Dépasser les attentes (Insecure / HBO / OCS)

Dépasser les attentes (Insecure / HBO / OCS)

Après High Maintenance, HBO poursuit son travail de conversion d’artistes provenant de la websérie*. Voici désormais Insecure d’Issa Rae qui, à l’image d’Atlanta, apporte enfin un autre regard sur le format court.

Le premier épisode d’Insecure s’ouvre par un speech. Issa Dee s’adresse à une classe d’écoliers puis elle s’interrompt pour inviter les enfants à lui poser des questions. La première réplique qui fuse lui demande, en substance, pourquoi elle s’exprime comme une blanche ? Issa est noire, les écoliers aussi mais la remarque glisse sur Issa qui répond avec une belle répartie. Par contre, elle a bien plus fort à faire avec des collègues, tous blancs, pas très futés et saturés de préjugés sur la communauté afro-américaine, ce qui est assez paradoxal lorsqu’on travaille pour une organisation de soutien aux structures scolaires à Los Angeles. Le décor est planté. Insecure est une comédie mais le sous-texte social va avoir toute son importance.

Issa a tout juste 29 ans et elle fait face à cette adversité au bureau avec une énergie communicative (la série est truffée d’apartés d’automotivation, souvent chantés et absolument merveilleux). Pour autant, cet enthousiasme de tous les jours est mesuré. Issa est notamment incapable de le communiquer à celui (Jay Ellis dans le rôle de Lawrence) dont elle partage la vie et qui se morfond, sans emploi, dans leur appartement. Par contre, il affleure à nouveau comme par magie lorsqu’elle fréquente sa meilleure amie, Molly (l’excellente Yvonne Orji), sorte d’antithèse d’Issa (épanouie au travail mais célibataire).

En cette rentrée, la comparaison avec Atlanta est évidente. Non seulement parce que les deux séries offrent des perspectives pertinentes sur la communauté noire, mais pas seulement. Il est notamment intéressant de voir qu’elles privilégient des personnages centraux à la vie de couple bien établie (même si chacun ont leur part de difficultés). Cela n’empêche pas une certaine légèreté, mais le niveau initial de maturité dans la relation tranche significativement avec une série comme Girls par exemple. Surtout, ces séries insistent sur le malaise provoqué par l’attitude suffisante d’une génération d’américain(es) blanc(hes) (ici, le dédain des collègues d’Issa).
À ce titre, Insecure trouve encore un peu plus de signification lorsque l’on sait qu’elle montre une autre réalité de L.A. (Issa habite Inglewood), loin du quartier – très blanc – de Silver Lake rabâché sur ce format ces dernières années (coucou Togetherness, You’re the Worst, Casual, Transparent).

Toutefois, Insecure accuse une certaine fébrilité formelle. On est loin des cadrages et encore moins de la beauté de l’éclairage affichés dans Atlanta. Le montage semble avoir été pratiqué dans l’urgence et l’utilisation de la musique est maladroite.
C’est d’autant plus dommage que l’accompagnement sonore est tout simplement remarquable. C’est Melina Matsoukas qui s’est chargée de créer l’approche visuelle de la série (elle signe le pilote ainsi que plusieurs épisodes de la saison). Autre point commun avec Atlanta (par Hiro Murai), puisque Matsoukas était jusqu’ici une réalisatrice de clips vidéos. C’est elle qui a proposé à Issa Rae de s’attacher les services de Solange Knowles (créditée ici comme consultante, la supervision musicale étant chapeautée par Kier Lehman). Puis cette dernière recommandera, à son tour, le producteur Raphael Saadiq pour créer les arrangements originaux. À eux deux, Knowles et Saadiq signent sans doute ici l’une des plus belles bandes-son sérielle qui nous ait été donné d’entendre sur le registre R&B.

Après un premier épisode efficace mais alourdit par l’exposition, Insecure trouve rapidement son rythme. Issa Rae reproduit un triangle amoureux qu’elle développait déjà avec un succès certain dans sa websérie.
Et puis, il y a cette complicité communicative entre Issa et le personnage de Molly. L’entente entre les deux amies est si vivide qu’on en oublie rapidement le subterfuge de la représentation.

Insecure ne passera pas inaperçue en cette rentrée. Elle fera date par son ton hilarant et lucide à la fois.

INSECURE Saison 1 (HBO) en 8 épisodes,
diffusée sur OCS City dès le 10 octobre.
Créée par : Issa Rae et Larry Wilmore.
Épisodes écrits par : Issa Rae, Larry Wilmore, Dayna Lynne North, Laura Kittrell, Ben Dougan et Amy Aniobi.
Épisodes réalisés par : Melina Matsoukas, Cecile Emeke, Kevin Bray et Debbie Allen.
Avec : Issa Rae, Yvonne Orji, Lisa Joyce, Jay Ellis, Mason McCulley, Sujata Day, Natasha Rothwell et Wade Allain-Marcus.
Bande son originale : Raphael Saadiq.

*: Issa Rae s’est fait connaître avec la websérie The Misadventures of Awkward Black Girl.

Le titre de cette critique fait référence à une réplique cinglante d’Issa assénée dans le premier épisode :
« […] black women aren’t bitter. They’re just tired of being expected to settle for less. »


Visuel : AMF Photography © 2016 Home Box Office, Inc. All rights reserved. HBO® and all related programs are the property of Home Box Office, Inc. / Anne Marie Fox.

Partager