FUTURAMA (Bilan de la saison 7)

FUTURAMA (Bilan de la saison 7)

Note de l'auteur

Futurama vient de finir sa mi-saison, comme Breaking Bad. 13 épisodes qui ont permis aux fans de retrouver Fry, Leela, Bender, et le docteur Zoïdberg. Etre un fan de Futurama, c’est croire aux miracles, après que la série ait été annulée par la Fox en 2003. De retour pour de bon, avec un accord de diffusion assez étrange, qui veut que, même si la série est diffusée par bloc de 13 épisodes par années, les saisons sont, elles, composées de 26 épisodes (et donc courent sur deux ans).

Vous suivez ?

Futurama, durant sa diffusion originelle (4 saisons, 72 épisodes, entre 1999 et 2003), s’est imposée comme une série animée d’une constance rare dans la qualité. La série, comme les Simpsons, joue avec sa propre temporalité, mais respecte plus la continuité des personnages (elle ne dure pas depuis 23 ans, c’est plus simple à gérer, du coup).

Depuis son retour, la série a changé, c’est indéniable. Un peu techniquement, d’abord, car si elle était l’une des plus moderne à sa diffusion d’origine, elle a été rattrapée par les autres. La 3d, qu’elle intégra très rapidement dans son esthétique pourtant « 2d traditionnelle », s’est démocratisée à la grande majorité des séries d’animations modernes. Futurama n’a plus cette avance, et compense par le rythme, la folie, et, depuis deux ans, parfois au détriment du développement des personnages.

On pouvait presque, dans les saisons 1 à 4, définir une arche narrative pour le personnage de Fry. C’était maîtrisé, donnait une utilité profonde au personnage (plus profonde que le simple fait d’être un gentil crétin), et générait des épisodes assez fantastiques. Futurama, dès ses premières années, a joué comme personne avec son aspect dramatique, certains épisodes s’avérant être tout simplement bouleversants (« The Luck of the Fryish », saison 3 ; « Leela’s Homeworld » et « Jurassic Bark », saison 4…).

La saison 6 créait un petit peu de distance avec les personnages, laissant de côté le pathos pour se concentrer sur l’humour, le rythme, la folie de l’univers créé par Matt Groening et David X. Cohen. La saison 7 entérine ce choix.

Est-elle pourtant mauvaise, cette saison 7 ? Evidemment, non. Mais elle manque cruellement d’homogénéité. Pour le pire, l’épisode « The Butterjunk Effect », qui traite du dopage sans aucune finesse, avec une trame d’un conventionnel absolu. Pour le meilleur, nous allons prendre notre temps.

« A Farewell to Arms », se moque gentiment du gros stress de l’année : la fin du monde censée arriver le 21 décembre 2012 selon le calendrier Maya. Ici, il ne s’agit pas de Mayas, mais de martiens, mais on parle toujours de fin du monde. L’épisode part dans tous les sens, mais reste cohérent. Et son final est absolument incroyable de folie et d’outrance.

« The Thief of Baghead » raconte comment Bender va devenir paparazzi, et comment, via ce choix de carrière, il va se retrouver au milieu d’une bataille de popularité entre deux acteurs : le robot Calculon et le torturé et intense Langdon Cobb, plus grand acteur vivant… mais qui porte en permanence un sac en papier sur la tête.

Toujours dans les épisodes à voir, le premiere « The Bot and The Bees » est plutôt réussi, tout comme « Zapp Dingbat », « Free Will Hunting » ou bien « Viva Mars Vegas », épisode pendant lequel Zoïdberg devient riche.

Pour les autres, un peu de déception, un peu d’ennui, même si quelques bonnes idées viennent surprendre, ça et là. Futurama reste une série animée d’une grande vivacité, d’une belle énergie (pas mal pour une morte). Son succès sur Comedy Central donnerait vraisemblablement envie à Kevin Reilly, de la Fox, de remettre le show à l’antenne. Mais on en est pas là…

On souhaite juste le voir perdurer sur Comedy Central, en conservant sa qualité d’ensemble, son ton… et peut-être en allant chercher ce supplément d’âme, de sensibilité, qui faisait de Futurama plus qu’une simple bonne série d’animation, une série d’animation différente.

FUTURAMA, saison 7, partie 1 (Comedy Central)

Créée par Matt Groening et David X. Cohen

Showrunnée par David X. Cohen

Avec : Billy West (Fry, Professor Farnsworth, Doctor Zoïdberg, Zapp Brannigan…), Katey Sagal (Leela), John Di Maggio (Bender), Lauren Tom (Amy Wong), Maurice LaMarche (Hermes Conrad)

Partager