• Home »
  • FOCUS »
  • #Critique : The Original Blues Brothers Band – The Last Shade of Blue Before Black
#Critique : The Original Blues Brothers Band – The Last Shade of Blue Before Black

#Critique : The Original Blues Brothers Band – The Last Shade of Blue Before Black

Note de l'auteur

Qui que vous soyez, où que vous vous trouviez sur notre bonne vieille planète, si l’on vous demande ce qu’évoque pour vous le mot blues, il y a fort à parier que l’image de deux personnages habillés d’un costume sombre, coiffés de chapeaux noirs et portant des lunettes de même couleur vous passe par la tête à un moment ou à un autre. Tout le monde connaît les Blues Brothers et osons le dire, tout le monde aime les Blues Brothers… Et il y a des chances pour que la sortie de ce nouvel album ne fasse pas exception à la règle !

Pourtant, il y aurait de quoi ! John Belushi (« Joliet » Jake Blues) n’est plus de ce monde depuis plus de trente ans, et Dan Aykroyd (Elwood Blues) n’a pas participé à l’enregistrement de ce Last Shade of Blue Before Black, alors quoi ? Un album des Blues Brothers sans les deux frangins, cela a-t-il le moindre intérêt ? La réponse est bien évidemment oui, et ce pour une raison majeure : l’orchestre. (« Merci Jésus Christ et Saint Fred Astaire ! »)

Nous parlons ici de ce fameux Original Blues Brothers Band méticuleusement choisi par les deux comédiens alors en mission, non pas pour le seigneur, mais pour remettre au goût du jour une musique alors tombée en désuétude en cette fin des années 70. Car pour Belushi et surtout Aykroyd, les Blues Brothers étaient bien plus qu’une blague ou un groupe parodique destiné à chauffer le public du Saturday Night Live. Petit retour en arrière en mode origins story.

Jake, Elwood et John Lee Hooker

Amateur de blues et de soul music depuis toujours, Dan Aykroyd passe la soirée avec son pote John Belushi dans un bar clandestin qui lui appartient. Nous sommes en 1977. Autour de quelques verres de moonshine, Aykroyd fait découvrir à son ami toute la musique qu’il aime, qui vient de là, etc. Belushi est immédiatement fasciné et commence à collectionner frénétiquement tous les disques de blues, de soul et de rhythm n’ blues qu’il peut trouver.

Complices sur la scène du Saturday Night Live, les deux énergumènes commencent à s’amuser avec l’orchestre de l’émission autour de quelques reprises, et la mayonnaise prend au point de se dire qu’il serait encore plus intéressant de bien faire les choses en composant un groupe digne de ce nom !

De l’orchestre original du SNL, les Blues Brothers (surnom improvisé par le directeur musical de l’émission à l’époque, un certain Howard Shore) vont conserver les cuivres typiquement new-yorkais, « Blue » Lou Marini, Tom « Bones » Malone et Alan « Mr. Fabulous » Rubin, le clavier Paul Shaffer venant quant à lui du David Letterman Show. Pour la section rythmique, direction les studios Stax à Memphis avec rien moins que Steve « The Colonel » Cropper et Donald « Duck » Dunn, tous deux musiciens de studio émérites et membres de Booker T. and the MG’s. Pour la guitare solo enfin, la petite touche Chicago sera apportée par Matt « Guitar » Murphy. Le groupe est complet, let the good times roll !

Et de fait, le bon temps va rouler presque immédiatement ! Fort de leur succès lors des apparitions du groupe pendant le SNL, les Blues Brothers vont commencer à se produire en concert et iront même jusqu’à enregistrer un album (A Briefcase Full of Blues-1978) qui non seulement se classera numéro un des ventes aux USA, mais reste encore aujourd’hui l’une des plus grosses ventes d’album de blues de l’histoire.

C’est à ce moment précis que l’idée d’un film commence à pointer le bout de son nez. On connaît la suite…

Or donc, presque quarante ans plus tard, voici venir The Last Shade of Blue Before Black. Certes, durant ce laps de temps, le groupe n’est pas resté inactif, entre tournées régulières avec différents chanteurs en lieu et place des deux « frères dans le blues » originaux, la réalisation d’un nouveau film (Blues Brothers 2000 – 1998) aux qualités non négligeables et des apparitions lors des ouvertures de nouveaux clubs House of Blues de Dan Aykroyd, la mémoire des Blues Brothers n’est jamais tombée dans l’oubli.

Cependant, de nouvel album il ne fut plus question depuis 1992 et l’excellent Red, White & Blues, jusqu’à aujourd’hui. Au programme, quatorze titres enregistrés en studio avec aux manettes le groupe en personne, des reprises des maîtres du genre (le Don’t Go no Further de Wille Dixon, James Brown et son Sex Machine, Baby, What You Want Me to Do de Jimmy Reed), et des compositions originales signées Eddie « Knock On Wood » Floyd (Don’t Forget about James Brown, On a Saturday Night) en charge des parties vocales sur la plupart des tournées du groupe et sur quelques titres de l’album.

Lou Marini a également mis la main à la pâte sur le titre qui donne son nom au projet, The Last Shade of Blue Before Black, qui résonne comme un message au regard de l’âge avancé des musiciens et du nombre de disparitions dans leurs rangs (Mr Fabulous nous a quittés en 2011), petite note d’amertume pour clore un disque cependant fort réjouissant !

The Original Blues Brothers Band

Un exemple : l’incroyable reprise de You Left the Water Running, classique des studios Stax popularisée par Otis Redding, Sam & Dave ou encore Wilson Pickett, autant d’artistes qui virent Steve Cropper et Donald Dunn assurer la partie rythmique sur nombre de leurs succès. Cette version 2017, s’approchant au plus près de celle de Redding, résume à elle seule l’importance du travail du Blues Brothers Band, de leur mission, on y revient.

Quelle est-elle ? Rappeler aux jeunes générations l’importance de la soul music, du blues et du rhythm and blues. Musique de l’âme, déclencheur d’un truc terriblement humain, d’une forme de partage d’émotion qui commence avec quelques mouvements du bassin, des corps qui bougent et dont tout le monde se fout de quelle couleur ils peuvent bien être, une sorte d’excitation des sens impossible à contrôler. That’s soul, man !

Dans ce monde bien dégueulasse qui n’aime rien tant qu’à opposer les gens en fonction de critères tous plus stupides les uns que les autres, le Blues Brothers Band est peut-être, en fin de compte, en mission pour une puissance supérieure… Et ces quelques chansons feront parfaitement office de nouveaux évangiles ! Amen brothers and sisters !

The Last Shade of Blue Before Black
De The Original Blues Brothers Band
Sorti le 6 octobre 2017

Partager