#SemaineFirefly : Gaming in the ‘Verse

#SemaineFirefly : Gaming in the ‘Verse

Eh oui, les Browncoats sont partout, y compris dans l’équipe Jeux du Daily Mars ! Du coup, dans le cadre de la semaine dédiée à Firefly, je vous emmène en voyage à la découverte des déclinaisons ludiques du ‘Verse !

Les Jeux Vidéo

Bon, je commence par ce qui est l’essentiel de notre pain quotidien, ici dans l’équipe Jeux du Daily Mars, en parlant des jeux vidéo inspirés par Firefly et Serenity (c’est horrible, mais je suis cerné de joueurs digitaux). Et bien, ça va être rapide, IL N’Y A RIEN ! Que dalle, nichts, nada, niente… C’est déprimant, le fantastique univers de Joss Whedon n’a jamais été transposé en jeu vidéo ! Pas même un mini-game sur Facebook ou sur smartphone comme une des innombrables itérations ludiques tirées de Game of Thrones ! Bon, ben voilà…

Ah, mais non, attention, ouh là, que dis-je ! Il y a Firefly Online, le MMORPG prenant place dans le ‘Verse. Tel Malcom Reynolds, nous y prendrons la tête de notre vaisseau et de notre équipage et vivrons des aventures extraordinaires qui feront de nous des héros, dont on écrira et chantera les histoires ! En tout cas, c’est ce qu’on nous promet. Sauf qu’annoncé en fanfare en janvier 2015 avec la voix chaude de Nathan Fillon himself, Firefly Online est aujourd’hui encore en cours de… hum, euh, développement ? En fait, on n’en sait plus trop rien. Le studio ne donne plus de nouvelles sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter) depuis mars 2016. Autant dire que les espoirs de jouer un jour à Firefly Online sont plus que minces. D’autant que le site du jeu, Keepflying.com, ne fonctionne plus, faute de certificats à jour. Ce serait drôle si ce n’était pas si triste.

Bon, si jamais vous êtes du genre à penser que la victoire des browncoats est toujours possible, vous pouvez rester à l’affût sur la page Steam du jeu. Pour les autres, vous pouvez vous rabattre sur les jeux, dont l’univers à un petit goût – voire s’inspire largement – de Firefly. Actuellement, le jeu qui a le plus la faveur des « flans » est Rebel Galaxy, en attendant l’arrivée d’une autre arlésienne, le fameux Star Citizen de Chris Roberts.

Comment ? Le design de ce vaisseau de Rebel Galaxy vous rappelle un truc ?

 

Les jeux de rôle

Ayant joué plus d’une dizaine d’années au Jeu de Rôle Star Wars, j’ai de suite retrouvé dans Firefly et son équipage hétéroclite qui tisse des liens d’amitié et de fraternité à travers les épreuves, la même ambiance que celle qui animait ma table de jeu de rôle. Autant dire que Firefly était fait pour être décliné en jeu de rôle. Et cela fut d’ailleurs bien le cas.

En 2005, Margaret Weis Production publie le livre de base de Serenity RPG écrit par Jamie Chambers. Basée sur le système Cortex qui est utilisé dans l’essentiel de la production de la maison et dans bien d’autres adaptations d’œuvres audiovisuelles (comme Leverage, BattleStar Galactica, Smallville ou Supernatural RPGs) la gamme de Serenity RPG s’est agrandie avec un total de 6 ouvrages jusqu’à son arrêt en 2009. Hélas, la sauce n’a jamais vraiment pris.

Considéré comme « ni bon, ni mauvais », avec un système un peu trop générique et trop peu de place accordée au développement de l’univers, Serenity RPG réussissait toutefois à ne pas être un simple produit de licence sans contenu ni saveur. Et il a même remporté l’Origin Awards du meilleur jeu de rôle en 2005.

Les superbes illustrations de Serenity RPG

Toutefois, un beau jour de 2013, on ne sait pourquoi, la Fox revient vers Margaret Weis pour lui dire qu’ils ont beaucoup aimé le travail fait sur Serenity RPG, et qu’ils seraient prêts à lui reproposer les droits de la série échus en 2011 pour une nouvelle licence de jeu de rôle !

Cette fois, le travail est confié au très talentueux Cam Banks, qui a déjà travaillé sur la gamme Serenity RPG et qui deviendra le Lead Designer de presque tous les jeux de rôle chez MWP. Et c’est à la Gamescom de la même année qu’apparaît le kit de démo de Firefly RPG, Gaming in the ‘ ‘Verse ! Il faut reconnaître à l’éditeur sa détermination et sa volonté d’offrir aux « flans » un JDR à la mesure de leurs attentes, car cette fois, Firefly RPG est accueilli avec énormément d’enthousiasme par les joueurs et la critique, et se voit même nominé à de nombreux prix dont les ENnie du meilleur jeu de rôle et meilleur produit de l’année, rien que cela !

Firefly RPG est donc basé uniquement sur la série (les droits du film appartenant à Universal) et propulsé cette fois par le système Cortex Plus. De nouveau, six ouvrages sortiront en seulement deux ans ! Parmi eux se trouve la fameuse campagne Echoes of War dans laquelle les joueurs interprètent les personnages de la série, et qui comprend des scénarios écrits par Margaret Weis herself dont le plus connu : Wedding planners. Firefly RPG propose de vraies histoires, belles et inventives, qui nous permettent de poursuivre les aventures de nos héros préférés en les interprétant nous-mêmes, un vrai rêve pour les « flans » !

Et vous, vous n’achèteriez pas le Jeu de rôle rien que pour les plans de vaisseaux ?

Hélas pour les joueurs francophones, Margaret Weis Production à arrêté la publication de jeu de rôle en 2016 pour se recentrer sur la publication de romans, et l’aventure Firefly RPG s’est arrêtée sans avoir eu de traduction française. Mais pour ceux que l’anglais n’effraie pas, il est possible de trouver l’ensemble de la gamme en ouvrage numérique sur des sites comme DriveThruRPG (et si vous attendez les périodes de promotion qui sont régulières sur ce site, il est possible de les acheter à des prix vraiment sympas !).

Les jeux de société

C’est assez surprenant, mais il a encore une fois fallu attendre que la Fox ressorte en 2013 les droits de Firefly des cartons où ils traînaient, pour que sorte le premier jeu de plateau dédié à la série.

Firefly: the Game (et vous ne marquez donc aucun point pour l’originalité…) sort donc la même année que Firefly RPG, édité cette fois par Gale Force 9. Créé par l’équipe à l’origine du jeu Family Guy (Aaron Dill, John Kovaleski et Sean Sweigart), le jeu place les joueurs dans la peau de capitaines de vaisseau qui vont de planète en planète à la recherche de petits boulots plus ou moins légaux et d’équipages à recruter. Le premier qui réussit à (survivre) accomplir les objectifs de la partie est déclaré vainqueur. Firefly: the Game fut un carton immédiat et a été nominé au Golden Geek comme meilleur jeu à thème.

Mais la preuve la plus flagrante de son succès reste son nombre de suppléments : pas moins de dix-huit, allant des figurines de vaisseaux aux dés, en passant par les playmat et monnaies du jeu, ainsi que 5 grandes extensions avec des cartes, personnages et missions supplémentaires. Respect !

Et Firefly: the Game est loin d’être mort puisque sa dernière extension (Crime & Punishement) est sortie cette année. Par contre, sa traduction française annoncée par GF9 depuis 2014 semble toujours tenir du rêve éveillé… À ce jour, aucun éditeur français n’a encore été confirmé, désolé pour les plus anglophobes de nos lecteurs. Pour les autres, vous n’aurez aucun mal à trouver le jeu en V.O. dans nos boutiques (prix moyen observé : 49 € pour la boîte de base).

Plus qu’heureux de ce succès, GF9 s’est également lancé dans une nouvelle déclinaison ludique de l’univers avec Firefly Adventures: Brigands & Browncoats qui devrait sortir en fin d’année après sa présentation cet été à la Gen Con 50 d’Indianapolis. C’est la même équipe, renforcée par l’arrivée de Andrew Haught, qui est derrière ce nouveau jeu, collaboratif cette fois. On y incarne les personnages de la série, qui tentent de survivre de petits boulots en petits boulots. Les premiers retours sont plutôt bons, mais il est difficile d’en dire davantage avant la sortie officielle du jeu !

Un concept de jeu collaboratif qui avait d’ailleurs déjà été tenté en 2015 par Firefly: Fistful of Credits de David J. Coffey publié par Toy Vault Inc. dans lequel 2 à 4 joueurs se mettaient déjà dans les bottes de l’équipage du Serenity. Mais les retours plus que moyens sur le jeu (lè sè comme ils disent) avaient vite fait disparaître celui-ci des rayonnages.

Je vais donc plutôt vous parler d’une autre très bonne déclinaison ludique du jeu, avec cette fois un jeu de cartes : Legendary Encounters : À firefly Deck Building Game sorti en 2016 chez Upper Deck Entertainment. Le jeu de Ben Cichoski et de Daniel Mandel est, comme son nom l’indique, un jeu de deckbuilding qui reprend les mécanismes de la gamme Legendary déjà déclinée sur plusieurs licences bien connues (dont Marvel, Predator et Alien).

Pour ceux qui ne sauraient pas ce qu’est un jeu de deckbuilding, c’est un jeu de cartes dans lequel celles-ci se combinent au fur et à mesure qu’on avance dans le jeu. Avec en général plusieurs stratégies possibles, les joueurs associent leurs cartes afin de créer les meilleures synergies et de maximiser leur efficacité.

Dans Legendary Encounters, les joueurs jouent ensemble, chacun endossant, ici aussi, le rôle d’un des personnages de la série pour explorer le ‘Verse. Le jeu est a priori un stand alone (pas d’extension prévue), mais la grosse boîte semble déjà très complète avec ses 500 cartes. Le jeu marche très bien et a un excellent retour de la critique et des joueurs qui le désigne souvent comme le meilleur jeu de la gamme Legendary. Tout l’inverse de Firefly: Shiny Dice qu’avait précédemment publié Upper Deck Entertainment et sur lequel il n’est vraiment pas utile de s’attarder. Encore une fois, le jeu n’existe qu’en anglais, même s’il est possible de trouver des traductions publiées sur le Net par la communauté des fans. Et là aussi, vous n’aurez aucune difficulté à le trouver chez nos revendeurs nationaux (à 60 € quand même, eh oui…).

 

Enfin, je finirai ce tour d’horizon ludique avec quelques déclinaisons amusantes de la licence comme le Monopoly Firefly, le Yahtzee Firefly Édition Collector, le CLUE Firefly (connu chez nous sous le nom de Cluedo !) et le Firefly Fluxx (Fluxx est un jeu de cartes bien connu aux U.S.A. aux règles évolutives, qui a été décliné sur un nombre incongru de licences qu’il serait trop long de citer ici), autant de jeux célèbres qui ont honoré la série (et démontré sa valeur commerciale) en lui offrant une édition dédiée, preuve de la marque indélébile laissée par l’œuvre de Joss Whedon dans notre culture et notre imaginaire geeks !

 

 

Alors, si en bon Browncoat, vous rêvez toujours de vivre de nouvelles aventures dans l’univers de la série, vous avez là tout ce qu’il vous faut pour le faire entre amis autour d’un bon jeu ! So, have fun in…  

The ‘Verse !

Partager