#Critique : Toutes en souplesse (GLOW / Netflix)

#Critique : Toutes en souplesse (GLOW / Netflix)

Note de l'auteur

Les années 80 continuent de briller sur le format sériel. Ce n’est pas Netflix qui s’en plaindrait après le succès d’une certaine Stranger Things.
Ce vendredi, GLOW la rejoint sur le ring. Une comédie dramatique autour du making of d’un show de catch féminin qui a réellement existé. Des coups pour de faux mais une vraie série !

Ruth Wilder (Alison Brie) est une actrice qui ne parvient pas à percer, enchaînant les castings dégradants. Vient pourtant le jour où on lui propose de participer à une sélection pour devenir catcheuse, à une époque où la discipline est exclusivement masculine…

Le générique se charge d’avertir la/le spectatrice/teur qu’elle/il est en terrain conquis. GLOW est produite par Jenji Kohan, déjà responsable d’Orange Is the New Black (déjà chez Netflix) ou bien encore de Weeds (Showtime). On reconnaît d’ailleurs immédiatement une proximité évidente avec la première, notamment par un ensemble féminin haut en couleurs.
Mais Kohan n’est pas créatrice sur ce projet. Elle est simplement créditée comme productrice exécutive ainsi qu’à l’écriture d’un épisode. C’est Liz Flahive et Carly Mensch qui sont à la tête de cette série. Mensch avait travaillé avec Kohan à l’époque de Weeds puis avec Flahive sur Nurse Jackie. Il se trouve que Mensch et Flahive ont en commun une passion pour le documentaire. L’idée de GLOW leur est venue après avoir découvert le film de Brett Whitcomb intitulé G.L.O.W.: The Story of the Gorgeous Ladies of Wrestling (2012) dans lequel il enquêtait sur cette authentique et improbable émission de TV diffusée en 1986 et 1990.

Il faut leur reconnaître un choix audacieux. Aujourd’hui, le catch est bien loin de son âge d’or. C’est la perspective d’un divertissement plus que douteux, très orienté pour un public masculin. Des stéréotypes en veux-tu en voilà. Sans parler de la pratique d’un sport “encadré” de manière assez nébuleuse.

Mais, tout comme le travail de Whitcomb, Flahive et Mensch adoptent un point de vue résolument féminin, soit d’abord celui de leurs héroïnes. Elles y adjoignent bien un producteur et un réalisateur, mais ces derniers ne sombrent pas dans la caricature (notamment le metteur en scène interprété par un très bon Marc Maron).

GLOW_marc-maron_cast

Comme pour OITNB, la qualité du casting interpelle. On y retrouve la patte de la directrice de casting qui monte : Jennifer Euston (Girls, OITNB, Kimmy Schmidt) et un assemblage improbable de comédiennes qui semblent d’abord correspondre aux clichés typiques du catch, avant d’en dépasser systématiquement les attentes.
Le choix d’enrôler Alison Brie (Mad Men, Community) vient couronner cette distribution réussie. Brie s’offre ici enfin un rôle central qui lui permet d’étaler une palette complète alternant comédie et drame sans effort.

L’approche formelle est néanmoins plus aléatoire. Si les tenues et autres constructions de coiffures font leur petit effet, la mise en scène s’épanche vers quelques raccourcis afin de singer les années 80 à moindre effort. On regrettera notamment la sélection musicale sans envergure signée Bruce Gilbert, qui nous avait pourtant habitués à mieux (en particulier sur I Love Dick récemment). Qu’on se le dise, le ralenti sur fond de Tears for Fears n’est décidément plus à faire ! La modeste Red Oaks avait pourtant montré la voie sur ce registre.

À l’heure où nous écrivons ces lignes, le documentaire de Whitcomb n’est pas visible sur Netflix en France (bien qu’il le soit aux E.-U.). Espérons qu’il puisse y faire son apparition car ce serait un complément logique à une série, somme toute, intéressante.

GLOW (Netflix) saison 1 en 10 épisodes
Disponibles dès le 23 juin 2017.
Série créée par Liz Flahive & Carly Mensch
Série écrite par Liz Flahive, Nick Jones, Jenji Kohan, Carly Mensch, Emma Rathbone, Sascha Rothchild, Tristram Shapeero, Lynn Shelton et Rachel Shuckert.
Série réalisée par Phil Abraham, Kate Dennis, Sian Heder, Melanie Mayron, Jesse Peretz, Claire Scanlon et Wendey Stanzler.
Avec Alison Brie, Betty Gilpin, Sydelle Noel, Britney Young, Marc Maron, Britt Baron, Kimmy Gatewood, Rebekka Johnson, Sunita Mani, Kate Nash, Marianna Palka, Gayle Rankin, Kia Stevens, Jackie Tohn, Ellen Wong, Esther Anderson et Chris Lowell.
Musique originale de Craig Wedren & Pink Ape.

Visuels : Erica Parise / Netflix

Partager