• Home »
  • INTERVIEWS »
  • INTERVIEW : Steven Seagal : « oui, j’ai déjà cassé des bras pour de vrai ! »
INTERVIEW : Steven Seagal : « oui, j’ai déjà cassé des bras pour de vrai ! »

INTERVIEW : Steven Seagal : « oui, j’ai déjà cassé des bras pour de vrai ! »

Steven Seagal était récemment à Paris pour la promotion de la série télé True Justice, en cours de diffusion sur 13e Rue. Pas simple d’arracher des réponses à la star enrhumée, qui a rendu chèvre la plupart des journalistes qui se sont succédé pour interviewer le colosse mou. Miracle : avec l’aide de deux autres confrères, un semblant de dialogue a pu être établi ! Steven a parlé, alleluiah ! Entretien courageusement réalisé aux côtés de Eric Bouche (Télé Poche) et Anne Lenoir (Télé 2 Semaines).

Passons rapidement sur True Justice. Une sous-série policière bien moisie dont j’ai eu le plus grand mal à finir l’épisode pilote, dans lequel Seagal dirige une « strike team » de flics de Seattle spécialisés dans l’infiltration. Pas eu le temps de me pencher sur la production un peu curieuse de ce machin en 13 épisodes, co-créé par Seagal lui-même, et qui se voit diffusé sur 13e rue avant même son lancement sur la chaîne câblée américaine Reelz, au printemps 2012.

Le seul intérêt de True Justice, c’est d’avoir l’occasion de croiser Steve Seagal en chair et en ponytail.. L’empereur des bras cassés (dans tous les sens du terme), acteur au profil polymorphe surréaliste (champion d’aikido, chanteur/guitariste, bouddhiste militant, écolo engagé, business man,  shérif, mafieux…), traine derrière lui une réputation justifiée de pire boulet du monde à interviewer. Et lors de sa visite à Paris pour la promo de True Justice, il n’a pas failli à sa réputation le bougre ! Affalé dans le sofa de sa suite d’un palace parisien, affligé par un mauvais rhume,  « saumon agile » a du coup affligé la quasi-totalité des journalistes par un festival de réponses monosyllabiques ou aphorismes brefs et navrants, visage fermé et voix en mode quasi chuchottement.

Coup de bol, miracle karmique, divine surprise : lors que notre tour vint, mes confrères de Télé Poche, Télé 2 Semaines et moi-même, l’animal s’est vaguement extirpé de sa torpeur pour articuler quelques phrases. Rien d’extraordinaire hein, mais suffisant pour nourrir un « Q/R » avec un minimum de sens. Avec le recul, on en serait presque frustré de ne pas avoir eu droit, comme tout le monde, au mode « full Seagal » qui a permis à certains confrères de se fendre de papiers ou vidéos bien hilarants. L’interview qui suit est du coup « juste » une interview normale (oui je sais c’est décevant) et surtout à ne pas trop prendre au sérieux.

 

Comment vous est venue l’idée de la série « True justice » ?

Je voulais revoir une vraie série de flics à la façon des séries policières des années 70 et 80 mais très réaliste. Je pensais que personne ne pouvait mieux que moi ne connaissais l’univers des flics et les enquêtes, et les vrais dilemmes des flics.

Vous tordez des bras dans la série mais vous ne les cassez pas. C’est parce que c’est de la télé ?
Je ne sais pas si on a le droit de casser des bras à la télé. Je pense que j’aurai eu l’autorisation de le faire à la télé mais je ne voulais pas que ce soit caricatural mais que ce soit réaliste. Et les flics ne passent pas leur temps à casser des os dans la vraie vie.

Vous incarnez une fois encore un personnage à l’opposé de votre philosophie bouddhiste…
Ce qui pensent ça ne réfléchissent pas profondément aux gens normaux dans leur vie de tous les jours. Etes-vous Chrétiens ? Non ? Dans le monde de Jesus Christ, vous êtes censé être un pacifiste. La plupart des policiers en France sont peut-être chrétiens mais comment peuvent-ils concilier cela avec leur travail de policier ? On ne peut pas regarder la vie comme ça. Si on veut atteindre la spiritualité ultime, quelle que soit votre religion, on a le droit de protéger ce qui est sacré pour nous : notre vie, celle des enfants et des innocents qui ne peuvent se protéger. Je suis devenu policier il y a 25 ans (shérif auxiliaire à Jefferson Parish, Louisiane) car je voulais protéger les faibles et les innocents. Si je peux empêcher une seule femme d’être violée ou tuée, alors je continuerai. Et cela ne va pas à l’encontre de la religion !

Plus récemment, vous avez sollicité une affectation de policier le long de la frontière Mexicaine. Pourquoi donc ?
Je pense que le plus important pour les Etats-Unis, comme tous pays, est de protéger sa frontière pour protéger sa souveraineté. Je pense que sur ce point nous avons été abandonnés par notre gouvernement et par nos leaders.

Vous pensez à Obama ?
Oui.

Vous avez pensé à faire de la politique ?
Non car je déteste les politiques. Je suis quelqu’un de simple et j’essaie de faire de mon mieux pour aider les autres à faire du monde un endroit meilleur. Je ne dis pas que les Etats-Unis sont le mieux. Je suis très déçu par les activités des pays qui se permettent d’envahir des pays comme s’ils étaient la police du monde. Ce n’est pas notre rôle.

Regrettez-vous d’avoir refusé un rôle dans « Expandables » de Sylvester Stallone ?
Pas le moins du monde ! J’en ai absolument rien à foutre. Je ne regrette rien de ce que j’ai fait et ni ce que j’ai refusé. Je ne regarde pas en arrière. J’ai peut-être des regrets dans ma vie mais pas celui-là. Ils m’ont offert un rôle pour la suite et j’y réfléchis.

L’année prochaine vous aurez 60 ans, ça vous préoccupe ?
Je m’entraine toujours beaucoup. L’âge est un problème pour tout le monde et on ne peut pas l’éviter, car on va vieillir et mourir. Ca fait partie de la vie. Je ne suis pas du genre à aller faire de la chirurgie esthétique pour me refaire mon nez, mais je vais mourir comme Dieu m’a fait et l’accepter.

Vous pourrez continuer encore longtemps à jouer les acteurs de films d’action ?
Tant que j’en aurai encore envie. J’espère continuer encore trois, quatre ans mais on ne sait jamais.

Est ce que vous avez déjà cassé des bras pour de vrai ?
Vous, vous essayez de savoir si j’ai cassé le bras de Sean Connery (une rumeur circule depuis des années sur le fait que Steven Seagal, entraineur de Sean Connery sur le tournage de Jamais plus Jamais, lui aurais cassé le bras ou le poignet un jour de grande tension entre les deux hommes – NDJP)! Je ne sais pas si je l’ai fait, je l’ai juste entrainé. Peut-être est-ce arrivé, mais je pense qu’il se l’est peut-être fait lui-même. Je n’ai pas soudainement perdu contrôle et cassé son bras comme le dit la rumeur. En revanche, oui, dans la vraie vie, j’ai déjà cassé des bras.

Vous défendez aussi la cause écologique, le Tibet et la cause animale. C’est important pour vous ?
J’essaie de défendre ceux qui souffrent. Je ne veux pas que m’occuper de moi. Oui j’essaie d’aider le Tibet, les animaux. J’essaie d’aider l’écologie. Si vous regardez mon film « Terrain miné, tout ce qu’a dit Al gore est déjà dedans. Et je l’ai dit vingt ans avant lui. Lui, il a eu un Prix Nobel. Allez comprendre !

Et que pensez-vous de la politique environnementale aujourd’hui ?
Je pense que c’est complexe car des personnes se servent de la politique environnementale pour faire de l’argent.

Un concert en France ?
J’adorerais faire un concert en France, pourquoi pas bientôt à l’Olympia ?

 

TRUE JUSTICE : diffusé sur 13e rue depuis le 8 décembre, chaque jeudi à 20h40.

 

 

 

 

Partager