• Home »
  • MCU TV »
  • En attendant… la saison 2 de Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.
En attendant… la saison 2 de Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.

En attendant… la saison 2 de Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D.

AgentsofshieldUneCoulson’s back  !

Agents of S.H.I.E.L.D. (AOS pour les aficionados) revient ! Après un pilote génial, fun et super-référentiel, la série s’était immédiatement embourbé pendant 6 épisodes de pur remplissage, tentant vainement de donner du corps à une team pleine de clichés. Dont acte : deux Scientifiques gnan-gnan avec amour à contre-sens (Fitz-Simmons), une geeko-bimbo ultra-horripilante (Skye) et deux ersatz de Punishers mono-expressifs (Ward et May). Néanmoins, on suit la série pour retrouver notre Coulson préféré, qui tient le show à lui tout seul durant cette première partie, et, avouons-le, c’est plus par pur affect de la phase 1 Avengerienne, que par intérêt total, car sa caractérisation est très loin d’être lumineuse, tout du moins dans la première partie du show.

Puis arrive l’épisode post-Thor : The Dark World (1.08) qui tente alors, commercialement parlant, de relancer la sauce, sans y arriver véritablement. On arrive tout du moins à donner un relief minimum à May et Ward grâce à un artefact asgardien, maigre consolation du moment mais dont les répercussions seront explosives en fin de saison. Et petit à petit, au fil des épisodes suivants, se développe, de manière infinitésimale, le fil conducteur sur la mystérieuse résurrection de Coulson et sur la fameuse personne qui a donné l’ordre de le faire. Donc, on avance, sans être trop convaincu, voire complètement déçu. On parle de Tony Stark, de Hulk, on cite l’univers Marvel quand on peut, mais las, la série continue de manquer de corps. On rebifurque avec Asgard le temps d’une rencontre avec Lady Sif (1.15), certainement l’épisode avec le plus de budget niveau SFX, et l’un des plus sympas avec l’amour éconduit de Thor (Aspect enfin développé dans AOS et complètement oublié dans Thor 1 et 2).

Puis le Messie arrive. Le Messie, Steve Rogers, Captain America, grâce à son intervention solennelle et héroïque, renversant une grande partie de l’Hydra dans l’excellent The Winter Soldier. Et là, on découvre le pot aux roses tenu par Jed Whedon, dans l’ombre de son frangin : l’équipe créative est tenu de respecter un planning, celui du film. Les ambitions dramaturgiques, quelles qu’elles soient ou aient été auparavant, n’avaient de toute façon pas lieu d’être avant la sortie du second opus du super-soldat.

agentsofshieldC’est encore plus révélateur car la série change alors complètement de physionomie et devient dès lors passionnante, avec plusieurs coups de boost sur la dynamique des protagonistes, des coups de théâtre bien senti et des guests que l’on attendait plus (Maria Hill, Nick Fury, ou l’excellente Amy “Root” Acker de Angel et Person of Interest). En ressort une caractérisation bien mieux travaillée pour quasiment tout le cast au travers des événements dramatiques qui ont détruit le S.H.I.E.L.D. : Fitz- Simmons sont devenus très attachants, May montre à travers sa loyauté sans faille et définitive envers Coulson des sentiments plus profonds, on confère à Skye un destin beaucoup plus ambitieux que l’ennuyeuse nerd auquel on s’était habitué et Coulson, une fois sa résurrection résolue, continue d’être une figure iconique (Le S.H.I.E.L.D., c’est lui!) avec son passé amoureux sacrifié et sa figure paternaliste auprès de son équipe. Seul Ward nous laisse dans l’expectative sur ce qu’il va advenir de lui. A mon sens, il aurait dû partir en grandes pompes dans un ultime sacrifice pour Skye, car la rédemption n’est plus de mise pour le personnage car il est allé beaucoup trop loin.

Alors la réalisation oui, est toujours en deçà, certains SFX passent très mal (Pauvre Deathlok en cosplay tout le long) mais on ne peut nier que le show a été continuellement été entravé pieds et poings liés au travers du blockbuster cinématographique du Winter Soldier. Car une fois affranchi de son carcan d’obligation, AOS possède de nombreuses qualités qui en font un show de très honnête facture. Et Quand ABC nous annonce une saison 2, et aucun film à l’horizon pour l’empêcher de se développer correctement, plus une série Agent Carter en parallèle, les attentes sont nombreuses, voire au delà : Agents of S.H.I.E.L.D. est vraiment attendue au tournant et n’a plus vraiment droit à l’erreur !

Les nombreux guests prévus pour cette seconde saison ne dérogent pas à cette régle : Lucy Lawless (Xéna), nouvel agent du S.H.I.E.L.D. ambigu, Adrianne Palicki, qui décidément, veut être une super héroïne, deviendra Mockingbird, Kyle McLachlan sera le “père” de Skye, Adrian Pasdar reviendra en Général Talbot, Hayley Atwell sera carrément dans le season premiere dans son rôle devenu récurrent en tant que Peggy Carter avec, à ses côtés, les Commandos Hurlants et pour finir Brian Patrick Wade interprêtera l’homme absorbant. Bref, il y a du beau monde. Gardons quand même à l’esprit que la série se finit sur une touche extraterrestre encore plus prononcé qu’à l’accoutumée avec les nouveaux “problèmes” de Skye et Coulson à ce sujet, que Les Gardiens de la galaxie nous ont présenté les Kree dernièrement (Et AOS parait lorgner vers cette race d’aliens) et que Avengers 2 débarque en avril prochain. Ce n’est pas peu dire que à un moment donné, il y aura recoupement, sauf que la série subira moins le joug de son parallèle cinématographique pour exister.

Bref, on croise les doigts, on attend notre rasade de Marvel Tv de pied ferme et on espère que Jed et son équipe sauront enfin combler toutes nos espérances une bonne fois pour toute.

HAIL MARVEL  !

 

Partager