« Iron Fist » : Une deuxième saison entre donjons et dragons

« Iron Fist » : Une deuxième saison entre donjons et dragons

Note de l'auteur

Un an et demi après l’échec critique de la saison d’Iron Fist, le super-héros masqué est de retour sur Netflix pour une deuxième saison bien plus aboutie. Nous l’avons vu pour vous.

Hanté par la disparition de Daredevil, Danny Rand (Finn Jones) vivote aux côtés de Colleen (Jessica Henwick). Depuis l’annihilation de La Main et la disparition de la mythique cité de K’un-Lun où il s’est entrainé, « L’Immortel Iron Fist » doute. Consumé par sa nouvelle charge de protecteur de New York City, il en vient à s’oublier. Aurait-on fait une erreur en lui confiant un tel pouvoir ?

S’il est (plus ou moins) soutenu par ses proches, son frère d’adoption est convaincu d’être plus légitime à porter le titre d’Iron Fist. Seul survivant de K’un-Lun, Davos (Sacha Dhawan) est bien décidé à reprendre ce qui lui revient de droit… quoi qu’il en coûte.

Mars 2017. Critiques comme fans accueillent la première saison d’Iron Fist avec un certain scepticisme. Déçus par la minceur de son scénario et son interprétation mollassonne, le public boude le héros masqué. Si la mini-série The Defenders ne rassure guère quant au potentiel du karatéka, une apparition dans la deuxième saison de Luke Cage redore son blason. Tout n’est pas perdu pour le blondinet ! Trois mois plus tard, Iron Fist a fait peau neuve. Forte d’un showrunner et d’un coordinateur de cascades enfin inspirés, la dernière née de Netflix joue des coudes. Bien décidée à se mesurer à Daredevil, Jessica Jones et Luke Cage, elle resserre son intrigue autours de dix épisodes scénarisés avec esprit et découpés avec doigté. Les minutes s’envolent, puis les heures. Pari gagné ? Presque.

Si Iron Fist 2.0 est enfin à la hauteur de ses collègues Defenders, il demeure peu pertinent. Alors que Daredevil et consorts ont su réconcilier fond et forme pour proposer aux abonnés de Netflix une vision d’un monde davantage en quête de réponses que de héros, Iron Fist peine à être autre chose qu’une petite ligne en bas d’un contrat, un pont entre trois créations d’envergure et une promesse de Marvel Netflix Universe plutôt alléchante. Mauvais timing ? Peut-être. Si soutenir un milliardaire arrogant pouvait sembler normal en 2008, Christopher Nolan puis Donald Trump ont rendu cela difficile dix ans plus tard. Reste que Danny Rand le parvenu s’est reconverti en déménageur. La vérité serait-elle donc ailleurs ? Depuis le lancement de la première saison de Daredevil en avril 2015, chacune des créations Marvel / Netflix s’est vu affublée de scénarios affreusement similaires. Du rebondissement de mi-saison à l’apparition d’un nouvel antagoniste à quelques épisodes du dénouement final… les héros se suivent et se ressemblent de plus en plus. Iron Fist a pourtant d’énormes atouts. Pourquoi s’échine-t-il donc à faire dans la facilité ?

Alors que Daredevil a laissé son aveugle de protagoniste en roue libre, Iron Fist préfère mettre un terme à la fuite en avant de son héros avant qu’il ne soit trop tard. Maillon faible d’une série encore à la recherche d’elle-même, l’Immortel laisse bien vite sa place à la géniale Colleen. Charismatique en diable, la jeune femme ne peut que laisser espérer du bon pour une potentielle troisième saison. Affaire à suivre.

IRON FIST (Marvel/Netflix) Saison 2 – 10 épisodes
Diffusion sur Netflix depuis le 7 septembre
Série créée par Raven Metzner
Avec Finn Jones, Jessica Henwick, Sacha Dhawan…
Musique originale de Robert Lydecker

Partager