• Home »
  • CINÉMA »
  • Deauville 2014 : John McTiernan : “Il y a en Amérique plus de policiers que dans l’Allemagne de 1938″
Deauville 2014 : John McTiernan : “Il y a en Amérique plus de policiers que dans l’Allemagne de 1938″

Deauville 2014 : John McTiernan : “Il y a en Amérique plus de policiers que dans l’Allemagne de 1938″

Deauville, lundi 8 décembre : John McTiernan et un discours politique qui va faire du bruit...

Deauville, lundi 8 septembre : John McTiernan et un discours politique qui va faire du bruit…

John McTiernan est énervé ! Invité d’honneur du 40e festival du cinéma américain de Deauville, le cinéaste a prononcé ce soir, lors de l’hommage qui lui était rendu, un discours particulièrement violent et politique sur l’état des institutions de son pays. McT, ou l’art de mettre les pieds dans le plat…

Ca commençait plutôt soft, avec un mot ému pour les nombreux soutiens reçus pendant sa détention : “J’avais prévu tout un discours pour ce soir (…)… J’ai eu affaire à des gens d’une gentillesse incroyable alors que je traversais l’un des pires moments de ma vie. J’espère que ces gens savent à quel point je leur suis reconnaissant…” Mais finalement, John McTiernan a troqué le speech convenu de rigueur pour partir sur les sentiers de la guerre. Une guerre verbale que le réalisateur de Piège de cristal a livré ce soir à Deauville contre son propre pays.

John McTiernan descend sur scène... et dans l'arène.

John McTiernan descend sur scène… et dans l’arène.

Préméditée ou pas, l’allocution de John McTiernan sur la scène du grand auditorium du C.I.D. fut l’occasion pour l’ex-roi de l’action à Hollywood de se livrer à une diatribe d’une violence foudroyante contre le système judiciaire et plus largement les institutions américaines. Rappelons que suite à sa condamnation pour écoutes illégales du producteur Charles Roven (dans le cadre d’un procès jugé à charge par certains observateurs), John McTiernan a servi une peine de prison de plus de dix mois dans le Dakota du Sud, entre avril 2013 et février 2014. Une mobilisation internationale, déclenchée par la page Facebook « Free John McTiernan », créée par un groupe de fans français, avait sensibilisé depuis l’opinion sur le triste sort du réalisateur.

 

« Il y a plus de prisonniers en Amérique qu’en Corée du Nord »

Ce soir, à Deauville, c’était son grand soir. Et le grand John n’a pas raté cette occasion trop belle de délivrer publiquement, devant une large audience à Deauville, un ressentiment manifestement gigantesque puisque McTiernan, sur scène, n’a pas hésité à qualifier implicitement son propre pays d’Etat fasciste. Précisons tout de même que John McTiernan s’est déjà livré par le passé à de violentes charges contre le système avec une vision particulièrement pessimiste de l’avenir socio-politique de son pays. Des prises de position très marquées à gauche et sur lesquelles le réalisateur a littéralement enfoncé le clou ce soir. Restant évasif, le vieux lion a décoché ses flèches sans nommément citer qui que ce soit, se référant à un nébuleux « ils » pour désigner les responsables de la situation désastreuse, à l’en croire, de l’Amérique sur le plan des libertés publiques.

Sachons raison garder : on peut comprendre la colère et l’amertume du réalisateur toujours très marqué par son épreuve judiciaire et qui appelle littéralement au soulèvement civil. Mais on a aussi le droit de juger ce règlement de compte sans sommation un poil excessif et n’engageant que son auteur, surtout lorsqu’il compare les Etats-Unis à l’Allemagne de 1938… A vous de juger !

IMG_0106MORCEAUX CHOISIS : 

« Aujourd’hui, notre pays est devenu une véritable prison à ciel ouvert. Ça, j’en sais quelque chose, croyez-en mon expérience ! On a aujourd’hui plus de prisonniers en Amérique qu’en Corée du Nord ! Plus de policiers dans mon pays qu’en Allemagne en 1938 ! »

« Il y a 750 000 personnes qui se retrouvent chaque année derrière les barreaux aux Etats-Unis, sans même avoir eu la chance d’avoir un procès équitable. Et si vous n’avez pas eu cette chance, vous n’avez, du coup, aucune preuve pour vous disculper. »

« Mon pays est contrôlé par un régime illégal »

« Depuis vingt ans, il y a environ 15 % de la population américaine qui se retrouve en prison. Ces prisonniers sont, pour la plupart, noirs. A leur sortie, leur vie est ruinée et ils n’ont plus le droit de vote. Eliminer ces 15 % d’électeurs, ainsi que les pauvres et les classes moyennes, a permis à ces élites de piller un tiers de la richesse du pays ! »

« J’espère que vous avez pu voir à travers tous les films de ma carrière à quel point je détestais les élites. J’espère aussi que mes films, à l’avenir, montreront aux gens comment changer mon pays qui, pour l’instant, est contrôlé par un régime illégal. Merci… »

ARTICLE ECRIT AVEC L’AIDE DE DAVID MIKANOWSKI

Partager