Crossed de Garth Ennis et Jacen Burrows

Crossed de Garth Ennis et Jacen Burrows

Note de l'auteur

Crossed

Peut-on aimer Crossed ? La question peut légitimement se poser à la fin de la lecture de cette série de Garth Ennis. Soyons clair Crossed n’est pas une mauvaise série, mais son propos et son traitement sont tels qu’on est bien en bien en peine d’apprécier ce maelström de violence. On préfère vous prévenir donc, Crossed n’est pas une histoire à mettre entre toutes les mains.

 

Comme toute histoire d’apocalypse classique, Crossed débute par un moment calme (des habitants d’une petite ville des USA qui se restaurent dans un café) qui va totalement partir en vrille avec l’apparition du premier infecté qui va propager le virus à vitesse grand V. Très vite le chaos s’installe, la destruction et la mort sont à chaque coin de rue et dans tout le pays (voire le monde entier). Nul présence de zombie pourtant, les infectés arrivent à parler sommairement, utilisent des armes à feu et ne cherchent pas forcément à se repaître de chairs humaines. C’est pire que cela dans un sens puisqu’ils n’hésitent pas à torturer et violer les humains qu’ils trouvent. Crossed ne donne pas d’explication quand à la nature et l’origine même de la catastrophe mais il semble à peu près clair qu’elle transforme toute personne normale en un monstre complètement désinhibé.

 

Garth Ennis

Garth Ennis est un habitué des récits qui nous prennent à la gorge et qui repoussent les limites. Ce scénariste irlandais dont le talent a redoré le blason du Punisher et qui écrivit des histoires pour Judge Dredd et Hellblazer, est surtout connu pour Preacher et The Boys. Deux œuvres connues pour leurs capacités à offrir des récits rentre-dedans et une galerie de personnages abjects.

 

Peut-on aimer Crossed quand il nous décrit un monde qui s’écroule et la manière dont un groupe tente de survivre à cela ? Oui. Bien que le postulat nous ramène évidemment au pilier du genre, à savoir The Walking Dead, la série d’Ennis se démarque de celle de Kirkman par sa manière de nous enfoncer la tête dans un monde sans espoir. En basant sa narration sur un parallèle entre le début de l’épidémie où le groupe se forme, et le présent où celui-ci tente de survivre, Ennis donne beaucoup de rythme à son récit et nous permet de nous rendre rapidement compte de l’impact de l’événement sur les personnages. On le constate ainsi avec le personnage du narrateur de l’histoire, qui passe de jeune homme normal à être humain dépourvu de sensations et de sentiments suite aux épreuves qu’il a traversé.

 

Crossed #0

Peut-on aimer Crossed quand il nous décrit des scènes de violences ou des situations qui peuvent facilement devenir insoutenables ? C’est dur. On a beau être habitués aux délires gores de certains films ou bd, il y a dans les dessins de Jacen Burrows et dans les descriptions de Garth Ennis, des choses qui mettent rapidement mal à l’aise. Est-ce parce qu’ils n’hésitent jamais à aller au bout de leur logique ? Comme quand ils nous montrent les membres d’une famille dont le père est persuadé (à tort) d’avoir trouvé un moyen pour arrêter les contaminés et qui vont subir les pires outrages sans qu’on en perde une miette.

 

Ou bien est-ce parce qu’ils nous décrivent un monde où l’espoir n’existe plus et où des choix terribles sont faits au nom de la survie. Un monde sans pitié où l’on se demande s’il ne faut pas mieux se débarrasser d’enfants afin que le groupe puisse survivre. Difficile de répondre, Crossed est une expérience dont le ressenti est très personnel et sans vouloir arriver à des banalités du genre : « les amateurs apprécieront », il est clair que Crossed n’est pas à mettre entre toutes les mains. La lecture est d’autant plus âpre qu’Ennis évite tout second degré et humour noir dont il égraine pourtant avec brio ses autres œuvres. Il y a quelques cases où on retrouve le Ennis qui sait nous faire rire tout en nous choquant pour au final nous questionner sur ce qu’on vient de lire, mais cela ne représente finalement que très peu de moments dans cette série.

 

A noter enfin que cette intégrale est en fait une compilation des deux ouvrages Crossed parus précédemment chez Milady. L’éditeur ayant cédé la licence, c’est dorénavant Panini qui s’occupe d’éditer cette histoire de fin du monde où l’homme confronté à sa propre nature destructrice, va devoir faire le choix entre la survie et le fait de renoncer à sa propre humanité. Terrifiant.

 

 

 

Crossed – Intégrale (Milady Graphics, Milady, Avatar Press) Contient les épisodes de Crossed #0 à #9

Ecrit par Garth Ennis

Dessiné par Jacen Burrows

Prix : 29 €

Partager