#E3 2017 : Les jeux à ne pas manquer

#E3 2017 : Les jeux à ne pas manquer

Toute la semaine, vivez le Daily Mars aux couleurs de l’E3 2017 et retrouvez des comptes-rendus sur les différentes conférences du salon de l’E3 en vrai-faux direct de Los Angeles ! Nos reporters de l’extrême sont au garde à vous (presque) sur place pour vous faire vivre l’actualité chaude vidéoludique !

L’E3 a fermé ses portes après plusieurs jours de conférences et de salon ouvert au public. L’occasion de faire un point sur les jeux qui ont tapé dans l’œil et qui méritent bien plus qu’un simple regard en diagonale du dernier trailer en date.

Dragon Ball Fighter Z

S’il y a bien un jeu que tout le monde a retenu, c’est la nouvelle itération d’un jeu de combat Dragon Ball annoncé lors de la conférence Microsoft. Pourquoi celui-ci plus qu’un autre ? Parce que la licence revient à un mode de combat 2D comme le sont Street Fighter V ou Injustice 2, parce que le titre est développé par Arc System Works, déjà à l’origine des derniers Guilty Gears et parce que le studio a tout compris de ce qui faisait le sel de l’animé. Graphismes 3 D au rendu cell-shading du plus bel effet, animation volontairement hachée pour retrouver l’aspect des jeux 16bits, sound design au diapason ; n’importe quel fan à travers le monde sera conquis par un rendu des combats dynamique et léché. Arc System Works a déjà prouvé son expertise dans le domaine du jeu de baston, on peut légitimement penser que le gameplay sera lui aussi très soigné. Probablement la sensation de cet E3 2017.

Beyond Good and Evil 2

Il n’y a pas eu beaucoup de surprises ou d’annonces fortes cette année, et Ubisoft a su tirer son épingle du jeu en balançant un nouveau trailer de Beyond Good and Evil 2, déjà annoncé en 2008. Les aléas de la vie ont fait que Michel Ancel n’a pas pu développer la suite de son titre au succès d’estime un poil exagéré, mais bénéficiant d’un capital sympathie sans pareil. Travaillant sur les derniers Rayman (Origins et Legends), il a mis de côté le projet pendant de longues années en attendant le bon moment pour lancer le développement de cette suite à l’ambition folle. On ne sait que très peu de choses, simplement qu’il s’agira d’un jeu d’aventure où l’on pourra se balader dans toute une galaxie, que ce sera un prequel mettant en scène la mère de Jade et qu’une feature multijoueur permettra de faire interagir ses copains. La cinématique dévoilée permet d’en savoir plus sur un univers qui donne franchement envie.

Super Mario Odyssey

C’était le jeu de la conférence Nintendo, celui que tout le monde attendait. Le nouvel épisode de la franchise la plus populaire de l’éditeur nippon a dévoilé ses spécificités de gameplay au travers des niveaux ouverts comme à la bonne vieille époque des Mario 64 et consorts, et un système de jeu basé sur la casquette de Mario devenue vivante qui lui permet de se transformer en n’importe quel élément qu’il touche avec celle-ci. La pauvre victime se retrouve alors affublée de la casquette en question et d’une moustache, et le joueur pourra alors se servir de ses capacités pour avancer dans le niveau. Encore une fois, le jeu a l’air bourré d’excellentes idées, et encore une fois, Nintendo met la fessée à bon nombre de franchises qui ne parviennent jamais à se renouveler. Verdict final en octobre.

The Swords of Ditto

Développé par le studio Onebitbeyond, le titre indé rentre bien évidemment dans la case rogue-like et c’est en partie la raison de sa présence dans cette sélection. Mais sa particularité est de lorgner directement du côté des vieux Zelda. Votre personnage devra venir à bout de trois donjons et d’un boss final pour rendre le royaume un peu plus paisible. S’il y arrive, son descendant gardera son expérience et sera face à un monde plus sympathique avant d’aller combattre le nouveau méchant du coin. S’il échoue, son descendant récupère quand même son expérience, mais sera face à un royaume qui a sombré dans la noirceur. Un subtil mélange entre Rogue Legacy et A Link to the Past, nanti d’un visuel cartoon flamboyant et extrêmement réussi. Tout ça est porté par l’éditeur Devolver, et on attend l’année prochaine avec beaucoup d’impatience.

A Way Out

Si l’on devait retenir une seule chose de la conférence Electronic Arts, ce serait A Way Out, jeu d’aventure en coopération, porté par un Josef Fares passionné, et déjà à l’origine de l’excellent Brothers: A Tale of Two Sons. Le titre met en scène deux taulards, qui sont donc chacun dirigés par un joueur, devant coopérer pour s’évader de prison et échapper à la police. Le jeu se sert allègrement du splitscreen comme moteur de narration, à la manière de certains réalisateurs comme Brian de Palma, n’hésitant pas à élargir un côté de l’écran pour lui donner de l’importance. La mise en scène soignée, la richesse des situations et l’écriture qui a l’air au top, autant d’ingrédients qui pourraient clairement créer la surprise et donner un jeu narratif aussi fort qu’un Uncharted.

God of War

Fut un temps où la franchise God of War était le maître étalon dans la catégorie beat’em all. Au fur et à mesure des épisodes, rien ne changeait : Kratos était toujours en colère et le gameplay n’a jamais évolué d’un iota, rajoutant simplement des features de mises en scène pour rendre les combats impressionnants et cacher la légèreté du système de combat. Résultat des courses : on s’est retrouvé avec toute une mythologie grecque anéantie des mains de Kratos. Pour ce nouvel épisode, on repense totalement le gameplay, on file un gosse à Kratos pour le calmer un peu et on déplace tout ça vers la mythologie nordique. L’histoire et l’écriture promettent d’être bien plus intéressantes qu’avant (même si on sent l’influence Naughty Dog) et les combats ressemblent à quelque chose. Espérons que tout ça tienne le choc sur la longueur, mais on est confiant.

Matterfall

Un peu passé inaperçu, Matterfall est le dernier bébé du studio Housemarque (Resogun) qui nous pond un Metroidvania pur jus dans un univers futuriste fort coloré. Le jeu n’a pas l’air de révolutionner grand-chose, mais attire l’oeil grâce à des effets pyrotechniques du plus bel effet et quelques idées de gameplay bien senties comme des gadgets pour fabriquer des obstacles ou des plates-formes à la volée. Ça a l’air tout foufou, et ça ne sort pas plus tard qu’en août prochain.

Assassin’s Creed Origins

Après un an d’absence, la licence phare d’Ubisoft revient et promet d’avoir changé le jeu en profondeur. De ce qu’on voit sur les vidéos, ça n’a pas l’air d’être dans le bon sens, et l’équipe a préféré s’inspirer des autres jeux de la firme plutôt que de totalement se remettre en question : aigle en guise de drone pour repérer les ennemis, features gadgets comme cette flèche au ralenti ou des icônes partout, tout ça n’augure pas que du bon. Pourtant, la minutie de détails pour reconstituer cette Égypte ancienne et la perspective de découvrir toute une culture qu’on voit rarement dans un jeu vidéo (l’un des points forts de la licence) donnent malgré tout envie, on espère juste que les promesses ne sont pas vaines. Réponse en fin d’année.

Mario X Rabbids Kingdom Battle

Personne ne croyait à cette alliance sortie de nulle part, encore moins quand Yves Guillemot et Shigeru Miyamoto débarquent ensemble pendant la conférence Ubisoft, armé d’un bras-fusil en plastique pour rigoler. Et pourtant. Sorte de croisement entre un Mario RPG et un épisode de XCom, ce Mario X Rabbids lorgne du côté des tactical-RPGs avec grand soin et se révèle être une excellente surprise tant dans son gameplay que dans son traitement graphique, mignon comme tout. Il faudra attendre de voir si ce « XCom pour enfants » garde de l’intérêt sur tout le jeu, mais la promesse est là, et ça a l’air sacrément efficace. Verdict en août.

Partager