En attendant… la saison 3 de Arrow

En attendant… la saison 3 de Arrow

arrowuneAvec sa troisième saison qui débutera le 08 Octobre sur la CW, Arrow tiendrait presque la place de vétérante. Il faut avouer qu’elle n’a pas chômé en deux ans, établissant un univers aux larges ramifications dans le DCverse et se créant une mythologie solide. Et elle n’entend pas se reposer sur ses lauriers comme elle a pu l’évoquer à grand renfort d’annonce : The Atom (Brandon Routh), Captain Boomerang (Nick Tarabay), Katana (Rila Fukushima) et l’illustre Ra’s al Ghul (Matt Nable) sont attendus au cours de la saison. Une volonté d’exploiter un catalogue conséquent, de créer un vrai flux d’apparitions diverses entre figures mythiques, second couteaux et pont avec la petite soeur The Flash.

Arrow tient son salut d’une narration squalidée. Ce qui peut parfois poser des problèmes avec la longueur de ses saisons. Difficile en effet, de maintenir son mouvement perpétuel dans un format marathon. La première saison a beaucoup souffert de sa structure d’unitaire sans la création d’un rapport feuilletonnant suffisamment fort. Chose qu’a corrigée la seconde, même si l’on pouvait reprocher une narration légèrement diluée. Toutefois, elle a su faire de son arc principal, une preuve d’ambition plus en adéquation avec sa nature : l’oeuvre super-héroïque.

arrowdeathstrokeDeathstroke était un magnifique villain. Impitoyable, puissant, manipulateur et charismatique, un cocktail bien dosé qui fait de chacune de ses apparitions une démonstration de force. Le lier au passé de Oliver fut une vraie bonne idée, jamais artificielle dans sa volonté d’opposer les deux personnages. Pas tout à fait arch nemesis, mais sa présence eut un impact important et fut révélateur du potentiel de la série (et par extension, de l’exploitation de figures connues du DCverse). Avec Deathstroke et sa seconde saison, Arrow s’impose dans le paysage des adaptations qui comptent et pas uniquement comme une pièce rapportée de seconde zone.

Avec l’annonce de la présence de Ra’s al Ghul, la troisième saison concrétise une promesse. Le célèbre assassin a souvent été mentionné dans la série, comme un mythe, une légende. Avec son apparition, Arrow trouve (a priori) la parfaite succession de Deathstroke, dans un genre différent. Surtout, il permet de valider le positionnement de la série sur l’échiquier de l’adaptation : à mi-chemin entre le héros urbain et une dimension fantastique. Arrow, s’il pouvait sembler surfer sur l’héritage du triptyque chevaleresque de Nolan, du “super-héros réaliste”, elle a finalement dévié vers une position plus nuancée. Une attitude saine qui n’entend pas renier ses origines.

arrowensembleRa’s al Ghul sera certainement l’occasion d’explorer le passé de Sara et sa formation au sein de la guilde des assassins. Le jeu narratif entre les différentes temporalités devra être aussi pertinent que la saison passée, autant dans sa construction que son implication. Associé à l’évolution de celui de Oliver, dont la nouvelle situation permet des possibilités illimitées, nous pouvons espérer une structure encore plus ambitieuse et un traitement aussi vaste que permis. Arrow avait débuté comme un héros urbain solitaire, sa dynamique vers un ensemble show (n’oublions pas Roy Harper en Red Arrow) lui promet un avenir séduisant. Reste à savoir comment les scénaristes vont exploiter tout ce beau petit monde. Plus l’univers s’étend, plus la richesse devient synonyme de danger. Affûtons nos plumes, si l’on doit conclure par un “You have failed this season”, la sentence sera sans appel.

Partager