#Critique Une dernière pour la route (Hero Corp Saison 5)

#Critique Une dernière pour la route (Hero Corp Saison 5)

Note de l'auteur

Ce qui va suivre ne va pas plaire à tout le monde, et croyez-moi, même moi, ça me fait mal. J’ai toujours eu beaucoup d’affection pour Hero Corp, une série que j’ai découverte au festival de Monte-Carlo il y a plusieurs années, alors qu’elle peinait encore à se faire connaître. Je l’ai chérie, je l’ai soutenue. J’ai voulu les saisons 3, 4 et 5. Et puis enfin, cette saison 5, la dernière, est arrivée, et mon cœur de fan a été testé par mes yeux de critique. J’ai débattu avec moi-même, considérant ne pas écrire de critique pour ne pas avoir à donner un avis négatif. Mais je ne peux pas vraiment me contenter d’écrire que les critiques qui font plaisir, il faut aussi savoir exprimer sa déception.

La vérité, c’est que cette saison 5 me laisse perplexe et que je n’arrive pas à lui voir les qualités que tout le monde semble lui trouver. Certes, c’est bien réalisé, on retrouve l’humour absurde caractéristique de la série, le générique est chouette, la musique vraiment bien, mais au niveau de la narration le tout reste très bancal. C’est tout de même problématique d’avoir l’impression de rater un épisode tout au long de la saison.

hero_corp_saison_5Un certain nombre d’éléments de l’intrigue arrive comme un cheveu sur la soupe et le tout forme une structure narrative qui avance trop vite et semble nous précipiter vers la fin, sans vraiment nous laisser le temps de digérer cette histoire. Que cela soit le début de la saison qui nous fait le coup de l’ellipse temporelle et nous embarque dans une histoire bien loin de la saison précédente, le milieu de la saison qui nous prive de certains personnages pendant quelques temps (quid de Karin et Klaus sur les traces de leurs petits copains ?), ou la fin qui repose sur un fil scénaristique plus que fragile, cette saison nous offre une fin un peu faiblarde rendant ces adieux décevants.

Et le pire, c’est que ça me fait mal d’être confrontée à tout ça. Mes méninges ne cessent de me répéter que c’est dommage, que j’aurais voulu l’apprécier. J’essaye de passer outre, de voir le chemin qu’a parcouru la série et de me concentrer sur l’évolution folle qu’elle a connue… Mais n’empêche que je reste sur ma faim. Je trouve l’épilogue faible. C’est pas bâclé, non, mais ça ne me paraît pas exceptionnel non plus. Et croyez-moi, dire “du mal” d’Hero Corp, ça me fait un pincement au cœur. Il y a trop de boulot derrière, trop d’efforts, trop de choses accomplies au fil des années pour que je vous dise qu’au final la fin de la série n’est pas terrible. Mais il y a des ratés, malgré des dialogues toujours aussi mordants et des acteurs toujours au top.herocorps5

L’interview de Simon Astier donnée à Télérama m’aide cependant à comprendre ses intentions. Je reconnais que l’idée de raconter l’histoire de John, comment il a évolué, vaincu ses peurs pour aller de l’avant, est bien exécutée. Je comprends aussi l’idée d’aborder de grandes thématiques comme le bien et le mal ou ce que cela signifie d’être un héros. Mais toujours est-il que je n’ai pas été transportée par cette saison. La série a cependant grandement évolué depuis la saison 2, ne cessant d’aller dans une direction de plus en plus sombre et adulte, et peut-être que je n’ai tout simplement pas suivi.

Même si l’ultime saison d’Hero Corp m’aura laissée plutôt perplexe, je salue le travail de son équipe. Ce n’est pas souvent qu’un tel projet s’étale sur une dizaine d’années. Hero Corp aura réussi à faire ce qu’aucune série n’avait fait en France auparavant : elle a fédéré une armée de fans qui ne l’ont jamais lâchée, elle a fait naître les super-héros made in France sur notre petit écran, et elle a donné la part belle à l’expérimentation (elle a joué avec son format, son humour, les codes du genre, la parodie, etc.). Si cette fin ne me satisfait pas entièrement, je garderai tout de même Hero Corp dans le panthéon des séries françaises qui n’ont pas à pâlir de leurs parcours face aux mastodontes que le reste du monde produit. Hero Corp, c’était une sacrément belle aventure et quoi qu’il en soit, la série me manquera.

Hero Corp
Série créée, écrite et réalisée par Simon Astier
Avec Simon Astier, Alban Lenoir, Sébastien Lalanne, Arnaud Joyet, Jennie-Anne Walker, Agnès Boury, Étienne Fague, Émilie Arthapignet, Hubert Saint-Macary, Arnaud Tsamère…

Partager