Décollage pour la #SemaineFirefly : I aim to misbehave

Décollage pour la #SemaineFirefly : I aim to misbehave

« Take my love, take my land, take me where I cannot stand… »

Il y a 15 ans, le 20 septembre, voilà ce qu’on pouvait entendre… Deux accords de guitare et nous voilà transportés. Un air de folk et un vaisseau spatial s’envole dans les airs. L’image a l’air datée, il y a de drôles de jump cut et des flous bizarres, mais pourtant, ça ne semble pas vieux. Bienvenue dans le monde de Firefly, la série de Joss Whedon qui n’a eu qu’une saison, un film, et un statut culte. Une histoire western opéra, un mélange bizarre de batailles sur des chevaux et de bastons de vaisseaux spatiaux, où des contrebandiers prennent avec eux un frère et une sœur qui tentent aussi d’échapper à la loi et l’ordre. Dans un monde capitaliste et unifié, ils viennent créer le chaos et réclamer le libre arbitre de tous les mondes. Ils ne volent pas non plus pour donner aux pauvres, il faut bien manger, mais à se promener de planètes en planètes, ils prouvent que le foyer peut s’incarner dans un univers mouvant, celui d’un vaisseau spatial.

Firefly est une série qui brise encore des amitiés (oui, toi, là-bas, qui as eu le malheur de me dire que cette série était nulle, je t’en veux encore). Elle a le droit à des clins d’œil dans d’autres séries, de Community, The Big Bang Theory en passant par Castle bien entendu, et dont le moindre passage à la Comic Con pousse les fans des quatre coins du monde à San Diego. Alors, certes, Firefly a ses défauts, ses analyses universitaires ou amateures, ses détracteurs… Mais surtout 15 ans plus tard, le signal continue d’être émis, on voit encore la série, on en parle, on en joue dans des fanfics ou des chansons. Il y a encore tant de l’univers whedonien à visiter, tant de mondes dont nous n’avons vu que la surface, que les imaginations peuvent encore se déchaîner et se promener dans un univers si riche. Il fallait bien une semaine sur Mars pour rendre hommage à Firefly ; toutes catégories mélangées : livres, musique, séries, BD.

On vous avait déjà certes parlé de la série, notamment avec un Découvrir Firefly après tout le monde, par votre obligée et un article sur Ces séries qui se poursuivent en bandes dessinées. Mais cette semaine, Amandine nous concocte des articles sur les coulisses de la série, quand Scred nous emmène au bout des accords musicaux et nous propose un kit du bon petit Browncoat. Vous attendent aussi un article sur la lutte entre famille et État, et même des jeux ! Un dernier mot ? Ah, oui : SHINY !

(Nous ne nous attarderons pas ici sur la récente polémique, est-ce que Joss Whedon est un féministe ou non ? Nous parlerons de Firefly, seulement. Peut-être, de-ci, de-là, nous reviendrons sur certains personnages et certaines situations. Mais Whedon en lui-même ? Non.)

Partager