INTERVIEW : Natalie Vrignaud, directrice du complexe Les Fauvettes

INTERVIEW : Natalie Vrignaud, directrice du complexe Les Fauvettes

AVIS ! Chers lecteurs, la rédaction cinéma du Daily Mars est ravie d’accueillir Marc Godin parmi les signatures régulières du site, après quelques incursions ponctuelles du monsieur sur notre planète. On lui souhaite bienvenue parmi nous et on lit sans plus attendre son interview instructive de Natalie Vrignaud, la directrice du complexe des Fauvettes, nouveau temple parisien de la cinéphilie qui n’a pas fini de régaler nos mirettes de bouffeurs de pelloches.

L’article ci-dessous est signé Marc Godin.

Depuis novembre 2015, le cinéma Les Fauvettes dans le quartier parisien des Gobelins propose des bijoux du 7e art, dans des copies numérisées ou restaurées. Interview de sa directrice, Natalie Vrignaud.

Par Marc Godin

IMG_3301Le cinéma les Fauvettes, un des plus anciens de Paris, a rouvert en novembre dernier, après 18 mois de travaux pharaoniques. Les cinq salles de cet édifice de verre et de bois sont bien sûr magnifiques, avec des projecteurs 4K et du 7.1 pour l’audio. Mais le plus intéressant aux Fauvettes, c’est le concept : des films de patrimoine en versions restaurées ! Des classiques du 7e art, mais aussi et surtout des films cultes, des films des années 70-80-90. Des titres ? Pulp Fiction, Out of Africa, Alien, La Belle Équipe, E.T., Casino, Les Dents de la mer, Loin du paradis, Querelle, Le Narcisse noir ou RoboCop… Que du bon !

Les Fauvettes propose également des cycles dédiés à un genre ou à un réalisateur. Ainsi, pour la sortie des 8 salopards, les Fauvettes a projeté l’intégrale de Quentin Tarantino. Et elle offrira jusqu’en mars une rétrospective des 25 James Bond, de Docteur No à Spectre, en version restaurée. Au programme également, des séances spéciales avec le mag Première, qui organise des projections de leurs films cultes avec invités : Kasso pour La Haine, Sylvie Pialat pour Sous le soleil de Satan. Sans oublier des cinéastes prestigieux comme Paul Verhoven, John Landis ou Wim Wenders qui viennent faire un petit coucou quand un de leur film est projeté. Bref, c’est un rêve qui devient réalité dans le 13e. Pour vous donner envie d’user vos jeans sur un des 650 fauteuils des Fauvettes, visite guidée avec Natalie Vrignaud, 30 ans, directrice de ce complexe de cinq salles.

DAILY MARS : Qui a eu cette idée de programmation très spéciale aux Fauvettes ?
Natalie Vrignaud : C’est Jérôme Seydoux. Il fréquentait régulièrement le festival de Bologne, consacré aux films restaurés. Il a été bluffé par ce festival. Mais Les Fauvettes n’est absolument pas un cinéma où nous projetons des films Gaumont ou Pathé. Nous travaillons avec tous les distributeurs bien sûr.

Les Fauvettes, ce n’est pas du tout une nouvelle Cinémathèque…
N. V. : Absolument pas. Notre job, ce n’est pas de faire découvrir un cinéaste oublié : c’est de remontrer des films que les gens ont aimés, des films qui ont eu un succès, qui sont devenus cultes avec le temps. Nous ne passons que des films patrimoine en versions restaurées ou très bien numérisés. Pas de copies fatiguées chez nous !

Vous vous spécialisez sur une période ?
N. V. : Non, cela va du cinéma parlant au dernier 007, Spectre, que l’on passera lors de l’intégrale James Bond.

IMG_3284Et ça marche ?
N. V. : Nous avons ouvert le 6 novembre. Cela a très bien marché. Mais notre élan a été stoppé net par les événements tragiques du 13 novembre. Le mois de décembre a été très… compliqué. Nous remontons avec Tarantino.

Vos salles sont plutôt petites.
N. V. : Vous avez raison. Nous avons 5 salles et 650 fauteuils, mais de très beaux volumes, avec un très bon rapport entre la grandeur de la salle et la taille de l’écran. Nous avons des sièges Duo sur l’avant-dernier rang de chaque salle. Deux salles sont équipées 3D, ce qui nous a permis de projeter Le crime était presque parfait d’Hitchcock. La grande salle est également équipée d’un projecteur 35 mm pour des projections évènementielles.

Le spectateur a la possibilité de choisir sa place lors de la réservation.
N. V. : Vous choisissez votre place ou l’algorithme s’en charge et vous propose la meilleure place restante. Ce qui vous permet également d’arriver au dernier moment si vous avez réservé votre place de chez vous.

Quel est le public ?
N. V. : Difficile de catégoriser. Cela dépend de la programmation. Avec le cycle Quentin Tarantino, nous avons beaucoup de trentenaires. L’après-midi, c’est plus sénior, car ils sont plus dispos.

Vous ne servez pas de popcorn ?
N. V. : Non, mais notre bar sert de l’alcool. Vous pouvez déguster le dry Martini de 007 ou emmener et savourer le très bon vin blanc produit par Pierre Richard dans la salle, en regardant votre film.

Cinéma Les Fauvettes
58, avenue des Gobelins,
Place : 12 euros, moins de 14 ans, 4, 50 €

http://www.cinemalesfauvettes.com
https://www.facebook.com/CinemaLesFauvettes/

Partager