• Home »
  • CINÉMA »
  • GÉRARDMER CONTRE LE DR NO JOUR 5 : critique de Les nouveaux héros
GÉRARDMER CONTRE LE DR NO JOUR 5 : critique de Les nouveaux héros

GÉRARDMER CONTRE LE DR NO JOUR 5 : critique de Les nouveaux héros

Note de l'auteur

620x200-jour-05

 

HERSO-POSTER-01

 

 

Quand un filon rapporte des zillions et des zillions et des zillions et des zillions de dollar$ ça serait idiot d’arrêter de l’exploiter. Après l’enthousiasmant AVENGERS  et son triste clone cosmique/piège à geeks faussement subversif LES GARDIENS DE LA GALAXIE (la review ici), la maison-mère Disney nous balance sa propre version pour morveux de la super-héroxploitation, LES NOUVEAUX HÉROS!
Bienvenue dans l’uchronico-dystopico-mongolo cité de San Fransokyo (WTF?)… Une mégapole apte à satisfaire les fantasmes geeks intercontinentaux les plus ridicules. Le jeune Hiro est un pitit génie de la robotique. Comme son grand frère vénéré Tadashi. Après son décès accidentel, Hiro va se lier d’amitié avec BayMax, bibbendum médical aussi robotique que maladroit, dernière invention de Tadashi. Et Hiro va devoir affronter un vilain méchant au masque de kabuki qui fait mumuse avec des robots légo.
Nan mais pourquoi se gêner hein? Les gars de Disney (à l’origine des navrants LA REINE DES NEIGES et LES MONDES DE RALPH) pompent allègrement tout ce qui peut ou a pu plaire un jour au public geek… Avec un cynisme qui force le respect. LES NOUVEAUX HÉROS (tiré d’un comic de quinzième zone de Marvel, coucou le clin d’œil à Stan Lee) pille sans vergogne LES INDESTRUCTIBLES, ASTRO BOY, GOLDORAK, STARGATE, MYSTERY MEN ou le fantastique GÉANT DE FER. Ce truc n’est qu’un catalogue insipide de références iconiques recrachées n’importe comment. Les bons sentiments dégoulinent de partout. Bon. Au moins on évite les chansons mielleuses qui donnent des envies de meurtre… C’est déjà ça… Mais un tel manque d’imagination couplé à un tel mépris mercantile laisse sans voix. On a beau avoir l’habitude avec Disney. Mais ils sont toujours capables de nous surprendre. OK, techniquement c’est toujours aussi bien foutu mais la superficialité atomique de ce truc (à des années lumières des pires Pixar) est juste épuisante… Sans intérêt quoi… Comme d’habitude… La pompe à fric fonctionne à plein régime.

En salles le 11 février
2014.USA. Réalisé par Don Hall & Chris Williams. Avec les voix de Ryan Potter, Scott Adsit, Jamie Chung…

 

Partager