureusement rien. Toujours aussi beau à regarder et débordant d’inventivité à chaque page, The Infinite Loop est cependant plombé par une écriture et des dialogues dont la volonté explicative ne fait qu’alourdir une histoire qui n’a pas besoin d’être surlignée pour être claire. C’est d’autant plus dommage que chaque fois que les auteurs évitent d’avoir la main lourde et épurent leur narration, le plaisir de lecture est autrement plus grand. Ainsi, après un quatrième épisode faisant passer Matrix Reloaded et Matrix Revolution pour des temples de la limpidité (et c’est un amoureux de la trilogie des Wachowski qui écrit ces lignes) et arrivé sur les lieux de la confrontation finale, The Infinite Loop gagne en puissance en recentrant son propos sur l’essentiel à savoir l’histoire d’amour entre les deux femmes et la nécessité pour Teddy de ne plus se cacher.

 

The infinite loop T2 - 4Figure de l’attentisme et de notre propre peur dans l’engagement pour s’opposer à la tyrannie ou au sectarisme, Teddy doit dorénavant faire un choix trop longtemps reporté. Le concept de la boucle infinie prend alors tout son sens dès lors que l’aventure personnelle de la jolie rousse devient l’écho d’une plus grande lutte à travers les époques. La conclusion n’en est alors que plus logique et touchante car les deux auteurs n’oublient jamais qu’au centre de toute leur histoire se trouve une belle histoire d’amour. On appréciera d’autant plus le message de tolérance et de remise en cause constante (même si, là encore, la lourdeur du message asséné n’est pas des plus fins, notamment dans les dernières pages) qu’il ne s’arrête pas à la menace extérieure mais alerte également sur les dérives intérieures d’un communautarisme se repliant sur lui-même et risquant de devenir ce qu’il dénonce par une segmentation de plus en plus obscure rejetant l’autre plus qu’il ne l’accepte. A ce titre, l’apparition du personnage d’Andromeda apporte un recul critique tout à fait appréciable en évitant à la série de sombrer, de peu, dans un certain angélisme.

 

Œuvre dont l’enthousiasme à porter un discours salvateur semble expliquer des défauts narratifs dommageable au plaisir de lecture, The Infinite Loop a cependant des qualités graphiques qui arrivent à faire oublier la lourdeur du propos. On attend dorénavant les nouveaux projets des deux auteurs dont la jeunesse, le talent et un certain chauvinisme (ne le nions pas) nous les font aimer et nous donnent envie de les suivre.

 

 

The infinite loop T2 - 1

 

 

Sortie : le 28 octobre 2015. Édition Glénat. 112 pages. 14,95 €

Partager