The Walking Dead 6.09 – No Way Out – AMC (critique de l’épisode)

The Walking Dead 6.09 – No Way Out – AMC (critique de l’épisode)

Note de l'auteur

Rick (Andrew Lincoln) et ses pairs nous quittaient au beau milieu d’une situation critique le 29 novembre dernier. Tentant de se frayer un chemin au milieu d’une horde qui avait envahi les rues d’Alexandria, comment nos survivants allaient-ils bien pouvoir s’en sortir ? Et surtout, surtout… Cette nouvelle saison, malgré un départ sur les chapeaux de roues, continuera-t-elle à se moquer du monde en s’enfonçant une fois de plus dans sa paresse habituelle ? Attention, cet article contient des spoilers.

Quand on a traversé six saisons de la série de Robert Kirkman et Frank Darabont, on peut en retirer une constante désormais absolue. The Walking Dead est une série usante. Tantôt, elle vous offre des épisodes vraiment dingues, qui vous saisissent à la gorge en vous laissant rincé et complètement sur le carreau. Tantôt, elle devient épuisante par son appauvrissement de l’intrigue à force de détours sans intérêt, quand elle ne vous mène pas par le bout de son tibia avec des effets de manche déplorables. Oui, revenir vers The Walking Dead, c’est accepter à nouveau d’être balader par le yo-yo qualitatif et émotionnel des scénaristes pour découvrir dans quel méchoui nous allons tomber. Bien heureusement, cette reprise tient non seulement ses promesses, mais elle se targue en plus d’être l’une des meilleures engeances que la série ait accouché jusqu’ici.

wd

Depuis son démentiel No Sanctuary qui officialisait l’ouverture de sa cinquième saison sur fond de cannibalisme, il faut dire que The Walking Dead n’avait plus jamais réussi à générer un épisode d’une ampleur similaire. No Way Out arrive donc de manière salvatrice, en puisant son intrigue dans les racines même de l’œuvre originelle. Mais il faut d’abord rendre au nabab Robert Kirkman ce qui lui appartient. No Way Out est en effet l’adaptation du quatorzième tome issu du comic book éponyme, un album choc et sans concessions (dont une double page tétanisante qui a remué votre serviteur pendant quelques temps). On pouvait dès lors craindre de son traitement à l’écran et de la restitution précise des séquences les plus insoutenables qui parcourent le volume. Il n’en est rien. Les personnages subissent avec exactitude les affres de leurs avatars de papier, le scénariste Seth Hoffman n’étouffant jamais le propos originel de l’œuvre en gardant intact toute l’horreur de la situation. En livrant la compagne de Rick, Jesse ainsi que son plus jeune fils Sam en pâture aux rôdeurs, ce dernier offre au public l’une de ses pires tragédies depuis ses débuts.

Exposant la mort brutale d’un enfant et de sa mère avec une cruauté sans concessions, la série franchit un palier supplémentaire dans ce qu’elle ose porter à l’écran, et ne s’arrête pas là. Le drame continue avec un Rick aux abois devant sectionner le bras de celle qu’il aime afin de sauver son fils des rôdeurs. Par la force des événements, Ron (Austin Abrams) et Carl (Chandler Riggs) finiront par devenir eux aussi, des victimes collatérales de cette spirale de violence… Dire que l’on est abasourdi et même maltraité par la brutalité de la séquence relève de l’euphémisme.

AMC_TWD_S6B_609_Inside_NoWayOut

Ce massacre familial, véritable pivot central de l’épisode, est d’ailleurs particulièrement tétanisant dans son agencement. Greg Nicotero, déjà réalisateur du glaçant No Sanctuary l’a bien compris. Le bonhomme sait comment ravager le téléspectateur avec talent. En distillant adroitement une utilisation des ralentis, alternés par des silences et des vrombissements à peine audibles, le metteur en scène plombe l’épisode avec une tension sourde et pesante à la fois. Porté comme toujours par l’excellence des compositions discrètes de Bear McCreary, l’épisode évoque ainsi tout ce que l’on apprécie et qu’on souhaiterait voir plus souvent dans la série. No Way Out s’offre même une introduction d’une badasserie fort réjouissante, avec un Daryl Dixon (Norman Reedus) en très grande forme, ainsi que l’annonce de la venue du redoutable Negan (Jeffrey Dean Morgan) qui risque encore de se faire un peu attendre.

L’épisode n’est pas non plus exempt de défauts. On regrettera que la disparition de Sam face aux rôdeurs se voie bêtement déclencher par une crise de panique de ce dernier. Une panique qui prend sa source via un précédent face-à-face avec Carole (Melissa McBride). Il faut remonter à la saison précédente (5.13 Forget) pour se remémorer la séquence, pas du tout subtile de surcroît. On y découvrait que cette dernière cherchait à éloigner l’enfant de sa personne en utilisant des termes horribles, avec promesses de torture à son encontre s’il ne se taisait pas.

La scène est dérangeante car Carole, qui connaît pourtant le poids des mots sur un enfant, n’avait absolument pas besoin d’aller aussi loin dans les termes pour se faire comprendre. Quand le jeune Sam flanche alors pour de bon face aux rôdeurs, c’est en se remémorant en off les paroles très violentes de Carole. La séquence était déjà un brin crétine durant Forget, elle dessert la raison qui pousse l’enfant à craquer face aux zombies dans No Way Out. Sam étant déjà très mal en point, invoquer cette raison pour  l’affaiblir gâte un peu le résultat final, comme une justification obligée de l’existence de la séquence issue de Forget. Melissa McBride elle-même a dû s’expliquer à ce sujet d’ailleurs.  Heureusement que la mise en scène de Nicotero préserve l’impact émotionnel pour faire passer la pilule…

carol-sam

Dans un autre domaine, recommencer à nous faire croire que Glenn (Steven Yeun) est à deux doigts de mourir, agace. Sa fausse disparition durant le 6.03 Thank You avait créé un émoi sans commune mesure parmi les fans, maximisant un teasing plus énervant qu’autre chose, jusqu’à faire disparaître l’acteur au générique dès l’épisode suivant. Le problème, c’est que si d’aventure cela devait vraiment arriver, l’impact finira par minimiser ce que réserve le destin au jeune homme…

Paradoxalement, si les autres protagonistes ralentissent parfois le rythme de l’épisode, ils apportent aussi une pause bienvenue dans l’apocalypse que subit Alexandria. C’est aussi leur exposition, même minimaliste, qui concentre une même volonté : celle d’être solidaire. No Way Out consacre in fine son récit à ce qu’Alexandria prenne avant tout son destin en main. En se lançant à corps perdu dans un affrontement avec les rodeurs, Rick génère ce qu’il cherchait depuis son arrivée dans la cité : pouvoir s’unir avec les citoyens pour mieux les préparer à affronter les dangers de l’extérieur.

i

Lors de cet élan de bravoure qui s’empare alors de tous les protagonistes en voyant Rick lutter seul contre les rôdeurs, No Way Out exprime aussi un premier pas marquant pour permettre à ces personnages d’évoluer. Qu’ils puissent attester de leur rédemption (le père Gabriel), dépasser leurs peurs en soignant les autres (Denise), ou que même le plus lâche finisse par faire preuve de courage (Eugène), tous luttent enfin ensemble pour mettre à bas leurs peurs pour la survie du groupe. Une fraternité célébrée via une séquence finale frénétique, où chaque personnage massacre à tour de bras les morts vivants restant dans un montage quasi orgasmique. No Way Out contribue ainsi à apporter une solidarité à tous ses protagonistes, ainsi que la foi qu’il manquait à Rick envers les habitants d’Alexandria. Dès lors, l’évocation de Negan dans l’introduction n’a rien d’une gageure. L’épisode fait figure aussi de baptême du feu. Les personnages seront désormais plus forts et mieux préparés pour faire face au croque-mitaine à venir…

No Way Out délivre, et je ne pensais plus jamais l’écrire, un épisode très réussi. Cruel, émouvant, brutal, terrifiant… The Walking Dead prouve que la série possède encore un panache dans l’horreur qu’elle propose et démontre tout ce qu’elle est encore capable d’accomplir quand elle demeure inspirée. Et pour effectuer une transition plus calme après ce raz-de-marée émotionnel, Robert Kirkman nous promet que l’épisode suivant comportera une belle dose de fun, en allant flirter du côté de L’Arme fatale (!). Même si je ne suis pas trop vieux pour ces conneries, je me demande à quelle sauce les scénaristes me mangeront cette fois-ci…

 

 

The Walking Dead – AMC – OCS France

6.09 – No Way Out

Réalisé par : Greg Nicotero

Écrit par : Seth Hoffman

Composé par : Bear McCreary

Avec : Andrew Lincoln, Norman Reedus, Steven Yeun, Lauren Cohan, Danai Gurira

Partager