#Edito : Les 20 Ans de Buffy

#Edito : Les 20 Ans de Buffy

Vendredi 10 mars 2017 marquait l’anniversaire de la diffusion du premier épisode de Buffy, The Vampire Slayer. 20 ans, une éternité, une date qui ne rajeunit certainement pas celles et ceux qui ont découvert la série (un an plus tard sur M6 pour les français). C’est l’occasion de ranimer d’anciennes discussions sur nos épisodes préférés, les incontournables, l’héritage laissée par la création de Joss Whedon. Modèle pour beaucoup, Buffy a anticipé les héroïnes à la télévision, célébré une culture pop et référencée ou encore a su créer des vocations.

Joss WhedonAu-delà de l’événement qui rappelle combien la série fut grande, on mesure également l’avènement d’une nouvelle génération de critiques en France qui a grandi avec des œuvres différentes et qui s’invite, aujourd’hui, dans des médias variés. La série n’est plus cet art pouacre, vilain petit canard d’une famille noble et Buffy n’est plus (ou moins) traité avec dédain et suffisance. Une trajectoire classique de réhabilitation où il faut parfois attendre la relève. Bien sûr, on se rappellera combien Christophe Petit a pu brillamment écrire sur Buffy dans Génération Séries et il n’est pas le seul. Mais avec cet anniversaire éclosent de multiples articles, entre rétrospectives et déclarations.

Si aux États-Unis la série est entrée depuis longtemps dans l’analyse sériephile, jusque dans l’étude universitaire, la démarche est encore un peu hésitante en France. Il aura donc fallu attendre deux décennies pour voir Buffy se répandre dans les médias. La reconnaissance est tardive mais l’éloge reste émouvant. Ainsi, Slate a ressorti l’article de Titiou Lecoq dans lequel elle raconte son nouveau visionnage de la série, Vincent Julé pour 20 Minutes rétablit la richesse de Buffy, Maxence Sorel pour Télérama et Amandine Schmitt pour L’Obs nous disent pourquoi il faut regarder la série, Marion Olité de Biiinge témoigne, dans une magnifique lettre enflammée, son amour pour Buffy. Sur Mars, Amandine (@amdsrs) a déjà pu témoigner sa passion et son expertise de Joss Whedon et Buffy dans sa longue et captivante lecture de la biographie de l’auteur. Enfin, on ne pourra que trop conseiller de suivre Yaële Simkovitch sur Twitter (@Yaelka), vous pourrez y lire les réflexions et analyses passionnantes d’une experte.

La création de Joss Whedon a accompagné les spectateurs, a grandi avec eux, symbolisant cette caverne de Platon, sur laquelle on projetait notre existence, de l’adolescence à l’âge adulte. Buffy nous passionnait, nous poussait à réfléchir, nous émouvait, constituait un récit d’apprentissage (pour les personnages comme pour nous) pop et moderne. Tout en haut de nos panthéons personnels, il y a les grandes séries, les chefs-d’œuvre. Et un peu plus haut encore, il y a ces séries avec lesquelles on entretient un rapport particulier, personnel, intime. Buffy est ce genre de séries et elle a, depuis quelques jours, 20 ans.

Partager