Downton Abbey : bilan de la saison 4

Downton Abbey : bilan de la saison 4

En attendant de vous livrer la critique du Christmas Special de Downton Abbey, je vous propose un petit retour sur la quatrième saison de la série anglaise. Alors que s’est-il passé cette année à Downton ? Beaucoup de choses et en même temps… pas grand chose.

Des intrigues peu savoureuses

Après le monceau de drames vécu par les habitants de Downton, il n’est pas étonnant que la suite ait subi un petit coup de mou. Autant certains personnages ont encore eu une année agitée, autant certaines intrigues se sont finalement révélées un peu fades. En premier lieu vient la disparition du prétendant d’Edith, qui est parti en Allemagne et que personne ne parvient à retrouver. Une arche vague, molle et qui nous a occupé les 3/4 de la saison sans trouver de résolution. Peut-être que le prétendant apparaîtra miraculeusement sous le sapin des Crawley dans le Christmas Special, auquel cas ça aura bien été la peine de nous bassiner avec sa disparition pendant 107 ans.

De la même manière, deux autres intriques m’ont posé problème. D’une part l’agression d’Anna, qui revient semer le trouble dans sa relation avec Bates et qui le replace dans une situation à risque. Il a déjà fait de la prison une fois, a-t-on vraiment besoin de repasser par cette case-là ? D’autre part, l’histoire entre Rose et son chanteur de jazz sera retombée comme un soufflé. Julian Fellowes a tenté de s’aventurer sur une nouvelle pente et de traiter la question du racisme dans Downton Abbey, puis visiblement il a trouvé cette pente trop savonneuse et a décidé de lâcher l’affaire.

Des personnages en évolution

Photo ITV

On reviendra plus amplement sur le cas de Mary plus bas, mais elle n’est pas la seule à avoir évolué cette année à Downton. Edith aura enfin gagné en épaisseur, non seulement à cause de la détresse qu’elle éprouve face à la disparition de son amoureux, mais surtout parce qu’elle doit faire face au fait qu’elle a un polichinelle dans le tiroir. Pour le coup, c’est le genre de « problème » qui pousse une femme à grandir très vite. Du côté de Branson, on remarque aussi une évolution du personnage dans la mesure où il est en quête de son identité. Branson ne se reconnaît plus et cherche à se retrouver, ce qui permet à la série d’une part de donner lui donner part belle et d’autre part de recommencer à explorer ce qui faisait de lui un personnage à part à son arrivée dans le show. La relation entre Violet et Isobel fait également partie des bons points de cette saison. Les deux femmes se sont rapprochées à travers le deuil et la maladie et nous ont offert des séquences savoureuses tout au long des épisodes.

Le deuil et la renaissance

Julian Fellowes ne pouvait pas vraiment passer à côté. Après Branson et la perte de Sybil, c’était maintenant au tour de Mary d’affronter le décès de son époux, Matthew. Le créateur de la série a choisi de faire un bond de 6 mois dans le temps, faisant ainsi démarrer la saison au moment où Mary commence enfin à remonter la pente. L’épreuve n’est pas facile à surmonter et Branson va vite se révéler un allié pour Mary, qui partage désormais avec lui bien plus qu’elle ne l’aurait souhaité. C’est lui qui va la guider dans son deuil et qui va l’aider à trouver de nouvelles raisons de vivre (à travers le petit Georgie et la prise de ses responsabilités concernant le domaine familial). Même si elle est loin d’être prête à se lancer dans une nouvelle relation amoureuse, le moins que l’on puisse dire, c’est que Mary aura été énormément courtisée cette saison. Ce qui a eu la vertu de lui montrer que ce que Matthew voyait en elle, cette douceur qu’elle pensait avoir perdue avec lui, est toujours présente …

En somme, cette saison de Downton Abbey n’aura pas été la plus réussie mais elle se sera tout de même montré assez intéressante et divertissante. Espérons que le Christmas Special apportera une résolution à certaines des intrigues les plus faibles afin que la saison 5 puisse repartir sur des bases plus solides.

Partager