E3 2018 : Conférence Ubisoft

E3 2018 : Conférence Ubisoft

Le  pré-E3 bat son plein, et la ronde des conférences enchaîne les tours avec plus ou moins de réussite (n’est-ce pas Square-Enix et tes 30 minutes de vide, montre en main ?). C’est donc au tour d’Ubisoft, ténor du jeu-service et des licences de monde ouvert, de montrer ce qu’il garde dans son catalogue pour la fin 2018 et les années à venir.

 On va éviter de parler de ce spectacle dansant, costumé et – avouons-le – légèrement gênant, pour discuter des premiers titres présentés de la conférence. Just Dance 2019, aura donc eu l’honneur de la fanfare de début de conférence. S’ensuit un premier trailer pour le tant attendu Beyond Good and Evil 2. Comme l’année dernière, on a droit à un trailer CGI de toute beauté, probablement produit par Unit Image, permettant de replacer le jeu dans le contexte avec une surprise de taille : Jade, l’héroïne du premier opus, a l’air d’être l’antagoniste du jeu.

Deux membres de l’équipe ont présenté une courte vidéo de pré-alpha, qui donne un aperçu d’une ville du jeu aux inspirations indiennes. On sent que la production n’est pas encore en vitesse de croisière, mais l’équipe donne des nouvelles de leur programme Space Monkey, allié au label Hit Record de Joseph Gordon Levitt, qui vient passer une tête pour promouvoir son bébé. L’opération permet à tout un chacun d’apporter sa pierre à l’édifice, que ce soit sur l’artistique pur ou sur le son. Le jeu n’est clairement pas prêt, mais on est content d’avoir des nouvelles.

Après un petit encart sur la partie e-sport de Rainbow Six Siege (qui est toujours en excellente santé), Ubisoft dévoile un énième Trials par Redlynx, nommé tout simplement Trials Rising, avec modes multijoueur en pagaille et comme d’habitude un univers crétin et bien débile, dans l’esprit de la saga. Bêta fermée prévue et sortie pour février 2019.

La conférence continue avec un trailer CGI sur The Divison 2, présentant le nouvel environnement de ce second opus, un Washington en proie à la nature et à l’anarchie, avec évidemment un peu de milice bien méchante que l’on devra probablement éliminer avec ses amis, comme dans n’importe quel autre jeu multijoueur du moment. Le jeu se jouera à 8 en coopération, avec raids à l’appui, et le Creative Director annonce déjà un suivi sur au moins un an et 3 DLCs au programme sur l’année 2019, gratuits qui plus est. On peut dire qu’ils voient loin, mais en termes de jeu-service, The Division avait bien rempli son office.

Les increvables lapins crétins profitent du DLC de Mario + Lapins Crétins avec Donkey pour sortir les instruments et faire la musique du trailer en live. Petit rappel de la sortie pour le 26 juin. Skull and Bones revient à la charge avec un autre trailer CGI et montre l’univers de la piraterie dans toute sa splendeur, histoire de faire le contrepoint réaliste à Sea of Thieves. Après avoir brièvement présenté le jeu, la conférence dévoile une première séquence. On ne va pas y aller par quatre chemins, le jeu est assez somptueux et résolument multijoueur, histoire de s’associer à d’autres capitaines pour piller les trésors. Le joueur pourra customiser son bateau à l’envie, de la proue à la poupe en passant par le gouvernail. Sortie en 2019.

Retour à la scène avec l’arrivée d’Elijah Wood pour Transference, qui a été teasé via une mystérieuse vidéo l’année dernière. Le trailer est très mystérieux et met en scène Macon Blair, acteur fétiche de Jeremy Saulnier (Blue Ruin, Green Room, très recommandés) dans une histoire de flippe aux relents de Silent Hills. Sortie fin 2018.

Et alors qu’on pensait les figurines interactives disparus, Starlink se rappelle à notre mémoire en présentant ce titre spatial où votre bambin viendra vous réclamer votre salaire dûment gagné pour acheter le dernier vaisseau customisable. Le design ultra-générique donne peu envie, mais tente de gagner du crédit en s’alliant avec la licence Starfox. Un partenariat qui se concrétise avec l’apparition d’un Miyamoto recevant le premier prototype du vaisseau Starlink dans une opération marketing rondement menée.

Alors que le titre est sorti il y a deux ans, For Honor revient à la charge, avec Marching Fire, un DLC payant qui se déroulera en Chine et qui arrivera le 16 octobre avec un mode de jeu en 4 vs. 4. The Crew 2 se rappelle à notre bon souvenir pour une sortie très prochaine, et Ubisoft ne perd pas de temps avant d’annoncer son Assassin’s Creed annuel, Odyssey. Comme teasé il y a quelques jours, Odyssey se déroulera en Grèce antique, à l’époque de Leonidas et ses 299 potos. Les rumeurs étaient vraies : on aura le choix entre un homme et une femme pour profiter de l’aventure, qui se déroulera sur les îles grecques connues comme Mykonos.

La longue séquence de gameplay montrait l’héroïne lors d’une petite mission classique à Mykonos. Découverte de la ville, suivi d’un PNJ avec un assassinat à la clé, on termine avec une bataille sur la plage entre grecs en jupette. Arbres de compétences, menus d’équipements à n’en plus finir et gameplay quasi identique à l’épisode précédent, autant dire qu’on est très proche de Origins, et qu’on a bien du mal à avaler un opus qui débarque aussi vite. Eh oui, le jeu arrive déjà le 4 octobre.

La conférence se termine sur ce coup d’éclat. Pas de grosses surprises, pas d’annonces, pas de Splinter Cell. Une conférence solide, qui avait été totalement leakée plusieurs semaines avant, mais il faut noter que tous les jeux AAA ne sont plus que des titres à mondes ouverts ou multijoueur. Ubisoft se transforme en éditeur alimentant des grandes licences en des jeux-services. Certes, on a droit à des univers riches, et Ubisoft a déjà prouvé son savoir-faire en la matière, mais pour ce qui est d’un jeu narratif fort, on repassera.

Partager