Gros plan sur… la saison 3 de Zak

Gros plan sur… la saison 3 de Zak

Depuis une semaine, la comédie d’Arthur Benzaquen et Daive Cohen est de retour sur Orange Cinéma Séries, avec des épisodes de 26 minutes au lieu de douze. Un choix audacieux dans un paysage sitcomique français plutôt réduit.

Zak est de retour sur OCS et pour l’occasion, il prend ses aises. Après une première saison de 40 épisodes de 12 minutes, le mockumentary d’Arthur Benzaquen et Daive Cohen (ex-Blague à part) est revenu le 19 octobre sur Orange Cinéma Séries dans un « vrai » format de sitcom.

L’histoire, pour ceux qui ne la connaissent pas, c’est celle d’une star autoproclamée du RnB français. Depuis plusieurs mois, Zak essaie en effet d’attraper le train du succès mais n’est pas vraiment armé intellectuellement et émotionnellement pour y parvenir.

Immature, instable, affublé de préférences sexuelles douteuses (il aime beaucoup les mamies), il a la chance d’être bien implanté dans le monde du show business. Mais comme il est ingérable et pas forcément bien entouré, c’est loin d’être gagné.

Après avoir été au centre des caméras pendant toute la préparation de son premier album, l’artiste repart en campagne artistique avec une équipe de documentaristes. Pas question de parler de saison 2 cependant : après l’assassinat de madame Germain, son âme sœur de 85 ans, l’artiste a effectivement interdit la diffusion des images qui ont suivi ce drame.

On retrouve donc Zak et sa bande pour une saison 3 construite autour d’un nouveau projet d’envergure. Le voilà effectivement lancé dans la production d’une comédie musicale, D’Artagnan : The Musical. Tout ça à travers une vingtaine d’épisodes de 26 minutes.

Si c’est une opération ambitieuse, la transformation de Zak est plutôt bien pensée. Répondant à une demande d’OCS, toujours décidée à investir dans le format 26 minutes, l’allongement des épisodes permet d’abord d’exploiter intelligemment les forces de la série.

Zak réunit effectivement une intéressante galerie de personnages et ça ressort plutôt bien dans cette nouvelle saison. Avec Prosper, l’agent crétin de l’artiste ; Roxane, la business woman hystérique qui dirige sa maison de disques ; ou encore Sonia, l’assistance pleine de bonne volonté que personne n’écoute, les interactions sont nombreuses et assez soignées.

A côté de ça, le principe du mockumentary, qui permet d’alterner scènes de comédies et saynètes face caméra, est bien maîtrisé : dans les meilleurs épisodes, c’est même ce qui donne toute son énergie à la série.

Autre bon point : cette année encore, les invités de prestige sont encore de la partie. Eric, Ramzy, Ophélie Winter, Audrey Fleurot, Edouard Baer, Omar et Fred (dans deux épisodes différents), Francis Lalanne, Lara Fabian se retrouvent ainsi au générique, en compagnie de François Berléand et Jean-Baptiste Maunier.

Ces deux derniers font d’ailleurs office de guests récurrentes, puisqu’ils incarnent Richelieu et D’Artagnan de la comédie musicale du héros. Et à ce petit jeu, Maunier s’en tire vraiment bien.

Mais regarder Zak, c’est aussi se rappeler que la sitcom est un genre boudé en France. Qu’il n’est pas vraiment dans la culture de ceux qui font la télé des années 2000. S’il est incontestable qu’Arthur Benzaquen et Daive Cohen ont à cœur de développer un projet solide, porté par un vrai sens de la vanne, ils connaissent parfois certains passages à vide.

Clairement, certains épisodes fonctionnent vraiment mieux que d’autres. En fait, dès que l’histoire est faible, que l’on tombe dans le registre du gag pour le gag, c’est toute la machine qui connaît une baisse de régime. C’est souvent comme ça lorsque l’on donne dans le registre de l’humour potache/bien lourd.

Les « trous d’air » surviennent plusieurs fois cette saison et on peut le regretter… mais le bilan reste positif sur l’ensemble des épisodes, avec plusieurs vrais bons moments de comédie (comme « Galette week » ou « La réal de Marseille », entre autres).

Mine de rien, cela veut aussi dire que la France s’essaie aux exigences d’un genre qui ne supporte pas l’a peu-près, et qu’il y a des raisons d’y croire. Franchement, c’est plutôt une bonne nouvelle.

ZAK 

Saison 3 (Orange Cinéma Séries)

Avec Arthur Benzaquen, Nader Boussandel, Rebecca Azan, Judith Siboni, Laurence Cote, François Gauthier, François Berléand, Jean-Baptiste Maunier.

Diffusion le vendredi à 22h10 (20 épisodes de 26 minutes).

 

Partager