FEFFS 2015 : Burying the Ex, de Joe Dante

FEFFS 2015 : Burying the Ex, de Joe Dante

Note de l'auteur

Présenté hors compétition de cette 8e édition du festival strasbourgeois, le nouveau long métrage ciné de Joe Dante n’est pas, de loin, le meilleur de son auteur. Qu’est-ce qui nous fait alors tant plaisir dans cette sympathique comédie horrifique ?

Burying the Ex AFFPas de doute, du premier au dernier plan, cette mise en scène qui ne se voit pas mais qui montre tout ce qu’il y a à voir, cette nonchalance du récit qui avance sans s’appuyer sur des béquilles scénaristiques et cette direction artistique sans fard sont l’œuvre d’un maître accompli qui prend plaisir à filmer et à partager ce qu’il filme, avec une générosité dont les seules limites sont les moyens qu’on lui donne. Burying the Ex serait-il meilleur s’il avait bénéficié d’un budget supérieur ? Peut-être, peut-être pas. Ça dépend de ce que l’on en attend. Mais tout ce qui caractérise un film de Joe Dante est bien au rendez-vous avec, en premier lieu, l’humour, la touche d’horreur et la cinéphilie.

A la vie, à la mort !

Max (Anton Yelchin) et Evelyn (Ashley Greene) ne peuvent se passer l’un de l’autre. Enfin, surtout elle. Elle se montre même très encombrante avec son régime bio et son goût de chiottes en matière de déco d’intérieur, empêchant Max de profiter de ces petits plaisirs qui font le sel de l’existence de tout amateur de cinéma de genre, tels que remplir les murs d’affiches de films. Non, en fait, Evelyn, elle est vraiment casse-couilles. Mais Max est trop lâche pour la quitter. Et, le jour où il se décide enfin à lui dire que tout est fini entre eux… elle passe sous un bus. Soulagé, Max est enfin libre de sauter dans les bras d’Olivia (Alexandra Daddario), qui a beaucoup plus de points communs avec lui qu’Evelyn. Mais, alors qu’il s’apprête enfin à s’épanouir dans sa vie sentimentale, son ex sort de la tombe et frappe à sa porte. Qu’elle se décompose à vue d’œil n’est pas un frein pour Evelyn. Elle y croit envers et contre tout : avec Max, c’est à la vie, à la mort.

Max (Anton Yelchin) et Olivia (Alexandra Daddario).

Max (Anton Yelchin) et Olivia (Alexandra Daddario).

Screw you, screwball!

La passion de Joe Dante pour le cinéma classique s’incarne dans chacun de ses films à travers des personnages et des références plus ou moins discrètes, mais aussi dans une façon de prendre à revers certains genres ou univers qui ont bercé son enfance. Si Gremlins foutait le boxon dans la petite ville où il fait bon vivre entre voisins, typique du cinéma de Frank Capra, si Matinee (Panique sur Florida Beach) honorait le genre du film de monstres lié à la guerre froide, Burying the Ex prend le contre-pied de ce sous-genre de la screwball comedy qu’est la comédie de remariage. Comme dans It Happened One Night (New York-Miami) de Capra ou Monkey Business (Chérie, je me sens rajeunir) de Hawks, les tourtereaux ont déjà vécu les meilleurs moments de leur relation et se retrouvent en plein désamour. L’enjeu n’est donc pas de conquérir l’autre mais de le reconquérir, ce qui implique une surenchère des obstacles à surmonter. Et dans Burying the Ex, l’obstacle n’est rien de moins que la mort. Fidèle à ses principes, Dante prend un malin plaisir à corrompre le genre, à le confronter à la romcom d’aujourd’hui et à l’entraîner du côté du gore. Gentil, le gore, mais avec des efforts de maquillage qui évitent de recourir à la CGI facile.

Evelyn (Ashley Greene).

Evelyn (Ashley Greene).

My name is Joe

Au fil de Burying the Ex, et au détour de quelques scènes remarquables – comme celle du yoga, où il s’avère que travailler ses chakras quand la rigidité cadavérique gagne du terrain n’est pas évident –, on a le temps de sympathiser avec le personnage principal, de mieux le comprendre. Et si ce personnage de Max ne se prénommait pas Max ? Si ce gars qui pourrait avancer plus vite en étant plus entreprenant, ce fin connaisseur du cinéma de genre, rattrapé dans la vie par ce en quoi il croit dans les films qu’il aime, et qui tire un trait au profit d’une nouvelle rencontre et, surtout, du nouveau départ qui s’ensuit, portait un autre prénom en trois lettres ?

 

Burying the Ex. USA. 2014. 1h29.

Réalisé par Joe Dante, avec Anton Yelchin, Alexandra Daddario, Ashley Greene

En séance spéciale du 8e Festival Européen du Film Fantastique de Strasbourg.

 

Partager