#DrNo La Jeune fille sans mains

#DrNo La Jeune fille sans mains

Note de l'auteur

la-jeune-fille

 

 

 

C’est pas tous les jours qu’on peut regarder une princesse se faire démembrer à la hache et aussi faire caca dans la forêt et dans un dessin animé (les princesses ont aussi des besoins naturels pressant à soulager) !!!
Le graphiste Sébastien Laudenbach s’attaque à l’adaptation (très libre) d’un conte des frères Grimm totalement méconnu, La Jeune Fille sans mains, ou l’histoire d’une demoiselle maudite pourchassée par le diable en personne qui a conclu un pacte avec son meunier de père. La richesse contre sa fille. Mais sa pureté et son innocence vont résister au démon, malgré les tortures qu’elle va subir, genre se faire couper les mains par son propre père ! Si cette fable traumatisante méritait déjà, en elle-même, une adaptation animée (et c’est pas l’ogre Disney qui s’y attaquerait), le parti pris esthétique de Sébastien Laudenbach renforce sa puissance émotionnelle. Le minimalisme total du graphisme, qui mérite un réel effort de concentration, frise l’expérimental. L’art délicat d’Isao Takahata et de son fabuleux Conte de la princesse Kaguya ne sont jamais bien loin. Les fabuleux Cut-Outs de Matisse et les délires visuels de Norman McLaren non plus…
Sébastien Laudenbach transcende son manque de moyens techniques pour transformer La Jeune Fille sans mains en poème visuel féministe étourdissant de poésie. Avec le fantastique Ma vie de Courgette, le cinéma d’animation français fait plus que résister aux ogres technologiques venus d’Hollywood. Il y a un zillion de fois plus de vie et d’émotion et de pureté dans ces deux films que dans toutes les machines désincarnées genre Kubo ou Vaiana

La Jeune Fille sans mains
2016. France. Réalisé par Sébastien Laudenbach.
Avec les voix de Anaïs Demoustier, Jérémie Elkaïm, Philippe Laudenbach…
En salles depuis le 14 décembre

 

 


La Jeune Fille Sans Mains Bande-annonce par PremiereFR

 

Partager