France Kbek : le rire entre deux eaux (en direct de Séries Mania) par Alix Kerrest

France Kbek : le rire entre deux eaux (en direct de Séries Mania) par Alix Kerrest

par Alix Kerrest

France Kbek 1L’histoire : Une jeune Québécoise vivant en France cache à son entourage ses origines pour accomplir ses ambitions professionnelles. Pourquoi ? Parce qu’elle brigue la place de numéro 2 dans son entreprise où numéro 1 déteste cordialement les Québécois. Sa couverture de bretonne est mise en danger par l’arrivée inattendue de sa meilleure amie d’enfance.

Autour de la série : Série OCS produite par Love My TV Productions.

Ce que j’en pense : L’humour, c’est très subjectif. Francekbek s’impose comme une série mêlant humour potache, absurde, visuel, sous la ceinture avec une frénésie et une inventivité bienvenue. Dans l’épisode 1, ça part absolument dans tous les sens. Chaque personnage et chaque situation sont prétextes à un enchainement de gags. Alors évidemment on en trouve tous quelques uns qui font mouches, pas les mêmes pour tout le monde et dans la salle, des rires il y en eu, plein. En sortant de la projection des épisodes à Séries Mania, chacun y allait un peu de son « Moi, ça, ça m’a vraiment fait marrer ! ». Les auteurs essaient de sortir des sentiers battus et des schémas imposés pour offrir une forme d’humour très organique. Et pour ça, je dis bravo.

France Kbek 3Maintenant quand on veut exploser les codes, il faut aussi s’attendre à des vraies possibilités de ratages. Et il faut bien dire qu’il y en a aussi. Beaucoup. Francekbek joue sur les stéréotypes, à fond, mais sans jamais parvenir à s’en extraire. On comprend bien qu’ils sont utilisés pour nous faire rire, mais on a surtout l’impression qu’ils les renforcent. Pas de discrimination, Francekbek semble s’attaquer à tous le monde : les Français, les Québécois, les Chinois, les homos, les beaux gosses, les juifs, les carriéristes, les hommes, les femmes, les patrons… Tout le monde en prend pour son grade. Mais toutes ces blagues ne servant aucun propos, elles finissent par créer un enchaînement lourd de gros clichés sans intérêt et en conséquence des personnages auxquels on n’a pas vraiment envie de s’attacher.

Originellement, le concept de la série a été imaginé par 2 femmes, Marie-Eve Perron et Lily Thibeault, également comédiennes dans la série et a ensuite été développé par un groupe d’auteurs menés par Jérémie Galan et Jonathan Cohen. Je serais assez curieuse de connaitre l’avis des créatrices initiales de la série sur leurs personnages parce que les deux héroïnes sont particulièrement maltraitées tout au long de ces 4 épisodes. On est d’accord, Francekbek, c’est de l’humour complètement et intentionnellement con. Que certains gags se basent sur de l’humour sexiste, pas de souci là dessus (surtout si c’est drôle). Mais systématiquement, les héroïnes semblent destinées à rester des objets sexuels et/ou des sujets d’humiliation. Je vous avoue que j’ai bien du mal à l’expliquer clairement. D’abord parce que je ne voudrais pas vous assommer avec une liste d’exemples détaillés. Ensuite parce que je sens déjà le souffle sur ma nuque de ceux qui bêtement préfèrent ne pas se remettre en question et qui se disent en lisant ces lignes « Encore une de ses féministes qui n’a aucun sens de l’humour et qui va crier à l’infamie à la moindre blague de cul ». En réalité, je vous promets que j’ai de l’humour et parfois même de l’autodérision. Mais mon vœu, en écrivant ses mots, serait seulement que les auteurs prennent un peu de recul et réalisent qu’en écrivant pour deux personnages principaux féminins, ils peuvent parfaitement être drôles en essayant de voir les choses un peu de leur point de vue à elles.

France KbekBon et finalement et l’histoire dans tout ça ? Là j’avoue que je suis assez embêtée parce que la projection à Séries Mania proposait 4 épisodes : Les épisodes 1, 3, 6 et 8… C’est un choix qui doit forcément se justifier mais ça a tendance à rendre difficile le suivi réel d’une ou plusieurs intrigues et la création d’un potentiel attachement aux personnages. Malgré tout on peut voir le développement d’idylles qui commencent à fleurir mais qui risquent d’être mises en péril par un complot fomenté par des Québécois. Il n’y a, a priori, aucune volonté des auteurs de développer une thématique ou un sujet quelconque en toile de fond. Personnellement j’ai un peu peur qu’une fois la saison finie, on n’en retienne pas grand chose.

La conclusion, c’est peut-être que cette série c’est l’histoire d’une bonne bande de potes qui veulent se faire des barres de rires sans se poser de questions. Et, pourquoi pas ? Pour moi, ce n’est clairement pas suffisant pour me donner l’envie de suivre une série, mais tout le monde n’est pas moi.

Francekbek (OCS)
Créée par Jérémie Galan, Jonathan Cohen, sur une idée originale de Marie-Ève Perron et Lily Thibeault
Ecrit par Jérémie Galan, Jonathan Cohen, Arsen, Simon Astier, Anne-Sophie Girard, François Uzan
Avec Marie-Ève Peron, Lily Thibeault, Simon Astier, Joséphine Drai, Benjamin Lavernhe, Maud le Guénédal, Jean Toussaint Bernard
Réalisé par Jérémie Galan, Jonathan Cohen

Partager