Detective Dee : La Légende des rois célestes

Detective Dee : La Légende des rois célestes

Note de l'auteur

Toujours plus populaire, la licence Detective Dee de Tsui Hark représente une manne financière énorme pour la Chine et commence même à faire parler d’elle à l’internationale, à l’image de ce nouvel opus qui sortira en France quelques jours après son pays d’origine, grâce au travail de The Jokers, le distributeur français.

Detective Dee 3 (ou la Légende des rois célestes) continue de narrer les aventures de Dee Renjie, un juge fort talentueux évoluant dans les strates politiques de la cour impériale de Chine. Alors que le second épisode était un préquel au premier opus, remplaçant Andy Lau par Mark Chao pour jouer un Dee plus jeune, ce troisième épisode s’intercale entre les deux, se plaçant juste avant l’histoire du Mystère de la flamme fantôme. Cette fois-ci, Dee est aux prises avec un mystérieux clan masqué menaçant le couple impérial, manipulant la magie et l’illusion. C’est évidemment un bon prétexte pour multiplier les trouvailles visuelles et justifier les effets 3D.

Car oui, tout comme les deux précédents opus, Detective Dee est autant une intrigue policière qu’un film d’aventures, avec combats aériens, rebondissements tarabiscotés et personnages hauts en couleur jouant les filles de l’air. C’est un véritable blockbuster aux allures de cartoon, un épisode où les subterfuges et les tours de magie servent de terreau pour porter le maximum d’idées à l’écran, que ce soit les pouvoirs démoniaques d’un sorcier adepte des étincelles, ou une grand-mère bossue bien trop agile pour son âge et qui aurait bien besoin d’un coup d’extincteur. L’univers de ce troisième opus est dense, privilégiant parfois les seconds couteaux au détriment de Dee, se retrouvant relégué en arrière-plan pendant une petite partie du film. Ça amène quelques scènes de comédie et approfondit les personnages, mais l’intrigue mise sur pause fait un peu bailler le spectateur. C’est le propre de la licence : vouloir absolument tout conjuguer en un seul écrin, des amourettes du disciple de Dee avec une guerrière singulière et attachante aux remises en question de la loyauté de son pote Yuchi, le spectateur pourra un moment se sentir laissé de côté malgré le fait qu’il se passe toujours quelque chose à l’écran.

Ça n’empêche pas Detective Dee de dérouler une intrigue plus équilibrée que les précédents films. Tsui Hark privilégie la linéarité dans son histoire, liant habilement les sous-intrigues au plot principal sans jamais s’éparpiller. Le film multiplie les rebondissements jusqu’au point d’orgue des trente dernières minutes qui offrent un spectacle complètement ahurissant et généreux de créatures aux designs improbables mais fantastiques, rappelant des œuvres vidéoludiques comme Asura’s Wrath. L’effet relief ne fait qu’accroître le style visuel et la chorégraphie des combats, accentuant également le côté cheap de certains éléments. La bobine embarque le spectateur dans sa propre folie visuelle qui ne s’arrête jamais, et on finit la séance fourbu, mais heureux. Des décors superbes aux jeux de lumière qui emplissent l’écran de couleurs invraisemblables et sublimes, Tsui Hark n’aura jamais autant utilisé l’art de l’illusion dans le contexte de son film pour mieux y représenter son propre cinéma et le faire exploser à l’écran, pour le plus grand plaisir du spectateur (pour peu qu’il s’y laisse prendre).

Moins fou que La Légende du dragon des mers (qui peut battre un cheval courant sur l’océan ?), plus riche que Le Mystère de la flamme fantôme, ce troisième opus de Detective Dee est aussi le plus accessible, le plus équilibré et le plus incroyable visuellement, portant le talent de Tsui Hark à un sacré niveau, quitte à laisser certains spectateurs réfractaires de son style sur le carreau. À l’inverse, les habitués du Syndicat du crime ou de Time and Tide se laisseront prendre avec plaisir. La Légende des rois célestes est un spectacle virtuose, éprouvant mais tellement dense et généreux qu’il ne faut pas passer à côté, surtout comparé à des blockbusters aussi creux que le dernier Ant-Man.

Detective Dee : La Légende des rois célestes
Réalisé par Tsui Hark
Avec Mark Chao, Carina Lau, Shaofeng Feng…
Sortie le 8 août 2018

Partager