• Home »
  • SÉRIES »
  • Enfants violentés dans Game of Thrones : Ian Beattie et Liam Cunningham se confient
Enfants violentés dans Game of Thrones : Ian Beattie et Liam Cunningham se confient

Enfants violentés dans Game of Thrones : Ian Beattie et Liam Cunningham se confient

Deux acteurs de la série Game of Thrones étaient présents lundi 7 septembre au vernissage de l’exposition : Ian « Meryn Trant » Beattie et Liam « Davos Mervault » Cunningham. Les deux Irlandais sont notamment revenus sur le sort réservé aux enfants de la saison 5 (attention aux spoilers).

IMG_0071« Parmi tous les personnages que j’ai joués, ser Meryn est celui avec lequel  j’ai le plus de mal à trouver le moindre trait rédempteur. À part sa féroce loyauté pour Cersei. » Difficile de donner tort à Ian Beattie, interprète de Meryn Trant. Surtout après avoir vu la saison 5 de Game of Thrones, où l’on découvre les penchants pédophiles du personnage.

« J’ai été sincèrement horrifié… et terrifié par le défi qui m’attendait », confesse l’acteur qui, dans l’épisode 10, « commande » des fillettes dans un bordel de Braavos et les violente à coups de bâton. « Les scènes étaient si bouleversantes que j’ai dû aller à la salle de bain pour éclater en larmes », raconte l’Irlandais, père de trois garçons. « Personnellement, je sais ce que je ferais avec ce genre de personne », ajoute-t-il, un brin menaçant.

« J’ai été très chanceux car, pour tourner ces scènes très difficiles, j’étais accompagné du meilleur réalisateur avec qui j’ai jamais travaillé : un homme appelé David Nutter [aussi réalisateur des Pluies de Castamere, l’épisode des Noces Pourpres]. Il m’a guidé au travers de ces scènes. David Nutter a fait de moi un meilleur acteur », soutient Ian Beattie qui estime que, aussi violente soit-elle, la série agit comme un « miroir de notre société ».

Le sacrifice de Shôren « représentatif de l’extrémisme religieux »

Aux antipodes de Meryn Trant, Davos Mervault devient dans la saison 5 une sorte de père adoptif pour la petite Shôren, fille de son seigneur Stannis. « J’ai fait une chose terrible à ma propre fille, confie Liam Cunningham, interprète de l’ancien contrebandier. Vous voyez le cerf que j’ai sculpté pour Shôren ? Le dernier jour de tournage, l’année dernière, j’ai dit à l’accessoiriste : je veux le voler ! Je l’ai donné à ma fille qui a 22 ans. Je lui ai dit de le mettre sur son étagère. […] Pour l’épisode 9, quand cette chose horrible arrive à Shôren [Stannis l’envoie au bûcher pour demander les faveurs du dieu R’hllor, NDLR], je lui ai dit d’aller le chercher. Quand la scène est arrivée… [Il imite sa fille en train de pleurer] C’était terrible ! ».

Questionné sur la cruauté du sacrifice de Stannis (d’ailleurs absent du livre), l’acteur ne se démonte pas : « C’est cruel mais c’est supposé l’être ! […] C’était censé être représentatif de l’extrémisme religieux. Toute religion affirmant que c’est acceptable d’infliger de la douleur à d’autres êtres humains n’est pas une religion : c’est un culte de mort. On le voit avec l’État islamique et les religieux en Amérique qui veulent bombarder le Moyen-Orient ».

IMG_0030

Alors, confortable le Trône de fer ?

Comment Davos réagira-t-il à la mort de Shôren et de Stannis ? Restera-t-il fidèle à son seigneur ? « On est au milieu du tournage de la saison 6. J’ai lu tous les scripts, je sais ce qui va passer mais je ne vous dirai rien ! », s’amuse Cunningham avant de rappeler que son personnage est « un consiglieri, pas un leader ». L’Irlandais est en tout cas ravi de continuer à incarner Davos. « J’aime la simplicité de cet homme. […] Ses origines sont très modestes : c’est un fils de crabier. Il a connu la pauvreté et pourtant il a plus de noblesse et d’élégance que les gens supposément éduqués : les Lannister, les Tyrell… »

« Le pire moment de ma carrière professionnelle »

Pas de saison 6 pour Ian Beattie en revanche. « Dave [Benioff] et Dan [B. Weiss], les deux showrunners, sont deux mecs fantastiques et généreux. Ils m’ont appelé au début de la saison [cinq] pour me dire : valar morghulis. Ils m’ont dit deux choses : tu vas découvrir une facette très déplaisante de ser Meryn  je pensais que j’allais tuer Bronn ou quelqu’un de populaire  et tu vas avoir une mort très spectaculaire », se souvient l’acteur originaire de Belfast.

Pour jouer la scène où Arya lui crève les yeux, l’acteur a dû porter des prothèses. « Pendant les sept dernières heures [de tournage], j’étais totalement aveugle, je ne pouvais pas aller aux toilettes seul, se souvient Beattie. Mais ça m’a aidé à jouer la vulnérabilité d’un homme qui se savait déjà mort. […] Ma dernière scène de Game of Thrones était le tranchage de gorge ».

Photos HBO / OCS

La dernière scène de Ian Beattie…

« Le pire moment de ma carrière professionnelle, c’est quand David Nutter a dit : « C’est dans la boîte pour Ian Beattie ». Là, j’ai su que c’était fini et que je ne reviendrai pas au sein de cette merveilleuse famille étendue. […] Être sur le plateau de Game of Thrones, c’est la meilleure chose qui puisse arriver à un acteur. »

Des scripts « à l’épreuve des balles »

IMG_0064Liam Cunningham est lui aussi très fier de faire partie de l’aventure Game of Thrones. N’ayant pas lu les livres, il souligne la grande qualité des scripts qu’il reçoit chaque année. « Les scripts sont à l’épreuve des balles. Ce que vous voyez à l’écran est presque identique à ce que l’on reçoit au jour 1. Peut-être 2% sont changés dans le cadre de petites réécritures ou ajustements de dialogues, par exemple lors des combats. Côté dramaturgie, il s’agit juste d’un minuscule polissage. »

Et de s’enthousiasmer sur les personnages féminins : « Très peu de séries montrent des femmes compliquées, dangereuses, manipulatrices, intelligentes, puissantes… Et en aussi grand nombre ! Je pense que c’est à peu près la moitié du casting. Regardez Cersei et Arya ! »

« Je pense vraiment que Game of Thrones sera l’une de ces séries que les gens continueront de regarder dans 50 ans », ajoute Ian Beattie qui, sans avoir lu les livres (le bougre ne lisait même pas les scripts en entier, juste les parties le concernant, pour ne pas être spoilé !), qualifie l’auteur George R.R. Martin de « génie ».

Boom économique pour l’Irlande du Nord

L’interprète de ser Meryn en profite pour rappeler les énormes retombées économiques de Game of Thrones sur l’Irlande du Nord, sa province d’origine et le principal lieu de tournage de la série. « Chaque année, Game of Thrones alimente l’économie, pas seulement l’équipe derrière les caméras [70-80% de locaux selon lui, NDLR] mais aussi les hôtels, les bars, les magasins, les taxis… », énumère-t-il.

« Quelques industries locales ont grandi uniquement grâce à Game of Thrones, notamment une d’effets spéciaux et un homme que je connais qui avait une ferme d’animaux exotiques et qui, soudainement, est devenu fournisseur pour la série !”, ajoute l’Irlandais pour l’anecdote.

Partager