Hitman Episode 2 : Glace à l’italienne

Hitman Episode 2 : Glace à l’italienne

Note de l'auteur

Après un premier épisode prometteur mais non sans défauts, je m’étais dit qu’il serait peut-être plus sage d’attendre la version complète de ce nouvel Hitman pour mettre à jour mon avis sur le titre. Mais la sortie de ce deuxième épisode ce mois-ci m’a malgré tout donné envie d’en parler. Pour quelles raisons ? Est-ce le premier faux pas du développeur ou une véritable montée en puissance qui promet beaucoup de belles choses ? Effacez de votre mémoire la note ci-dessus, vils coquins, et parcourez l’article pour avoir la réponse.

HITMAN™_20160426235043

Le monde de demain ne suffit pas

Intitulé Le monde de Demain, ce deuxième niveau sur les neuf qui composeront le jeu complet se déroule dans la ville fictive de Sapienza, une charmante bourgade de la côté italienne. Vos cibles sont Silvio Caruso, le chef de la mafia locale retranché dans son manoir en plein milieu de la ville et Francesca Silvia, une laborantine chargée d’inventer un virus mortel pour le compte d’Ether, une société pharmaceutique. On comprend vite durant nos pérégrinations que Silvio est légèrement dérangé à cause de sa défunte mère dont il pense qu’elle hante encore le manoir. Francesca opère dans le secret pour évincer Silvio et récupérer le contrôle des recherches du virus. La mission demande aussi de détruire l’échantillon du virus développé dans le laboratoire secret qui se trouve sous le manoir.

HITMAN™_20160430195338Premier choc : le niveau est gigantesque. La première mission à Paris apparaît comme un simple amuse-gueule comparé à l’étendue de Sapienza. En plus du manoir gigantesque et de ses à-côtés (cuisines, cabanes de jardin, ruines d’un ancien fort), on trouve un village complet en bord de mer, avec tout ce que ça comporte de petites ruelles au charme certain et boutiques pour la plupart fermées (on est dimanche) mais où on peut évidemment entrer après un petit coup de crochetage discret. On y trouve aussi une église, un bord de mer avec sa plage et tout un tas de tunnels et d’égouts pour contourner la sécurité ou simplement pour le plaisir de la découverte. Sapienza figure déjà parmi les plus impressionnants niveaux de la licence, et épate par son luxe de détails et sa vie environnante, moins dense que Paris mais plus éparse et variée. On y croise des badauds venus visiter la ville, se prélasser au soleil ou tout simplement déguster un café sur la place du village. Le level design est exemplaire, beaucoup de petits bâtiments sont accessibles avec quelques petites cachettes qui ne révéleront leurs secrets qu’après plusieurs heures de jeu, comme ce hippie défoncé caché dans l’hôtel de ville. Pour ce qui est du manoir, c’est bien simple : on pourra, tout comme le palais de Paris, visiter chacune des pièces du bâtiment.

Ma cible va vite se rendre compte que la balle qu'il s'apprête à frapper est une version plus explosive

Ma cible va vite se rendre compte que la balle qu’il s’apprête à frapper est une version plus explosive

HITMAN™_20160430213848

Carpaccio sicilien

Si la technique n’est d’ailleurs toujours pas au top par rapport aux cadors du genre, le charme de cette bourgade italienne est certain. Les lumières, le design des bâtiments, la plupart des textures, tout est travaillé avec un soin extrême et donne presque envie de partir en week-end en Sicile. La tonalité musicale du niveau sonne également plutôt juste, et offre même quelques envolées James Bondiennes (justifiées) lors de la découverte du laboratoire souterrain. Mais notre chauve préféré n’est pas là pour le tourisme et préfère se concentrer sur sa mission. Là encore, force est de constater que toutes les qualités de la série sont poussées au maximum. Le niveau est blindé de possibilités en tout genre, et les éléments annexes comme l’église offrent des variantes d’assassinat dans tous les sens. Comme dans le premier épisode, vous pourrez découvrir des opportunités pour éliminer vos cibles (avec des aides ou non) en écoutant les conversations un peu partout ou en dénichant des indices qui servent principalement à approcher votre cible avant d’effectuer votre basse besogne.

HITMAN™_20160426215846On apprendra alors les infos croustillantes sur vos proies, comme le fait que Silvio a cru voir un poltergeist dans le manoir, ou que Francesca a une liaison avec le professeur de golf du coin. Autant de ragots à utiliser à bon escient pour réussir votre coup sans se faire prendre et en utilisant à fond le gameplay autour des costumes. Ceux-ci sont d’ailleurs encore plus variés que le premier niveau et proposeront des looks absolument ravageurs pour 47. Le petit marcel avec les lunettes noires et le holster collé au corps feront sûrement des merveilles auprès de la gente féminine adepte du John McClane un poil douteux. Qu’on se rassure, des méthodes plus classiques sont largement possibles : grimper en haut de l’hôtel de ville offrira un merveilleux spot pour un sniper aguerri, et des accidents ménagers comme une électrocution à base de tuyau d’arrosage et de multiprise défectueuse peuvent venir chambouler la petite routine de vos cibles grâce à votre intervention.

HITMAN™_20160430161604Le système de défis et d’exploits est toujours présent et pour débloquer tout l’arsenal mis à disposition, il faudra compléter ces succès pour y arriver. Il s’agit généralement d’éliminer vos cibles d’une certaine façon, ou de découvrir les petites choses cachées dans le niveau. Comme pour Paris, ces défis permettent l’acquisition d’expérience pour monter votre niveau de maîtrise sur chacune des destinations et débloquer des récompenses. Bon point : les armes débloquées sur Paris sont disponibles dès le début pour les autres niveaux. Mais Sapienza se montre également plus généreux sur les éléments à récupérer sur place : par exemple, le vomitif disponible à un seul endroit sur le palais parisien apparaît en beaucoup plus d’exemplaires dans le village italien, ce qui permet de l’expérimenter bien plus facilement.

HITMAN™_20160430221255

La séance chez le psy, qui va coûter très cher…

HITMAN™_20160430224409Mafioso du ciboulot

Question points faibles, le jeu pourra se targuer d’avoir multiplié les mises à jour depuis la sortie de l’épisode 1. On constate une meilleure rapidité dans la navigation des menus et aucune déconnexion des serveurs, ce qui évitent les pertes de sauvegardes fâcheuses et légèrement énervantes. Les chargements sont aussi un peu plus rapides, mais restent un poil longuets lorsqu’on retourne plusieurs fois de suite en arrière après un meurtre loupé ou une couverture grillée. Mais quand on voit le travail technique fourni, on se dit que c’est peut-être justifié. Il reste néanmoins quelques bugs comme des scripts qui mettront du temps à se déclencher, l’impossibilité aléatoire d’écouter les conversations à travers une simple porte en bois (ce qui donne d’ailleurs l’impression que les personnages ne font rien alors qu’une scénette est bien en cours) ou des indications qui disparaissent après certains chargements. On ne constatera pas vraiment d’amélioration concernant l’IA des PNJs, mais comme je l’avais dit sur l’épisode à Paris, au mieux ça occasionne des situations grotesques et loufoques, au pire les ennemis tiqueront sur le simple fait d’ouvrir un robinet d’eau, ce qui est difficilement compréhensible.

HITMAN™_20160426213619Mais ces quelques points noirs n’enlèvent rien à l’immense plaisir pris sur ce second épisode. Avec Sapienza, IO Interactive passe la seconde, et quelle seconde ! Riche, inventif, gigantesque, ce deuxième niveau est la consécration de tout le travail entamé sur la licence. La distribution épisodique trouverait presque une justification dans le fait qu’elle force le joueur à refaire le niveau pour en découvrir tous ses secrets. Mais plus encore que l’épisode de Paris, Sapienza arrive à garder une telle richesse et un tel intérêt pour le joueur que relancer la mission pour la sixième fois ne procurera aucun sentiment de répétitivité. Si IO Interactive continue sur cette lancée, ce nouvel Hitman risque fort d’être le meilleur épisode de la saga.

Hitman

Développeur : IO Interactive
Éditeur : Square-Enix
Prix : 60 euros pour le jeu complet / 10 euros pour l’épisode Sapienza

 

 


Hitman – Sapienza Launch Trailer par Gamekult

Partager