En attendant… The Following (saison 1)

En attendant… The Following (saison 1)

Le casting de The Following : un des premiers points forts de la série. Photo WB

Kevin et Kevin sont sur un bateau macabre : éviteront-ils de tomber à l’eau ? C’est en tout cas ce que souhaite la Fox, qui compte sur la nouvelle série de Kevin Williamson -avec Kevin Bacon dans le rôle principal- pour trouver un nouveau programme phare.

L’histoire de The Following, c’est d’abord celle d’un duel. Dans le coin rouge, il y a Joe Carroll, professeur d’anglais à l’université, romancier et accessoirement serial killer. Reconnu coupable de 14 meurtres, Carroll a défrayé la chronique pour avoir poignardé et enlevé les yeux de ses victimes. Toutes étaient des femmes. Toutes étaient ses élèves.

Dans le coin bleu, on a Ryan Hardy (Kevin Bacon) ex-agent du FBI, retiré des affaires après l’arrestation de Carroll et qui est contraint de reprendre du service lorsque ce prédateur parvient à s’échapper de prison. Sera-ce le début d’une traque façon Le Fugitif/Profiler ? Non, puisque Hardy, qui connaît décidément bien sa cible (il a écrit un bouquin sur le serial killer après son arrestation), appréhende rapidement l’autre fan inconscient de Gabin et de Quai des Brumes (« T’as d’beaux yeux, tu sais ? »).

Le problème: Carroll n’a plus besoin d’être à l’air libre pour poursuivre son oeuvre. Féru de nouvelles technologies, l’ex-prof d’université est parvenu structurer toute une secte de disciples dans son ombre. Des « fans » capables de tuer pour lui. Son but ? Reprendre là où il s’est arrêté… et faire payer Hardy, qui est devenu une cible bien particulière.

Kevin Bacon et Shawn Ashmore. Photo WB

Kevin Williamson à la production, Kevin Bacon, James Purefoy (Rome), Annie Parisse (Law & Order) et Natalie Zea (Justified) au casting, Marcos Siega (Dexter) derrière la caméra du pilote… sur le papier, The Following a définitivement de la gueule. C’est même une des nouveautés les plus attendues de cette nouvelle année.

Toute la question est de savoir comment Williamson, qui a montré avec The Vampire Diaries qu’il était capable de développer une série riche en rebondissements, va faire fructifier un pitch prometteur. Le challenge est simple: The Following a tout du film susceptible de cartonner au box office (grosse voix de bande annonce : starring Kevin Bacon…). Là, il va falloir installer, développer et sublimer une tension dramatique et une dimension psychologique fortes. Faire en sorte que tout ça tienne sur la durée. Sans tomber dans la pantalonnade parano (façon « Mais qui-qui c’est qui va tuer cette semaine ? »), mais sans donner dans le soap riche en hémoglobine (du genre « Carroll : « Hardy, gars, je suis ta soeur cachée. Tu me prêtes tes lunettes ? ». » Brrr…). Sans faire non plus dans le déjà vu, revu et rerevu ; surtout dans un genre (la série thriller) où il est très dur de tenir la distance (souvenez-vous : Le Caméléon, Vanished, Kidnapped…). Pas simple.

Pourtant, le scénariste de Scream a les moyens d’y parvenir. Il connaît et maitrise les codes sériels, il sait gérer les contraintes de production inhérentes à un network. Il est également tout à fait capable de surprendre le public tout en tenant bien son récit. Et la présence de Kevin Bacon a tout du signe encourageant (vu la filmographie du garçon, on voit mal ce dernier prendre un aller simple pour BouseVille).

Reste à savoir comment le public va accueillir la série, dont l’ambiance sombre et sanglante fait déjà causer. Ce qui est sûr, c’est que du côté de la Fox, network orphelin de House et qui aimerait bien refaire le coup de 24, on compte beaucoup sur Kevin et Kevin pour scotcher le téléspectateur devant son écran.

James Purefoy est capable de développer un bad guy charismatique. Si ce n’est pas le cas, tout pourrait vite se compliquer. Photo WB

THE FOLLOWING

(Saison 1, Fox)

Créée et showrunnée par Kevin Williamson

Avec Kevin Bacon (Ryan Hardy), James Purefoy (Joe Carroll), Natalie Zea (Claire Matthews), Shawn Ashmore (Agent Weston), Valorie Curry (Denise), Annie Parisse (Debra Parker)

Lancement lundi 21 janvier

Partager