Enlèvement, conspirations et religions (critique de Hail Caesar!)

Enlèvement, conspirations et religions (critique de Hail Caesar!)

Note de l'auteur
IMG_0868

Les frères Coen au Friedrichstadt-Palast le soir de l’ouverture de la 66e Berlinale.

En direct de Berlin !

Les revoilà en ouverture de cette 66e édition de la Berlinale : les Frères Coen. Ils étaient là, bien présents pour ouvrir le festival avec leur nouvelle comédie (hors compétition) Hail Caesar ! Casting prometteur, univers des studios hollywoodien durant l’âge d’Or du cinéma, retour sur un film sympathique mais quelque peu anecdotique.

Synopsis : La folle journée d’Eddie Mannix va nous entraîner dans les coulisses d’un grand studio hollywoodien. Une époque où la machine à rêves turbinait sans relâche pour régaler indifféremment ses spectateurs de péplums, de comédies musicales, d’adaptations de pièces de théâtre raffinées, de westerns ou encore de ballets nautiques en tout genre. Eddie Mannix est fixé chez Capitole, un des plus célèbres Studios de cinéma américain de l’époque. Il y est chargé de régler tous les problèmes inhérents à chacun de leurs films.

Après A Serious Man, Inside Llewyn Davis, c’est un retour à la comédie réussi pour les Coen Bros. Le film reprend les bonnes ficelles desdits réalisateurs : quiproquos, enlèvement et situations rocambolesques sont au rendez-vous. Ils restent, encore une fois, les meilleurs pour écrire des dialogues piquants et drôles sur la religion. 

hail+caesar+2

L’ambiance de l’âge d’Or hollywoodien est retranscrite avec grandeur et justesse. On se délecte d’une Scarlett Johansson en sirène et d’un Channing Tatum danseur (excellente scène de claquettes qui ravira les amateurs). Josh Brolin assure en toute sobriété ce rôle de patron débordé mais toujours compétent dans son métier. Clooney, lui, cabotine très légèrement mais convainc par sa candeur et son amusement. Mention spéciale pour Alden Ehrenreich, le cow-boy des studios, qui nous offre deux des scènes les plus hilarantes du film (le maniement du lasso et les dents). Berlinale-2016-Ave-Cesar-!-la-critique_article_landscape_pm_v8

Le casting brillant ne s’arrête pas là, Christophe Lambert, Ralph Fiennes, Tilda Swinton,… Et finalement ce qui s’avérait être un atout se transforme en défaut. Les intrigues partent un peu dans tous les sens, et on assiste à un défilé de guests un peu frustrant. Il aurait été préférable de développer un peu plus amplement certains personnages pour éviter une insatisfaction quant à la faible présence de certains (Frances McDormand, Jonah Hill, etc.). Certaines intrigues sont de l’ordre de l’anecdotique et donne au film un aspect un peu fouillis.
Résultat final : le rythme est inégal et on finit par quelque peu s’ennuyer de ces scènes perdues s’apparentant plutôt à du « sketch » qu’à un véritable déroulé narratif tenu.

Hail-Caesar-(2016)-poster

Hail Caesar! est donc un film amusant, aux scènes réussies, mais qui manque de cohésion et de réelle imbrication. L’arène est presque trop forte et finit par dépasser les frères cinéastes qui signent ici un film un peu trop « léger ». On s’y amuse sans jamais s’y sentir impliqué.


Avé César (Hail Caesar) – Bande-annonce #1 VOSTFR von DailyMars

Hail Caesar ! (Avé César !), de Joel et Ethan Coen, USA/UK, 1h40, avec George Clooney, Josh Brolin, Alden Ehrenreich, … Sortie le 17 février 2016.

Partager