Hayley Atwell à Monte-Carlo : « Peggy Carter est une femme très moderne »

Hayley Atwell à Monte-Carlo : « Peggy Carter est une femme très moderne »

La splendide Hayley Atwell était présente au Festival de Télévision de Monte-Carlo 2015 pour promouvoir la série Marvel dont elle est l’héroïne : Agent Carter. Pour l’occasion, l’actrice est revenue sur sa participation dans les films Captain America, la saison 2 d’Agent Carter et sur l’impact féministe du personnage de Peggy Carter. Rencontre avec la Première Dame de l’univers Marvel…

Scroll down for the English version of the interview.

55ème Festival de Monte-Carlo (2015)

Photo Isabelle Ratane

 

DAILY MARS : Dans un article, le site The Nerdist fait référence à vous comme étant “la Première Dame de l’univers cinématographique Marvel,” que pensez-vous de cette formule ?

H. A. : Je suis d’accord. Tout d’abord, Peggy Carter est une femme très moderne, il se trouve seulement qu’elle vit dans les années 1940. Elle est très capable, autant que les hommes voire même plus qu’eux. On sait, via Captain America 2, qu’elle a vécu une longue vie. Elle meurt à plus de 90 ans, et les deux premiers films Captain America nous montrent en quelque sorte le début et la fin de sa vie. Ce que la série nous montre, c’est ce qu’il y a eu entre les deux et elle nous donne des détails sur sa vie. On sait par exemple que Peggy est l’un des créateurs du S.H.I.E.L.D. Alors ce qui est génial, c’est de savoir qu’elle a eu beaucoup de succès dans sa vie et que quoiqu’il arrive, elle s’en sortira toujours. Je pense que c’est ce qui fait d’elle un bon leader, elle a des qualités naturelles de chef et son sens du devoir la pousse à agir. Peu importe les obstacles qui sont mis en travers de son chemin, elle s’en sortira pour accomplir ce qu’elle doit accomplir.

55ème Festival de Monte-Carlo (2015)

Photo Isabelle Ratane

Lorsque vous avez travaillé sur les deux premiers films Captain America, avez-vous réalisé le potentiel de votre personnage au sein de l’univers Marvel ?

H. A. : Oui, à 100%. Je pense que les films ne font même qu’effleurer son potentiel. Dans le premier film, on voit une Peggy forte qui maîtrise la situation. Mais qu’en est-il du poids psychologique que le fait d’être comme ça à longueur de temps apporte aux femmes ? Qu’en est-il du deuil qu’elle traverse à la perte de Steve Rogers ? Qu’en est-il du fait que, en temps qu’agent double, Peggy ne peut pas faire confiance à qui que ce soit ? Qu’en est-il du fait que Peggy est très seule car elle ne peut pas vraiment avoir d’amis, sinon elle les mettrait en danger ? Tous ces aspects sont ce qu’il y a de plus intéressant dans son personnage car ce sont des choses très réelles dont je peux me sentir proche dans une certaine mesure, et je pense que c’est pour cela que la série a eu du succès, en particulier aux États-Unis. Agent Carter nous donne une meilleure idée de qui est Peggy. Dans les films, j’avais l’impression de seulement aborder le personnage en surface. Ce fut une expérience merveilleuse. Mais c’est vraiment à travers cette saison d’Agent Carter que j’ai pu véritablement approfondir le personnage. Maintenant, comme c’est principalement moi à l’écran, j’ai la responsabilité de faire véritablement exister Peggy. Alors j’ai fait un peu de recherche sur les femmes de l’époque, j’ai regardé de nombreux films avec Katherine Hepburn et Bette Davis, des films de cet Âge d’Or d’Hollywood que j’aime tant. Cela m’a aidé dans certains choix que j’ai dû faire concernant mon approche du personnage. J’ai presque l’impression de jouer deux personnages différents tant la manière d’aborder Peggy dans les films et dans la série est différente.

Maintenant que Peggy a fait le deuil de Steve Rogers, peut-on s’attendre à de nouveaux bouleversements dans sa vie personnelle ?

H. A. : Il va probablement y avoir une histoire d’amour, que cela soit avec Sousa (Enver Gjokaj) ou quelqu’un d’autre. Je ne suis pas sûre, on ne veut rien me dire. Mais je pense qu’elle est prête à vivre une nouvelle histoire. De plus, on a eu un aperçu de sa famille dans Captain America 2. Alors on sait qu’à un moment de sa vie, elle s’est mariée et a eu des enfants. Alors je pense qu’il sera vraiment intéressant d’explorer, en saison 2 ou 3 (si on a une saison 3), l’équilibre entre vie personnelle et travail, ce qui est une thématique très moderne. Comment Peggy va-t-elle devenir une mère mais aussi une espionne ? Comment va-t-elle jongler entre les deux et parvenir à exceller dans ces deux aspects de sa vie ? Je voudrais aussi voir comment cela va lui peser au niveau psychologique : est-ce que c’est dur pour elle de parvenir à faire tout ce qu’elle veut faire de sa vie ? Je pense aussi que, comme elle n’est plus en deuil, qu’il y aura plus de place pour un peu d’humour dans sa vie personnelle, et plus de place pour que Peggy soit heureuse.

Agent Carter

Agent Carter

La saison 2 se déroulera à Los Angeles, qu’est-ce que cela va changer pour votre personnage et serez-vous la seule membre du casting de la saison 1 à revenir dans Agent Carter à la rentrée ?

H. A. : Non, je pense que les fans seraient outrés si Angie (Lyndsy Fonseca) ou Sousa ne revenait pas. Alors je pense qu’ils feront une apparition, si ce n’est être là pour toute la saison. Du fait que nous serons désormais à Los Angeles, cela me fait penser à L.A. Confidential, avec cet aspect sombre derrière l’apparence glamour de la ville. C’est un lieu très excitant mais aussi très dangereux. Alors je pense que de nombreuses missions vont avoir un rapport avec le côté dangereux de ce qu’il se tramait à Los Angeles à l’époque.

Peut-on considérer Agent Carter comme le triomphe de l’héroïne féminine ?

H. A. : Je pense que oui. Je ne pense pas que la série essaie d’être politique, mais je pense que c’est le résultat annexe d’une femme qui est dans une position de pouvoir dans un milieu dominé par les hommes. Alors la réaction naturelle est de percevoir ce personnage comme une icône féministe à la télévision. J’ai voyagé à travers le monde pour rencontrer les fans de la série et c’est merveilleux d’entendre de jeunes femmes vous dire que grâce à Peggy elles ont appris à connaître leur valeur. Une femme à Dubaï m’a demandé une photo, disant que les femmes peuvent aussi être des héros. Je trouve ça très émouvant car je pense que c’est quelque chose dont les jeunes hommes et femmes ont besoin. Pas seulement les femmes. Je pense que les hommes aussi doivent voir des femmes dans des positions de pouvoir, qui excellent dans leurs domaines mais ne sont pas des garces pour autant. Ce ne sont pas des femmes qui luttent contre d’autres femmes ou sont en compétition entre elles, ce sont des femmes qui aiment les autres femmes. Elles sont complexes et intéressantes, pas seulement des objets de désirs sexuels. Elles ont de la présence d’esprit et sont intelligentes. Elles peuvent se servir de leur sexualité, mais elles n’en dépendent pas. Je pense que Peggy montre cela et que c’est ce qui fait d’elle une héroïne pour le public contemporain.

Propos recueillis par Marine Pérot lors d’une table ronde au 55ème Festival de Télévision de Monte-Carlo, en présence d’autres journalistes.

En France, Agent Carter sera diffusée en juillet sur Canal + Family.

In an article, the Nerdist referred to you as the “First Lady of the Marvel Cinematic Universe,” I find this view interesting, what do you think?

I think so, first of all Peggy Carter is a very modern day woman. She just happens to be in the 1940s, she is very capable just as much as the men are. We know from the second Captain America movie that she’s lived a long life. She dies in her late nineties so it feels like the second film and the first film are bookends of her life, where she began and where she ended. The series fills in the gaps with the details of what that life was like, and we know that she was one of the creators of SHIELD. What’s great is that we know that she’s had tremendous success and we are rooting for her: whatever happens she’s gonna come out on top. I think that’s what make her a great leader, she has natural leadership skills, she has incredible purpose and drive that carries her through and you know that no matter what obstacle is going to be put in her way she is still going to achieve what she needs to achieve.

When you did the Captain America films did you realise the potential of your character in the Marvel universe?

Oh 100% I don’t think the films even touch upon that. I think you see her, in the first film, being strong and together and in control, but what about the psychological cost for women to be that way all the time? What about the grief that she goes through with losing Steve Rogers? What about the fact that she, as a double spy, can’t trust anyone? How lonely she is because she can’t really have any friends because she could put them in danger… All those things were much more interesting because they felt real, they felt like something I could relate to on a very small scale, and I think that’s why the season has become so successful, in the States especially. It’s a deeper idea of who this character is. It felt like I was just scratching the surface when I was doing the films. It was a wonderful job but it didn’t feel like I could get my teeth into it the way that we have over this season. Now I have longer screen time so every single scene I have a lot of responsibilities to be able to create this world for Peggy. So I did a little bit of research about women of the time, I watched a lot of films with Katharine Hepburn and Bette Davis, the Golden Age of Hollywood that I loved and that helped to kind of inform certain choices that I was making with the character. It almost feels like two different characters the way that I was able to approach Peggy in the films and in the show.

Now that Peggy has come to terms with the death of Steve Rogers, what do you expect her personal life to be like?

There’ll probably be a love interest, whether that’s Sousa or someone else I’m not sure, they won’t tell me. But I think she is ready romantically to move on. We also know that, from the second Captain America movie, there is a glimpse on her bedside table of her family, so we know that she had children at some point, we know that she got married at some point. So I think what will be very exciting, whether it is this season or maybe three if we go to three, would be the balance between work life and personal life, which is a very modern day issue. How does she become a mother but also becomes a spy, how does she manage to juggle these extraordinary things in her life, and succeed in them. I also want to see the psychological cost of that for her: is it very hard for her to be able to achieve everything she wants in her life? I think there will probably be a little bit more humor to it as well, because she is no longer grieving so the is in a much happier place, so I think there will be more room for a lot more happiness for Peggy.

Since the show will take place in L.A. next season, what is this going to change for your character? Will you be the only cast member from season 1 to be in season 2 due to this change of location?

No I think people would be mortified to not have people like Angie (Lyndsy Fonseca) back, or Sousa back, you know their favorites, so I think they will make an appearance if not be there for the whole thing. Because it’s set in L.A. it reminds me of L.A. Confidential, it’s kind of a dark underbelly of glamour, it’s such an exciting place, a very dangerous place to live so I think there’s going to be a lot more missions that have to do with Los Angeles and what was going on at the time there.

Can we see Agent Carter as the triumph of the female hero?

I think so, I don’t think it’s trying to be political. I think it’s just a byproduct of a woman in a powerful position at that time in a male dominated environment, so I think the natural reaction would be that she is a TV feminist icon in the respect. I traveled to many places around the world to meet fans and it was wonderful to see young women going “thanks to Peggy Carter I’ve learnt to know my value.”  I had this woman in Dubai who asked me to sign a picture saying that “woman can be heroes too.” And I found that incredibly moving because I feel like it’s something young men and women want and need. Not just the women but men need to see that as well, women in positions of power, that are succeeding but are not being bitches. They are not fighting with other women, they are not competing with other women, they love other women as well. They are a lot more complicated and interesting as women are, and not just a token sex bomb but they can use their wit, their intelligence They can use their sexuality but they don’t depend on it. So I think all those reasons make her a hero to the modern day audience.

Partager