Gros plan sur Série Noire (en direct de Séries Mania)

Gros plan sur Série Noire (en direct de Séries Mania)

Note de l'auteur
Denis et Patrick, le duo de Série Noire. Photo Bertrand Calmeau

Denis et Patrick, le duo de Série Noire. Photo Bertrand Calmeau

Réjouissante création québecoise portée par un récit à la fois grinçant et très malin, la série de François Letourneau et Jean-François Rivard est très séduisante. C’est un de nos coups de cœur du festival.

L’histoire

Scénaristes de la série La Loi de la Justice, Denis et Patrick sont au bout du rouleau quand la première saison se termine, sur un triple cliffhanger en bois. Si leur création recueille de jolies audiences, elle est aussi la cible de critiques assassines.

Bien décidés à laisser derrière eux ce triste épisode de leur carrière (au propre comme au figuré), les deux compères choisissent de prendre du recul pour mieux repartir de l’avant. Problème : en abandonnant les salles d’écriture, tous les deux s’aperçoivent que leurs vies partent elles aussi en cacahuète (oui, oui : un peu comme le final de la saison 1 de leur série). Marié, Denis découvre que sa femme le trompe avec une de ses amies tout juste larguée. Quant à Patrick, s’il est célibataire, il entretient une relation plutôt toxique avec une enseignante.

Empêtrés dans la loose bien comme il faut, les deux héros apprennent alors de la bouche de leur productrice que La Loi de la Justice aura une saison 2. Aux abois, les auteurs décident de reprendre l’écriture du show. Mais cette fois, ils changent complètement de méthode de travail. On dit que l’on ne parle bien que de ce que l’on ne connaît bien ? Ils vont prendre l’expression au pied de la lettre. Un sacré pari quand on a vraiment pas de chance, que l’on n’est pas très inspiré et que le destin ne cesse de vous jouer des tours.

Autour de la série
 Photo Bertrand Calmeau

Photo Bertrand Calmeau

Série Noire est née de l’imagination du scénariste et comédien François Létourneau (il tient le rôle de Denis) et du scénariste et réalisateur Jean-François Rivard. Si ces noms ne vous parlent pas forcément, sachez cependant que ce sont les créateurs de la série Les Invincibles (qui a été adaptée pour Arte à la fin des années 2000).

Ce que l’on a retenu de la projection

1. C’est une jolie mise en abîme de l’univers de la production télé. Série Noire épate par sa capacité à détourner les codes du thriller et… de la série noire pour livrer une comédie grinçante. Pendant les deux premiers épisodes, les héros sont tour à tour attachants et agaçants mais aussi drôles. Vraiment drôles.

2. Le récit est un petit bijou d’équilibre. Est-ce une série méta ? Oui. Mais c’est surtout une création qui joue sur le mélange des genres pour exploiter/détourner toutes sortes d’idées. Exemple : la voix-off que l’on croirait issue d’un docudrama appuie le caractère comique du propos sans jamais passer pour un artifice.

3. Les dialogues sont très savoureux. C’est l’autre grande force de la série. Les scénaristes ont un appétit solide pour les échanges qui traduisent le doute, la peur et la vacuité tout en provoquant le rire. Et ça marche à de très nombreuses reprises. C’est confondant.

La suite ?

Carrément ! Quand on a commencé à suivre ces deux bras cassés du scénario, on a vraiment envie de savoir comment tout ça va se terminer.

Partager