Game of Thrones : Fire is coming (critique du 03×01)

Game of Thrones : Fire is coming (critique du 03×01)

Note de l'auteur

Game of Thrones, le retour

Ça y est, la guerre pour le trône de fer et le royaume des Sept Couronnes a repris sur HBO et nous voila à nouveau de retour à Westeros pour la saison 3 de Game of Thrones. Alors entre zombies, orphelins et découpage de téton, retour sur le season premiere diffusé dimanche dernier.

Dans sa construction, cette ouverture de saison de Game of Thrones est une longue suite de scènes d’exposition. Forcément, quand une série a une histoire aussi dense, il faut bien rappeler qui fait quoi, où, avec qui, et pourquoi. Cela produit alors plus de 50 minutes de « voilà où en sont les 22 candidats à la couronne et autres personnages, » et encore, tout le monde n’y est pas passé (on ne sait pas si Brienne et Jaime sont oui ou non en train de fricoter dans une barque par exemple).

Robb Stark (Richard Madden) – Photo HBO

Intitulé « Valar Dohaeris, » l’épisode commence au Nord avec Sam Tarly et les Whites Walkers, exactement là où on avait laissé la série l’an dernier. Et a partir de ce point, on alterne les royaumes, les prétendants au trône et les petites manigances. Et pour ceux que l’on n’a pas vu, comme Arya et les autres enfants Stark, j’imagine que l’on aura de leurs nouvelles la semaine prochaine.

Dans mon En attendant la saison 3 de Game of Thrones, j’exprimais mon désir de voir certains personnages passer à la trappe pour qu’on puisse s’y retrouver un peu plus dans l’histoire. Mais en réalité, ce qui serait encore mieux, ce serait tout simplement que les protagonistes arrêtent de se courir après les uns les autres et qu’on réunissent enfin ceux qui ont besoin de l’être. Cela nous éviterait d’avoir 50 quêtes à suivre à droite et à gauche. Que Sansa retourne chez sa mère et que Daenerys et compagnie viennent enfin foutre le bordel à Port-Réal. Parce que le problème, quand on a beaucoup (trop) de personnages à traiter, c’est que cela traîne en longueur et qu’il y en a dont on finit par oublier l’existence (coucou Barristan Selmy, sorti de nulle part et qu’on avait totalement effacé de nos mémoires).

Cersei Lannister (Lena Headey) – Photo HBO

Au niveau production, la série reste fidèle a elle-même. Entre la mise en scène, les décors et costumes à couper le souffle, le casting impeccable et les effets spéciaux, Game of Thrones est toujours cuisinée aux petits oignons. Sur le plan de l’écriture, le scénario de ce season premiere tient la route et suit la même recette que d’habitude (à savoir parler de tout le monde) et même si cela reste un peu plat, on ne s’ennuie pas. Les 50 et quelques minutes que dure l’épisode s’écoulent très vite et même si concrètement peu de choses se passent, le spectateur n’en est pas moins diverti.

Il faut cependant admettre que toute cette mise en place pour finalement ne pas nous dire grand chose ne nous laisse pas vraiment voir de quel bois cette saison va se chauffer. Avec les dragons, les gens qu’on immole par le feu et autres multiples clins d’oeil à l’idée d’un futur embrasement, on a bien compris que cette histoire devrait finir par sévèrement s’enflammer. Sauf que voila, ce n’est pas encore pour tout de suite et en attendant d’enfin passer aux choses sérieuses, il faut relancer la machine en douceur.

Stannis Baratheon (Stephen Dillane), le plus allumé des aspirants au trône de fer – Photo HBO

Cet épisode n’était donc pas parfait mais a tout de même eu le mérite de redistribuer les cartes pour l’un de ses personnages, Tyrion Lannister. A l’issue d’un tête à tête des plus humiliants avec son paternel, Tywin, il semblerait que Tyrion ait de moins en moins de raisons de se battre aux côtés des Lannister. Un changement d’allégeance se prépare-t-il dans la tête de l’ancienne Main du Roi ? Seul ceux qui ont déjà lu les livres savent à quoi s’attendre de ce côté-là.

En résumé, un season premiere un peu mou du genou, mais globalement divertissant (avec quelques scènes savoureuses dont le meeting Tyrion/Tywin, Daenerys et son achat de soldats ou encore Margaery au secours de la veuve et de l’orphelin au grand dam de Cersei). Si on a bien compris que tout le monde a encore des raisons de se battre pour le trône de fer, on se dit quand même qu’au bout d’un moment il faudrait peut-être vraiment s’y mettre. Néanmoins, ce début de saison a justement eu le bon sens de ne pas en faire des caisses d’emblée. Il faut bien faire monter la mayonnaise si on veut que le reste de la saison soit à la hauteur de la réputation de Game of Thrones.

 

Partager