[Excelssior !] Marvel Comics : L’histoire secrète

[Excelssior !] Marvel Comics : L’histoire secrète

Note de l'auteur

Il y a l’histoire officielle où tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil. Et puis il y a l’autre histoire, celle que l’on découvre des années après. Avec Marvel Comics : l’Histoire secrète, Sean Howe nous propose un voyage dans le temps depuis la création de Timely Comics jusqu’aux premiers succès cinématographiques des héros de la Maison des Idées. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’on est plus proche de Game of Thrones que de Friends.

marvuntoldL’histoire : Comme son nom l’indique, Marvel Comics : l’Histoire secrète se veut être le récit non officiel d’un des plus grands éditeurs de bandes dessinées au monde. Des débuts de l’éditeur avant la Seconde Guerre mondiale jusqu’au début des années 2000, de la création de Captain America jusqu’à celle de Deadpool, et des débuts de Stan Lee jusqu’à l’arrivée de Joe Quesada, l’ouvrage va raconter de manière chronologique comment Marvel est devenu l’empire qu’il est aujourd’hui.

Mon avis : Ouvrage dont la traduction en France était attendue depuis quelques années, Marvel Comics : l’Histoire secrète alpague le lecteur amateur de comics sans jamais le lâcher une seule minute. C’est bien simple, une fois commencé on n’a pas du tout envie d’arrêter la lecture. Forcément le récit nécessite de connaître un petit peu l’univers Marvel pour être totalement intéressant. Toutefois, Sean Howe prend le temps de présenter les différents protagonistes et leurs créations afin que le lecteur néophyte ne soit jamais perdu en cours de route.

HtDuck001Car, au-delà de la spécificité même du sujet, ce qui transparaît au fur et à mesure de la lecture, c’est l’histoire d’une culture populaire récupérée par l’industrie de manière massive et anonyme pour en faire une valeur boursière. Marvel n’est pas la première, ni la dernière à avoir subi ce genre d’attaque, mais la manière dont le navire a traversé les différentes tempêtes en fait un cas totalement fascinant. Howe décrit très bien la structure de la société et sa hiérarchisation nous permettant alors de comprendre comment une maison d’édition, possédée par des gestionnaires ne connaissant rien à la bd, arriva tout de même à produire des œuvres de qualité. De même, pour le lecteur familier de l’univers des super-héros et des différentes périodes de la firme, découvrir l’envers du décor permet de mieux comprendre certains égarements (les multi crossovers des années 80 par exemple) ou certains chefs-d’œuvre. On regrettera seulement que le livre de Howe prenne moins le temps de développer les années 90/2000 que le reste.

Il y a l’aspect commercial et entrepreneurial de Marvel, mais Howe ne perd jamais l’idée que le ciment reste l’homme et l’artiste. C’est le fondement de son histoire. Sans être de parti pris et de manière très factuelle et documentée, l’ouvrage revient sur les conflits entre Jack Kirby, Marvel et Stan Lee. Si besoin était, il nous confirme à quel point l’un des plus grands artistes du 20ème siècle fut totalement bafoué par la société pour laquelle il créa la majorité des plus grands succès (Les Quatre Fantastiques, Captain America, X-Men, Thor etc.). Mais le King n’est pas le seul artiste à être mis en valeur. Du début à la fin, les noms de Roy Thomas, Steve Gerber, John Buscema, Jim Starlin, Steve Englehart, John Byrne, Steve Ditko, Chris Claremont, Todd McFarlane, Tom DeFalco, Joe Quesada etc. hantent les pages de l’ouvrage.

Secret-Wars-II-006-00À travers leurs histoires, c’est celle des comics qui nous ai racontée. Ainsi, Howe met bien en évidence cette période où les lecteurs de comics arrivèrent au poste de scénaristes et dessinateurs, et comment la génération des années 40/50 fut peu à peu remplacée par ces étudiants fumeurs de joint n’hésitant pas à mettre dans les pages de leurs bd leurs idées politiques, sociales ou psychédéliques. De la même manière (et notamment à travers l’exemple de Kirby), c’est également une vision pertinente d’une lutte constante pour la création : comment des salariés payés à la planche durent se battre pour le droit à la propriété de leurs créations face à une maison qui estimait que celle-ci leur appartenait

Marvel : l’Histoire secrète, c’est tout cela et bien plus encore. C’est le portrait d’un Stan Lee lâche et pitoyable ayant poursuivi une reconnaissance cinématographique pour les super-héros et qui la laissera sur le carreau le moment venu. C’est la description d’un Jim Shooter hégémonique et tyrannique ayant à la fois redressé la barre et mis tout le monde contre lui. C’est surtout et enfin l’histoire d’une société sans nulle autre pareille dont la vie incroyable semble sortir de son propre univers sur papier. Une société qui malgré (ou à cause) de ses problèmes arriva à éditer parmi les plus grandes bd de l’histoire.

Autour de l’ouvrage : La fin de l’année étant propice aux fêtes, synonyme de débordement et blague en tout genre, un concours pour faire une couverture ridicule pour l’ouvrage fut lancé chez l’éditeur. La question de savoir pourquoi celle-ci fut validée reste encore aujourd’hui sans réponse.

 

Extrait : « La prochaine fois que je croise ce fils de pute […], je le tue » – Jack Kirby parlant de Stan Lee à Joe Simon en 1941

 

couvessai_v4.indd

 

Si vous aimez : Jack Kirby, les super-héros et Howard the duck

Sortie : le 2 décembre, Panini Book, 580 pages, 25 euros

Partager