• Home »
  • BD - COMICS »
  • On a lu Da Qin (Tome 1 – L’âge de fer) d’Olivier Richard, Yang WeiLin, Ullcer et Greg Lofé
On a lu Da Qin (Tome 1 – L’âge de fer) d’Olivier Richard, Yang WeiLin, Ullcer et Greg Lofé

On a lu Da Qin (Tome 1 – L’âge de fer) d’Olivier Richard, Yang WeiLin, Ullcer et Greg Lofé

Note de l'auteur

Péplum de la Rome antique, Da Qin propose une balade suffocante et périlleuse aux confins du monde connu au Ier siècle avant notre ère. Les hommes sont les jouets des Dieux. Mais pas seulement…

L’histoire : premier siècle avant Jésus-Christ, Numa, chef de la cavalerie auxiliaire de l’armée Crassus qui est engagée en Syrie contre les Parthes, est ballotté de batailles perdues en batailles perdues jusqu’aux confins de la Chine. Il veut absolument retourner à Rome, mais ses pérégrinations le conduisent toujours plus à l’Est. Mais tous les chemins ne mènent-ils pas à Rome ?

Mon avis : elle est cruelle et sanglante, cette quête effrénée du retour chez soi. Les troupes de Crassus, qui fut tué avec de l’or fondu dans la bouche, après la bataille de Carrhes (Turquie actuelle) en -53, c’est un peu une armée mexicaine. On y trouve des Romains de bonne naissance mais aussi des barbares dont des Galates. C’est une armée conventionnelle sûre de sa force qui se perd complètement face à Suréna et à ses Parthes. Venus d’Iran, ces derniers sont de redoutables guerriers qui usent de techniques et de vices que les Romains ne parviennent pas à contrer.

Da Qin 1.inddNuma, qui dirige une troupe de mercenaires fidèles à Rome, est ainsi fait prisonnier avec quelques camarades d’infortune après une erreur de stratégie qu’il va payer longtemps. N’est pas Sun zi qui veut… Tour à tour, il passera des mains des Parthes à celles des nomades Xiongnu, puis à celles des Han avant de tenter de conquérir Fusang, pays mythique où coule l’élixir de longue vie que d’aucuns estiment être le Japon actuel et d’autres tout simplement l’Amérique. Comme si Christophe Colomb avait été largement devancé dans l’exercice.

Cette aventure « sisyphienne » se veut aussi réaliste qu’onirique. On croque dans cette tranche d’histoire à pleines dents ; on se prend à craindre les réactions de tels ou tels Dieux. Fussent-ils romains, grecs, parthes ou chinois. On ne sait plus à quel saint se vouer, c’est à en perdre son latin mais ça donnerait franchement envie de s’y remettre. Ce précis d’histoire ancienne nous fait regretter d’avoir trop glandé au fond des amphis.

Et comme les Dieux aiment, paraît-il, le sang – c’est Numa qui le prétend – on est servi jusqu’à la nausée. Ça coupe des têtes, ça broie des membres, ça transperce des corps, ça torture à tout-va et ça laisse sans vergogne les boyaux à l’air libre. C’est nauséabond à souhait mais encore tolérable. Hommes et bêtes sont à ce titre logés à la même enseigne.

Olivier Richard, le scénariste, s’est basé sur une thèse historique qui voudrait qu’une légion de Crassus se soit établie en Chine à ce moment-là. Il a appelé le premier tome de cette série prévue en deux, Da Quin, nom donné à l’Empire romain par les Chinois de la dynastie Han.Da Qin 1.indd

On a le bonheur de goûter avec délectation les traits et les premiers pas dans une BD francophone de Yang WeiLin, habitué à la SF. Dessinateur qui sait donner un mouvement et une férocité incroyable aux scènes de guerre. Et une précision d’horloger aux formes et aux émotions des visages.

À noter le précieux glossaire juste avant la quatrième de couverture qui permet de s’y retrouver car les références sont nombreuses. Le tout intégré dans une magnifique planche façon estampe japonaise.

Si vous aimez : L’Empereur de Chine d’Alix et plus généralement La Quête de Jacques Brel.

En accompagnement : la finale du Top 14 de rugby avec la levée du bouclier de Brennus, moment qui se termine par des libations justement interminables.

Extraits : « Les Dieux doivent aimer cette terre désolée »

Da Qin 1.indd« Sol ne s’y couche jamais. Comme si Jupiter et les siens voulaient pouvoir toujours regarder ce qu’il s’y passe. »

« Les Dieux aiment aussi jouer avec les hommes… »

« Mais ce que les Dieux aiment par-dessus tout… »

« C’est le sang ! »

Sortie : 10 février 2016, Soleil collection quadrants, 48 pages, 14,50€.

Partager