Edito : la schizophrénie du fan

Edito : la schizophrénie du fan

Game-of-Thrones-Season-4-Tyrion« Pffffffff bon, OK, moi Game of thrones c’est fini, je m’arrête là, ça devient gonflant, je crois que je vais continuer les bouquins en fait » – Moi, le seul, l’unique, l’année dernière à la fin de la troisième saison.

Et c’est donc tout naturellement que j’étais devant ma téloche peu après la diffusion du premier épisode de la quatrième saison de la série adaptée des livres de G.R.R. Martin. Il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis, et pis on m’avait dit qu’un des moments que j’appréciais le plus dans les pavés du monsieur, allait arriver très vite dans la série. Bref je suis donc reparti pour un tour cette année, et mine de rien je prends beaucoup de plaisir à regarder. D’où les questions qui m’assaillent et m’empêchent de dormir la nuit¹.

Est-ce que la saison 4 est vraiment mieux que les deux précédentes ? En étant une adaptation quasi-fidèle sur le fond et la forme, la série Game of Thrones emportait beaucoup de suffrages, mais peinait souvent à résoudre certaines problématiques liées aux différences entre les deux médias (livre et série). Plus d’une fois je fus interloqué par la manière dont certains événements ou personnages furent (mal)traités. Prenons les fameuses Noces Pourpres. Au delà du choc qu’elles représentent de par leur soudaineté et leurs aspects effroyables, comment peut-ton ressentir de la tristesse ou de l’émoi pour des personnages qui furent quasiment absents ou très mal desservis durant toute la saison ?

Un nouveau venu qui a la classe

Un nouveau venu qui a la classe

Cette quatrième saison semble, par contre, être beaucoup plus rigoureuse en terme d’écriture notamment par l’abandon de multiples scénettes pour tous les personnages à chaque épisode, au profit d’un récit plus concentré sur un ou deux événements chaque semaine. Ou alors est-ce que le fait d’arriver dans des territoires inconnus (cette saison mélangeant histoires du tome trois et événements des tomes suivants) au lecteur que je suis, m’incite à être moins détaché qu’auparavant ? On a beau dire, le fait de connaître à l’avance une intrigue incite à prendre plus de recul face à ce qu’on nous montre et ce d’autant plus si le récit est très proche de l’œuvre originale.

D’où le sketch qui se joue chaque semaine dans mon salon : ma femme et moi devant l’écran, notre dîner sur la table et l’épisode en train d’être diffusé. Je n’ai lu que les trois premiers tomes de la série, elle a dévoré tous les livres, se mettant même à la VO pour le dernier tome écrit par Martin.

Moi : « C’est dans le bouquin ça ? »

Elle : « Oui je crois, enfin c’est un peu différent mais c’est dedans »

Moi : « Et ce passage, c’est dedans ? »

Elle : « Non ou alors je ne m’en rappelle plus »

« Et ça ? »

« Je crois…»

« Et ça ? »

« Non»

« Et ce pass… »

« MANGE ET TAIS-TOI ! »

Vous voyez donc le tableau. Parce que là mine de rien, on arrive doucement à une situation qu’on pouvait « craindre » dès le début de la mise en route de la production de la série. La série rattrape les romans et Martin n’est pas encore prêt à sortir la suite et la fin de sa saga. Le dilemme cruel et implacable se profile à l’horizon. On fait quoi après ? On continue de lire les livres ? De suivre la série ? Les deux ou aucun ?

Attention ! Cet ouvrage spoile la série

Attention ! Cet ouvrage spoile la série

Et la schizophrénie du fan va encore plus loin. Mettez une trentaine d’amateurs de Game of Thrones dans la même pièce ou sur le même forum, et observez. Entre ceux qui ont tout lu et tout vu, ceux qui ne lisent que les livres, ceux qui ne regardent que la série, ceux qui lisent les livres mais n’en sont qu’au tome deux (ouhhh les mauvais), ceux qui viennent juste de finir la première saison etc. etc. De nombreux clans se formeront instinctivement à coté desquels ceux des romans sont de la gnognotte.

Ceux qui ne lisent que les livres sont tranquilles, ils continueront a attendre patiemment la suite de leur saga. Ceux qui ne regardent que la série font de même, ils regarderont religieusement chaque saison avec l’avantage certain d’être moins dépendants de l’auteur. Mais ceux qui jonglent entre les deux, vous y avez pensé un peu hein !? Vous vous en préoccupez un peu de mon tourment ? Comment je vais faire maintenant ? Je vais lire la suite en bouquin en craignant alors de voir les prochaines saisons d’un œil détaché en espérant un peu plus d’infidélité dans les aventures ? Je vais attendre la suite de la série et mettre les bouquins de coté en craignant que les deux s’éloignent de plus en plus l’un de l’autre ? Je vais……ARGGGggggggggghhhhhhhhhhhhh.

Mais avec un peu de recul, on peut voir aussi l’aspect positif de la chose. Avoir deux œuvres d’un même univers se construire en parallèle peut aussi créer une émulation bienfaitrice. Ainsi Katsuhiro Ōtomo déclara que la réalisation du film Akira, pour lequel il dut mettre en stand-by le manga du même nom, lui donna l’énergie créatrice et les idées pour terminer en beauté sa BD. Aujourd’hui on peut lire ou regarder deux versions d’Akira aussi grandioses l’une que l’autre et se complétant parfaitement. Est-ce que Game of Thrones suivra ce chemin ? C’est tout le bien qu’on souhaite aux auteurs.

En attendant j’ai trouvé la réponse à ma question. Livre ou série ? Ni l’un, ni l’autre :  j’ai plein de comics à dévorer !

 

 

¹ Enfin cinq minutes, et après je me demande qui c’est le plus fort entre Captain America et Batman, puis je m’endors comme un gros bébé.

Partager