#Critique VS Earth (T. 6)

#Critique VS Earth (T. 6)

Note de l'auteur

9782368523896Déjà six tomes pour le seinen de l’éditeur Kurokawa et contre toute attente, le titre parvient à s’en tirer honorablement. La Terre reprend ses droits face à une humanité qui tente de résister tant bien que mal. Après le sacrifice tragique d’un des personnages du récit, VS Earth soutient son rythme et ne laisse pas vraiment le temps au lecteur de faire son deuil. Peu ou pas de temps mort pour Haruto et ses compagnons, et on ne s’en plaindra pas !

 

La menace grandit sur Tokyo… Pas moins de mille piliers profonds surgissent en plein cœur du quartier d’Ikebukuro et ils tirent sur absolument tout ce qui bouge. À cela, s’ajoute une énergie à la puissance colossale qui émane d’une tour au centre du périmètre défendu par les piliers. Bref, ça ne s’annonce pas super pour la team des Pillar Breakers. Mais fort heureusement, elle reçoit l’aide de renforts provenant des États-Unis. Venue seconder l’équipe d’Haruto, cette « team america » est constituée d’individus au caractère bien trempé, qui comptent imposer leur stratégie. La cohabitation s’avère compliquée mais toutes et tous doivent mettre de côté leur ego s’ils veulent parvenir à endiguer l’arrivée massive de piliers. VS Earth conserve la même dynamique, à savoir à chaque tome une nouvelle bataille. Si la dernière en date, dans le tome 5, a eu d’importantes conséquences, celle-ci n’est pas en reste puisqu’elle est jusqu’ici, la plus importante. L’arrivée massive de piliers profonds entraîne la formation d’une coalition américano-japonaise, qui s’avère quelque peu inefficace au vue du nombre d’ennemis. Sans baisser d’intensité, le titre poursuit sa route dans un seinen bien troussé et parvient à nous surprendre à chaque nouveau tome. D’autant que celui-ci lève un peu le voile sur les réelles intentions de notre mère, la Terre. Si on savait jusqu’ici qu’elle nous était hostile, on sait désormais comment elle compte mettre son plan d’extermination de la race humaine, à exécution.

 

vs_earth_1_centreL’air de rien, VS Earth trace sa route et construit tranquillement son univers SF, rappelant parfois celui de Gantz. Il prend le temps d’exploiter chacun de ses personnages, quitte à mettre le héros temporairement de côté, comme ici. Après s’être arrêtés sur le destin héroïque mais tragique de Hyoma, les auteurs se penche sur celui de Hayashi, qui, en fin de tome, se retrouve en fort mauvaise posture, condamné à mourir d’asphyxie dans une fournaise. Au fil des tomes, le trait de Yoshihiko Watanabe prend de l’assurance. Épais et nerveux, il assure les décharges d’adrénaline nécessaires dans quelques fulgurances graphiques de haut-vol. Bref, toujours aussi surpris face à VS Earth qui, sans crier gare, parvient à s’imposer comme un bon titre de l’éditeur Kurokawa. Sans prétention, s’en tenant à son concept dans un récit resserré et solide, il prouve tome après tome, qu’il faut compter sur lui.

 

VS Earth (T. 6)

De Kazutomo Ichitomo et Yoshihiko Watanabe

Édité par Kurokawa

Partager