[MillarWorld] The Ultimates – Super Soldat

[MillarWorld] The Ultimates – Super Soldat

Note de l'auteur

Scénariste dont la célébrité dépasse le cercle des amateurs de comic books, Mark Millar sera présent le samedi 6 août au cinéma Les Fauvettes à Paris dans le cadre du cycle « L’été Marvel » dont le Daily mars est partenaire. Tandis que le Martien en chef Philippe Guedj tente de se faire piquer par une araignée radioactive pour modérer au mieux la master class, nous avons profité de l’occasion pour replonger dans les travaux du bonhomme et y piocher quelques œuvres plus ou moins connues à se mettre sous la dent. Aujourd’hui, retour sur The Ultimates – Super Soldat.

 

the ultimates T1 - 3Numérotation VO :

The Ultimates #1 à #13

 

Date :

De mars 2002 à avril 2004

 

C’est dessiné par :

Bryan Hitch, dessinateur connu pour sa capacité à apporter un souffle épique et une certaine approche cinématographique à des grandes aventures, comme on peut le voir dans The Authority ou JLA – Ascension. Il est actuellement au scénario et au dessin de Justice League of America.

 

 

 

 

the ultimates T1 - 4Ça raconte quoi ?

Suite à l’apparition de plusieurs super-humains tels que Spider-Man ou Hulk et face à la menace grandissante des mutants, le gouvernement américain charge Nick Fury de composer une équipe de puissants individus capable de faire le buzz et d’être les stars des médias. Malgré les difficultés pour reconstituer le sérum du super-soldat, le colonel arrive à créer une équipe constituée de scientifiques nerds ou timbrés (Ant-Man, la Guêpe, Bruce Banner) et d’un génie capitaliste et alcoolique (Iron Man). S’il n’arrive pas à recruter un alter mondialiste se prenant pour un dieu nordique (Thor), il lui reste toutefois un atout dans sa manche : la découverte du corps de l’ancien super-soldat héros de la Seconde Guerre mondiale connu sous le nom de Captain America. Fonctionnant tant bien que mal, l’équipe devient la vedette des médias après avoir sauvé New York de la menace Hulk. Dans l’ombre pourtant, d’autres menaces se font de plus en plus grandes et peinent à être contenues par les véritables soldats de Fury.

 

the ultimates T1 - 5C’est bien ?

Pierre fondatrice de la nouvelle structure qui ramènera Marvel au sommet, l’univers Ultimate permit de redonner du tonus aux personnages phares de l’éditeur. En lançant un nouvel univers susceptible d’être abordé par n’importe quel lecteur et en faisant évoluer des héros détachés du poids du passé, l’éditeur offrit également une sorte de « prêt à filmer » pour de potentielles adaptations cinématographiques. Si cela n’est pas forcément flagrant avec un personnage aux bases totalement limpides (Spider-Man) ou des héros ayant déjà posé leurs valises dans les salles obscures (les X-men), c’est par contre une évidence en ce qui concerne les Vengeurs.

 

Bien sûr, on prendra en exemple The Ultimates #4 montrant une discussion sur le casting parfait en cas de film sur l’équipe ainsi que la ressemblance volontaire de Nick Fury avec l’acteur Samuel L. Jackson, et on s’empressera de rappeler que le bandit de Pulp Fiction incarnera quelques années plus tard le commandant du S.H.I.E.L.D. Mais le formatage prend des allures autrement plus intéressantes que ces banalités éternellement ressorties.

 

the ultimates T1 - 6À un classicisme affiché (au lieu de prendre les personnages les plus populaires, le scénariste reprend l’équipe originale des Vengeurs ajoutée de Captain America), Mark Millar va apporter une approche plus moderne conciliant super-héroïsme et réalisme (du moins, tentative de réalisme). On peut ainsi voir un Stark devant mobiliser toute une armée pour utiliser l’armure d’Iron Man, un Hulk plus meurtrier que jamais, une infrastructure imposante accompagnant les héros afin de minimiser les dommages collatéraux tandis que les nanotechnologies, le buzz sur internet et la surveillance à outrance parsèment chacun des épisodes. Au même moment, la série classique The Avengers voyait l’équipe affronter Kang dans la plus pure tradition des comics. Sans amoindrir l’excellent travail de Kurk Busiek, on comprend l’impact que The Ultimates à provoquer dans une époque bouleversée.

 

the ultimates T1 - 7Sorte de remake du travail de Mark Millar sur The Authority, The Ultimates va propulser les Vengeurs dans l’ère post 11 septembre et jouer avec les thématiques sécuritaires et les faux-semblants. Si les Skrulls, ces extraterrestres capables de changer de forme et d’apparence, personnifient cette menace invisible (et donc jouant avec nos peurs), il est intéressant de voir que l’idée du paraître est commun à tous les personnages. Vendus au public comme des héros, les Vengeurs sont devenus célèbres en sauvant la ville d’un Hulk qu’ils ont eux-mêmes libérés (un « détail » caché à la presse). Stars des médias, ils sont supplantés sur le terrain par des soldats plus conventionnels (Black Widow et Hawkeye). Derrière les sourires et les beaux costumes se trouvent des personnages alcooliques (Tony Stark), réactionnaires (Captain America), violents (Hank Pym) et probablement malade mentaux tel ce Thor dont on ne sait s’il est réellement un dieu ou juste un dépressif croyant être le fils d’Odin. C’est de cette ambiguïté que la série tire sa force et dans cette zone grise les personnages deviendront de véritables super-héros au cours d’un final explosif sublimé par les dessins de Bryan Hitch.

 

Jalon important dans l’histoire éditoriale de Marvel, The Ultimates reste, encore aujourd’hui, parmi ce qui est sorti de mieux et de plus intéressant de la gamme Ultimate. Succès critique et public, la série ouvrit la voie vers la renaissance des Vengeurs survenue deux ans plus tard avec Brian Bendis, tout en proposant déjà des outils pour adapter les personnages sur le grand écran.

 

C’est disponible en France ?

L’intégralité de la première « saison » de The Ultimates est disponible dans le Marvel Deluxe The Ultimates – Super Soldat.

 

 

 

the ultimates T1 - 1

Partager