Festival Mauvais Genre 2013 – 2ème jour

Festival Mauvais Genre 2013 – 2ème jour

The Ascent de Nemanja Becanovic

Et c’est reparti pour la deuxième journée du festival Mauvais Genre à Tours ! On attaque le début des hostilités avec les premiers films en compétition à savoir The Ascent et After.

Réalisé par Nemanja Becanovic, The Ascent est un film qui nous vient du Monténégro, un pays assez peu connu pour son cinéma ce qui pique notre curiosité. Le film raconte l’histoire de Jovan, un écrivain qui a l’idée saugrenue pour ne pas dire conne, d’aller vivre dans une famille de paysans illettrés et coupés du monde moderne afin de chercher l’inspiration qui lui manque pour écrire son roman. Très spécial mais pas forcément inintéressant, The Ascent se construit autour d’une confrontation entre deux mondes et si le film offre notamment une très belle image (surtout compte tenu de son faible budget), il n’arrive jamais à aller jusqu’au bout d’idées tout juste esquissées : les relations incestueuses entre certains membres de la famille, le pouvoir du patriarche et surtout l’aspect hautain et supérieur de Jovan. Concernant ce dernier, on aurait ainsi pu espérer un caractère plus manipulateur et pervers quand il découvre le pouvoir (basé sur sa capacité à savoir lire) qu’il détient sur la famille. Au final, je ne risque pas d’aller passer mes vacances au Monténégro…

 

After de Ryan Smith

Changement de pays et d’ambiance avec After, un film américain réalisé par Ryan Smith. Lequel nous conte l’errance de Freddy et Anna, seuls au réveil dans une ville déserte et entourée d’un immense mur de brumes. Ce pitch semble être tout droit sorti d’un épisode de la Quatrième dimension et la vision du film nous confirme notre première impression : toute l’histoire n’est qu’un épisode de la série de Serling étiré sur 1h30 mais également un concentré d’idées piochées à droite et à gauche dans d’autres séries, BD ou films. Ce qui ne serait pas un problème en soi si Ryan Smith avait fait un véritable travail d’assimilation des références pour accoucher d’une œuvre originale. Ce n’est pas le cas ici, hélas, d’autant plus que certaines mises en abîmes s’avèrent totalement ridicules. Le spectateur un peu au fait de la SF a toujours un temps d’avance sur une intrigue au parfum régulier de déjà-vu. Au final, After s’avère très basique tant dans son propos que dans sa forme et ne suscite guère d’enthousiasme.

La soirée a continué avec la compétition des courts-métrages de fiction puis avec la projection de Sawney, Flesh of Man (un film anglais de Ricky Wood racontant l’histoire d’un cannibale qui terrorise les villes en Ecosse) que nous n’avons malheureusement pas pu suivre. On se retrouve demain avec le compte-rendu de la journée de vendredi, une journée chargée en promesses avec notamment la célèbre Nuit Interdite, l’un des moments forts de Mauvais Genre !

Partager