#DrNo Personal Shopper

#DrNo Personal Shopper

Note de l'auteur

personal

 

 

 

Tremble Jason Blum tremble ! Tremble toi et ta Blumhouse remplie de fantômes fantomatiques tout méchants. Les spectres parisiens débarquent des beaux quartiers et du monde sous-terrain de la haute couture pétée de tunasse et ils vont tout casser dans leurs robes pailletées en plastic Channel à 10 000 et leurs escarpins en cuir de pangolin à 5000 ! Des spectres version grand cinéma d’auteur qui ravage les festivals (les festivaux ?) internationaux. Et c’est Olivier Assayas, emblème d’un cinéma auteurisant parisianno-mondain à la limite de la caricature qui s’amuse avec le film de fantômes.
Une jeune américaine renfrognée et medium à ses heures perdues (l’évanescente Kristen Café Society Stewart toujours sur le fil du rasoir) débarque à Paris pour tenter de rentrer en contact avec le fantôme de son frère jumeau qui vient de mourir. Entre deux tentatives infructueuses, elle joue les personal shoppers pour une surconasse surfriquée de la surjet set.
L’ennui, la frustration et la solitude vont l’entraîner langoureusement au bout d’elle-même et dans un cauchemar glacial, dans un labyrinthe mental déstabilisant (la terreur sourde du matriciel Carnival of Souls n’est pas loin non plus). On pouvait redouter de voir Assayas détourner avec mépris le genre horrifique. Mais non. Il en embrasse totalement les codes, même les plus éculés, jusqu’aux jump scare et aux plans sanguinolents. Pour les emmener ailleurs. Dans un trip sensoriel et cérébral furieusement lynchien à la gloire de sa muse névrosée elle-même hors du monde, fantôme volontaire de sa patronne et de sa propre vie. Personal Shopper irradie d’une mélancolie insondable, d’un rapport charnel et mental à la mort et à l’ésotérisme.
C’est toujours passionnant de voir le cinéma d’exploitation être pris d’assaut par le cinéma d’auteur (Le Dos rouge s’y essayait aussi de manière beaucoup plus ludique). Ce truc reste quand même hyper hermétique mais son atmosphère délicatement délétère vous envahit jusqu’au final déroutant qui explique tout et rien à la fois, bien évidemment. Intriguant.

Personal Shopper
2016. France/Allemagne. Réalisé par Olivier Assayas
Avec Kristen Stewart, Lars Eidinger, Sigrid Bouaziz…
En salles depuis le 14 décembre

 

 

PERSONAL SHOPPER Bande-Annonce VOST par TVMovieTrailer

 

Partager