• Home »
  • SÉRIES »
  • « Désir de fiction » au festival de fiction de La Rochelle : les meilleures citations
« Désir de fiction » au festival de fiction de La Rochelle : les meilleures citations

« Désir de fiction » au festival de fiction de La Rochelle : les meilleures citations

Les débats lors de festival sont l’occasion de rassembler de grands noms de l’audiovisuel pour s’exprimer sur un sujet ou un autre. Ce matin, étaient rassemblés sur une même scène Thomas Valentin du groupe M6, Elisabeth Durand (Directrice adjointe des antennes) du groupe TF1, Rémy Pfimlin du groupe France Télévisions et Véronique Cayla d’ARTE. Ils étaient présents pour s’exprimer sur une conférence autour du thème « Désir de fiction : quels contours et quelle place pour la fiction française sur les antennes ? ». Le débat a été suivi d’une allocution d’Aurélie Filipetti sur la production audiovisuelle.

En attendant, notre analyse sur ce débat et cette allocution, le Daily Mars vous propose quelques citations entendues qui donnaient le ton de la conférence.

« On est des fans de fiction française. »  Thomas Valentin, ‘fan de’.

« W9 est la seule chaîne de la TNT à investir autant d’argent dans la fiction française. » Thomas Valentin, solitaire.

« On a montré notre souhait d’ouvrir le champ éditorial à des territoires différents, et pour ça on est allé chercher des tonalités un peu transgressives, comme avec Doc Martin. » Elisabeth Durand, conquérante.

« Qui produit la fiction que l’on voit sur vos écrans ? Est ce que c’est Google ? Est-ce que c’est Youtube ? C’est la télévision gratuite. Et c’est pas les 25 chaînes, c’est les grandes chaînes. » Thomas Valentin, dénonce.

« On produit de la fiction qui créé des emplois, qui créé de l’activité de création tous les jours à 20 heures, est-ce que ce n’est pas contribuer à l’activité de création ? Faire des programmes qui ne sont pas de la fiction mais qui sont aussi des oeuvres patrimoniales en prime time, là où les autres font du cinéma ou des séries américaines, c’est pas une contribution ? Est-ce qu’on peut dire que M6 n’est pas une chaîne qui contribue à l’originalité du paysage audiovisuel français  ? Arrêtons de se focaliser sur la fiction de prime time ! » Thomas Valentin, légèrement agacé.

« Nous sommes aujourd’hui dans des budgets stables à la baisse. » Remy Pflimlin, prof d’économie précis.

« Le fiction joue un rôle déterminant dans la construction du lien social et de l’imaginaire collectif. » Remy Pflimlin, ambitieux.

« Je le dis ici, nous avons décidé que ces oeuvres (scripted reality) ne rentreraient pas dans le calcul de nos quotas, même si le CSA le reconnaît. » Remy Pflimlin, digne.

« On ne peut pas aller chercher les jeunes avec de la fiction. » Elisabeth Durand.

« Notre désir de fiction est évident. » Véronique Cayla, a le beau rôle.

« Arrêtons de se dire qu’on ne sait pas faire ! » Thomas Valentin, colère.

« La création française, c’est France Télévisions, ce n’est pas Canal + » Rémy Pflimlin, aime les slogans.

« Il faut continuer à développer des séries qui montrent le génie français, le génie européen » Rémy Pflimlin, ingénu.

« Tout est long dans ce pays. » Remy Pflimlin, coquin.

« Il faut se féliciter des signes d’un renouveau de la fiction française » Aurélie Filipetti, a lu le New York Times.

« Ce sont les français qui ont inventé le structuralisme. Et toute l’écriture audiovisuelle, notamment américaine, était profondément marqué par ce structuralisme. » Aurélie Filipetti, cocorico

« La « réalité scriptée » ne fait pas partie des oeuvres patrimoniales, nous ne devons pas confondre le travail de création avec les émissions de flux. » Aurélie Filipetti, veut sa salve d’applaudissements.

« Je veux qu’on puisse défendre ensemble une vision dynamique, audacieuse, moderne de la programmation de nos diffuseurs. » Aurélie Filipetti, main dans la main.

« C’est à partir d’un P.A.F. fort qu’on pourra s’insérer dans l’Europe et donner de la France une vision, un idéal. » Aurélie Filipetti, envoie du rêve.

Partager