Films : The Top 5 de l’an de grâce 2010 selon ici.

Films : The Top 5 de l’an de grâce 2010 selon ici.

Ca ne sert à rien, ça mange pas de pain, ça fait du bien et tout le monde s’en fout mais en même temps tout le monde se fend du sien sur la blogosphère. Alors pourquoi pas moi : voici mon (petit) palmarès de films pour 2010.

Une poignée de précisions. Pourquoi cinq films et pas dix ? Parce que je n’ai tout simplement pas vu assez de bons films cette année pour établir un top 10 (j’en ai certainement raté, je te le concède, camarade). Le fait est qu’il serait, hélas, bien plus facile pour moi de dresser un Top 10 des pires bouses subies l’an passé, mais je réserve l’idée pour le prochain numéro de Tonight On Mars, où le Dr No et moi-même échangerons nos trois tops et nos trois flops pour 2010. Je complèterai éventuellement après coup, sur ce blog, la liste des 10 pires films vu en 2010. Allez, faites moi plaisir et réagissez, pourrissez moi pour les oublis scandaleux, j’aime ça oui… ouiiii…. Ouiiiii !!!

1) THE SOCIAL NETWORK, de David Fincher (à partir du 16/02 en DVD/Blu-ray chez Sony)
Je me suis déjà longuement étalé sur tout le bien que je pense de cette jubilatoire plongée mélancolique dans le monde flippant des wonder boys du web 2.0. Défiant tous les pronostics d’un film vain, Fincher a non seulement livré un bijou de mise en scène et d’écriture (à quatre mains avec Aaron Sorkin) mais aussi une parabole infiniment juste sur cette ère nouvelle du capitalisme américain et, accessoirement, le déchirant délitement d’une amitié. Paradoxalement, Marc Zuckerberg, fondateur milliardaire de Facebook et héros involontaire de TSN, peut dire merci à Fincher pour l’immense coup de pub sur sa petite entreprise et sa petite personne (aurait-il fait la couverture du Time en tant qu’ « Homme de l’année 2010 » sans The Social Network ? I dont think so…). Grand concurrent du sublime Black Swan d’Aronofsky (bien parti pour être le meilleur film de 2011) aux Golden Globes et Oscars.

.

2) ANVIL! THE STORY OF ANVIL, de Sacha Gervasi (disponible en DVD chez TF1 video)
Si il ne fallait qu’un seul exemple pour illustrer le génie de ce magnifique documentaire sur les galères d’un heavy metal band aux abois,  je citerais la réaction du Dr No (a.k.a « la hyène », oui je parle bien de mon complice de Tonight On Mars). Indécrottable ennemi farouche du hard rock, obstinément sourd à mes suppliques (moi : « putain mais Yann, tu dois absolument mater ce DVD, je te dis que ce film est un chef-d’oeuvre ! » Lui : « No way, je hais le hard rock, lâche mon pull ! »), No a pourtant pris sur lui, vu le film… et crié à son tour au chef-d’oeuvre. Véridique ! Réalisé par un ex-ado des eighties fan d’Anvil devenu grand, ce road movie de la lose tape juste à chaque scène, dans le rire ou les larmes. De simple « mockumentaire », il se resserre peu à peu sur la bouleversante amitié entre deux quinquas unis par leur passion de la musique et dont la foi et la persévérance finiront par payer. Spinal Tap et The Wrestler dans le même film : le pied ! Grandiose et injustement confidentiel.

.

3) DANS SES YEUX, de Juan José Campanella (disponible en DVD/Blu-ray chez M6 Video)
J’y allais en trainant les pieds et cette pure love story, sur fond de thriller et de chronique des années de dictature militaire en Argentine, m’a emporté sans faire de quartier. Boite de kleenex impérative, mais gardez quand meme les yeux secs pour ne rien rater de l’hallucinant plan séquence de poursuite dans un stade de foot plein à craquer.

.

4) LE DERNIER EXORCISME, de Daniel Stamm (disponible en dvd et Blu-ray à partir du 18/01 chez StudioCanal)
Laissons le pathétique Paranormal Activity pour les dimanche après midi chez mémé : la flippe, la vraie, sournoise, tapie au creux des tripes et lancinante après visionnage, vous l’aurez devant cette divine (hem…) surprise au trouillomètre digne de L’Exorcisme. Un vrai-faux documentaire soutenu par d’excellents acteurs, une ambiance bien poisseuse comme seuls savent dégager les bleds bigots du sud ricain (la Louisiane présentement). Juste dommage pour le final, un poil trop… enfin pas assez… bref allez voir par vous même !

.

5) LE BRUIT DES GLAÇONS, de Bertrand Blier (disponible en DVD et Blu-ray à partir du 25/01 chez Wild Side video)
Certes, un film français. Certes encore, de Bertrand Blier, dont la niake des beaux jours s’est perdue dans l’auto-parodie depuis Trop belle pour toi. En bonus, le sujet avait tout pour me faire fuir – intrigue mescouilles où Dupontel joue le cancer d’un écrivain désespéré incarné par OSS117. Raté ! Dialogues succulents, acteurs justes, ambiance épurée mais subtilement sculptée par la lumière apaisante de François Catonné… Un ton général qui réussit la balance parfaite entre humour et gravité, truculence et poésie, jusqu’à une touchante pirouette finale… pas un instant, je ne me suis ennuyé. Moralité : fuck les préjugés.

Partager