On a vu… Deadwood, dix ans après (et raconté par ses acteurs)

On a vu… Deadwood, dix ans après (et raconté par ses acteurs)

Photo HBO

Photo HBO

Cela vous a peut-être échappé – en tout cas, c’est notre cas – mais ce printemps, la série créée par David Milch célèbre ses dix ans. Et le mois dernier – ça non plus, on ne l’avait pas vu – Yahoo TV a réuni plusieurs des comédiens du show pour qu’ils ouvrent la boîte à souvenirs.

« Ils m’ont demandé si je voulais le faire. J’ai répondu : « La dernière putain de chose que je veux, c’est jouer dans une putain de série américaine ». Là, ils m’ont dit que c’était pour HBO, que David Milch l’écrivait et que Walter Hill dirigeait le pilote. Alors bon… »

Est-ce qu’en plaçant deux « fuck » à la suite alors qu’on lui proposait le rôle d’Al Swearengen, Ian McShane a confirmé qu’il était définitivement l’homme à moustache de la situation ? Nul ne le sait… mais ça nourrit la légende.

Un peu comme tout l’entretien auquel ont participé Geri Jewell (Jewel, la bonne à tout faire handicapée du Gem), W. Earl Brown (Dan Dority), Keith Carradine (Wild Bill Hickok), Kim Dickens (Joanie Stubbs), Garret Dillahunt (Jack McCall puis Francis Wolcott), Brad Dourif (Doc Cochran), Paula Malcomson (Trixie), William Sanderson (EB Farnum) et Robin Weigert (Calamity Jane) pour évoquer leurs souvenirs, plus de dix ans après la diffusion du pilote.

Un échange fleuve dont on vous propose quelques morceaux choisis…

Les clefs du casting

C’est en la croisant dans un drugstore de Santa Monica que David Milch a convaincu Geri Jewell de participer à la série, en lui avouant qu’il était un de ses fans… et alors que la comédienne ne savait pas qui c’était.

Jack McCall (Garret Dillahunt). Photo HBO

Jack McCall (Garret Dillahunt). Photo HBO

William Sanderson a failli décliner le rôle de Farnum pour des considérations financières avant de décrocher un meilleur salaire grâce à sa petite amie. Un bon choix : quelques jours plus tard, Milch s’est enfermé pendant trois heures avec l’acteur pour bavarder.

Garret Dillahunt devait auditionner pour le rôle de Bullock avant de se faire griller la politesse par Timothy Olyphant. Il a aussi passé le casting pour jouer Doc Cochran, avant de reconnaître lui-même qu’il n’était pas l’homme de la situation. Et de postuler pour interpréter Jack McCall.

Paula Malcomson a passé une audition pour le rôle d’Alma Garrett. Ça s’est bien passé mais elle a elle-même demandé à tenter sa chance pour le personnage de Trixie, pour lequel elle a eu un coup de foudre.

W. Earl Brown n’était pas spécialement chaud pour jouer Dan Dority : il avait peur de rester dans l’ombre saison après saison. Il a donc passé le casting de Jack McCall et celui de Dan, et c’est en voyant Milch lui demander de reprendre chaque phrase du personnage qu’il a compris que le créateur de la série n’avait nullement l’intention de laisser le bonhomme à l’arrière-plan.

Souvenirs de tournage
Doc Cochran (Brad Dourif). Photo HBO

Doc Cochran (Brad Dourif). Photo HBO

Dans les scènes tournées de nuit, l’équipe utilisait très peu de lumière (« on ne voyait pas du tout ce qui se passait alentour, c’était comme si on faisait un saut dans le temps », se souvient W. Earl Brown).

L’ambiance sur le plateau était assez unique, dans les souvenirs de Robin Weigert : « Ça me semblait plus réel que tout ce qu’on pouvait voir à LA, dans la « vraie » ville (…) Deux extras embauchés dans l’équipe se sont (d’ailleurs) rencontrés sur place et sont tombés amoureux. Ils ont demandé à David Milch d’être témoin à leur mariage ». Ce qui n’empêchait pas le lieu de tournage d’être assez inconfortable, dans les souvenirs de Kim Dickens.

Travailler avec Milch

« À partir du troisième épisode, on n’a plus jamais eu un script complet du premier coup. Vous saviez que vous auriez vos pages la nuit avant le tournage. Parfois, on allait sur le plateau où on savait qu’on allait tourner et on attendait nos pages. (…) Si vous ne saviez pas jouer en équipe, si ce n’était pas votre façon de prendre part au jeu, vous n’aviez rien à faire ici. » (Kim Dickens)

« L’écriture de la série était beaucoup basée sur ce qui a été écrit par les témoins de cette époque. (Milch) a fait le choix de faire parler (ses personnages) comme ils écrivaient. C’était un choix vraiment intéressant. (…) Vous deviez tout mémoriser sans avoir vraiment le temps de le faire. (…) Une fois, il m’a donné un texte incroyable, je devais le jouer le lendemain avant qu’il ne fasse machine arrière. « J’aurais dû te laisser plus de temps. » «  (Brad Dourif)

« Au départ, Trixie était supposée mourir dans l’épisode 4 : elle devait mettre fin à ses jours. (Sa survie) témoigne de la volonté de David, en tant qu’auteur, de rester proche de ses personnages. De ne pas rester collé à une option pour aller dans des eaux non explorées. Là où l’histoire lui dit d’aller. » (Paula Malcomson)

Calimity Jane (Robin Weigert). Photo HBO

Calimity Jane (Robin Weigert). Photo HBO

« Je me suis écrit l’histoire de Jewel après notre rencontre à la Paramount. Avant ça, j’ai rencontré Milch et les auteurs et quand il m’a raccompagné à la voiture, il m’a dit : « Oublie tout ce dont on a parlé, tout ce que tu as entendu. (…) Je veux voir ce qu’il y a en toi, je veux voir ce que tu peux faire. Je veux que tu fasses tes propres recherches. » Il m’a donné un livre de cette époque, il m’a dit de faire mes recherches et d’écrire l’histoire de mon personnage. Je l’ai écrite et lui ai faxée. Vingt minutes après, il m’appelait pour me dire : « Mon Dieu mais tu écrit vraiment bien. J’aime tout à 99 % : quelle est la partie que toi, tu n’aimes pas ? » (Geri Jewell)

« Quand vous travaillez avec David, vous co-écrivez le personnage avec lui. Il vous utilise et perçoit un nombre incroyable de choses. Il joue sur vos forces et ce que vous apportez dans le projet. (…) La vie commence à imiter l’art et vice-versa. C’est vraiment une belle expérience. » (Paula Malcomson)

La suite de ce long, très long entretien est à lire chez Yahoo TV. Un beau cadeau d’anniversaire pour les fans de la série.

Partager